Porridge d’avoine en grains

Bonjour ! Le temps m’a filé entre les doigts. Depuis le dernier billet, j’ai vieilli. J’ai eu un accident de vélo : une voiture inattentive m’a percutée. Une seconde après avoir pensé « je vais mourir », je me suis retrouvée assise sur les fesses sur le bas-côté, tombée de tout mon poids sur mon postérieur après un vol plané. Miraculeusement intacte. Depuis, je me sens fragile, vulnérable, raisonnable, alors qu’avant, j’étais invincible, insouciante, indestructible. Je pédale casquée, ne grille plus les feux rouges. Quelques couchers de soleil plus tard, j’ai eu 30 ans. Je les ai fêtés avec des bleus sur les fesses, les jambes, les bras et plein d’amis réunis autour d’un grand plat communal.

Si le printemps est bien arrivé – en témoignent les nappes de primevères recouvrant les jardins et la forêt – il n’en fait pas moins froid le matin. Ces temps-ci, j’ai pris le temps de préparer un « vrai » porridge le dimanche matin, avec de l’avoine entière et non pas des flocons. C’est un joli rituel, et un régal que, jusqu’à présent, je n’avais goûté qu’au Royaume-Uni. Je sors du lit très tôt, pour mettre à cuire l’avoine dans un grand volume d’eau. Pendant les deux heures suivantes, je lis, je m’étire, je remue le porridge avec une cuillère en bois, je refais le monde avec mon amoureux, nous guettons la faim. Lorsqu’elle est là, le porridge est prêt, crémeux et fondant, nourrissant. Requinqués, nous enfilons nos chaussures de randonnée et partons à l’aventure.

 

Porridge d’avoine en grains

Pour 2 personnes

  • 100 g d’avoine entière
  • 800 – 1300 ml d’eau ou de lait végétal (ou mélange)
  • 1 c. à café de cannelle moulue
  • 1 c. à café de vanille en poudre

Faire cuire à petits bouillons avec 800 ml de liquide et les épices. Remuer régulièrement avec une cuillère en bois.

Lorsque tout le liquide est absorbé, au bout d’une heure, le porridge est suffisamment cuit, mais les grains sont encore fermes et n’ont pas « fondu ».

Pour un porridge vraiment crémeux, ajouter de l’eau au fur et à mesure, jusqu’à ce que vous obteniez la texture désirée. Plus la cuisson est longue, plus les grains d’avoine « fondent » et deviennent crémeux. Pour un résultat comme celui de la photo, compter presque 2 heures de cuisson, et l’utilisation de 500 ml de liquide supplémentaires (soit environ 1300 ml au total !).

24 Commentaires

  1. Mince alors, j’espère que tu es de nouveau invincible !

    Sinon, ça c’est un porridge qui se mérite :)

    (Et contente d’entendre que tout va bien dans ta vie amoureuse :))

    1. Merci Rose, tout va bien :)

  2. Bonjour Hélène,
    j’espère que depuis, tes bleus se sont estompés.
    Je viens de mettre les grains à cuire pour demain matin. Je pense que je n’aurai pas la patience d’attendre 2h avant mon petit déjeuner (je compte aller courir dès potron minet et petit-déjeuner au retour).
    J’avais essayé une fois de concasser les grains et de cuire après. J’avais surtout obtenu une farine. Difficile d’obtenir les fameux steel cut oat. Mais je m’étais régalée. Je suis certaine que demain matin, ça sera de même!

    Des bises :-)

    1. J’espère que c’était bon !

  3. Le sucré, mauvais pour les chats ?
    Quand nous sommes arrivés dans notre maison, en juillet 2001, nos voisins venaient de recevoir un petit chat roux de deux mois à peine, RouXy. Notre chat, Frimousse, avait un an et ils ont été copains immédiatement. RouXy a passé la plus grande partie de sa vie chez nous !
    RouXy ADORAIT le lait, le yaourt, le fromage blanc, le gruyère, la brioche, le pain (surtout chaud). Cela n’a pas eu d’effets négatifs sur sa santé ! Il est mort le 1er février, d’une leucémie. À la fin il ne buvait plus que du lait.
    Frimousse n’aime pas le sucré, à peine lapait-il un peu de lait si une soucoupe destinée à RouXy traînait parfois.
    Quand Frimousse a commencé à refuser de manger, après le 1er février, on a cru à une dépression – d’après notre vétérinaire un chat dépressif ne mange plus. Mais maintenant notre vétérinaire pense plutôt que le choc de la mort de son copain a dû activer la tumeur qui était en lui. Alors on s’occupe de Frimousse du mieux qu’on peut.
    RouXy, le mangeur de sucré, avait 15 ans et 7 mois. Comme le sucré ne donne pas la leucémie…
    (Pardon d’avoir été long.)

    http://www.rouxy.frimousseblog.fr/?p=11&lang=fr
    http://frimousseblog.fr/2017/03/pourquoi/

  4. Pas encore mais bientôt je te le promets.
    Pour le moment je n’ai pas trop le coeur à la cuisine. Notre chat de bientôt 17 ans a un cancer et j’ai de gros problèmes pour le faire manger – pâté, croquettes, nourriture pour les humains… il mange une ou deux bouchées et fini ! Comme il ne semble pas souffrir notre vétérinaire nous dit, à juste titre, qu’il a le droit de vivre encore un peu ! Mais il maigrit inexorablement. Je ne crois pas qu’il mangerait le porridge…
    Bonne journée !

    1. Oh je suis désolée, j’aime tellement les chats. Je me demande… comme il est malheureusement condamné, peut-être pourrais-tu essayer de lui faire manger sucré ? Pour un chat en bonne santé je n’essaierai pas, c’est mauvais pour lui comme pour nous, mais on dit bien que le sucre est addictif… Si le but est de le faire manger un peu plus, ça pourrait se tenter. Je dis peut-être une grosse bêtise, mais le chien de ma maman adorait les desserts…

  5. bon anniversaire Hélène et….porte-toi bien ! tu as eu beaucoup de chance de n’avoir rien de cassé! et toujours ce même humour léger et sympa’ pour décrire et tes recettes et tes événements…casse-gueule!! bises très anniversairées

    1. Merci Martine ! J’ai eu de la chance, je n’en reviens toujours pas. J’espère que les cauchemars vont cesser ;-) ça serait sympa. Bises !

  6. Merci pour cette recette, Hélène, bien appétissante et qui semble si réconfortante ! Je suis bien désolée pour ton accident. En tant que cycliste en ville, je compatis ! Sois prudente.
    Et joyeux anniversaire (je te le souhaite bien en retard, pardon…) !
    Merci encore pour ton blog et tes idées auxquelles je m’identifie complètement. Continue à nous régaler et à nous faire rêver !
    Sarah

    1. Merci Sarah ! C’est très gentil. A bientôt !

  7. Je viens d’acheter de l’avoine en grains chez Biocoop :-)

  8. Je t’envoie de bonnes ondes :) L’accident de vélo, j’ai vécu. La fête des 30 ans aussi…
    Le ‘chamboulement’ de l’accident de vélo m’a valu une demande en mariage :)

    1. Ma pauvre, mais félicitations quand même. C’est marrant, ça nous a fait parler de mariage aussi – mais pas de demande ;-) le goujat !

  9. Cela me rappelle les énormes platée d’avoine fumante apportées au milieu de la table du petit-déjeuner dans les maisons d’hôtes écossaises d’il y a bien longtemps. Chacun accomode son avoine selon ses goûts : crème épaisse, sucre, sel, miel, confiture, compote, beurre. Je trouve délicieux avec de la confiture d’abricots.
    Sur la liste des courses chez Biocoop (magasin bio le plus proche de chez nous) j’ajoute avoine en grains.
    Merci pour la recette.

  10. Tiens je suis curieuse, je n’avais pas imaginé que le porridge ne faisait à l’origine pas à base de flocons (même si maintenant ça me parait logique!) Où trouves tu l’avoine entière ?

    1. Hello Amélie ! Dans tous les magasins bio normalement :-)

      1. Merci ! J’ouvrirai l’oeil :)

  11. Merci pour cette recette, Hélène.

    On est bien peu de choses, à pied ou à vélo, face aux voitures vrombissantes… Remets-toi bien : j’espère que la nourriture saine et réconfortante que tu prépares te permettra de retrouver ta force naturelle.

    Une question : les céréales perdent-elles leurs vitamines et minéraux à la cuisson ? Cette cuisson longue me fait envie mais m’interpelle sur le plan nutritionnel !

    1. Merci aliessep. Pour les minéraux, c’est une idée reçue. Un minéral est une toute petite particule très solide, que la cuisson ne détruit pas. On peut les « perdre » dans les cuissons à l’eau si l’on jette l’eau de cuisson : on perdra les minéraux qui ont migré dans l’eau. Pour les vitamines, ça n’est pas pire qu’un porridge aux flocons d’avoine. Tout d’abord les flocons d’avoine sont précuits, et comme ils sont écrasés, leur intérieur est exposé à l’air ce qui provoque l’oxydation des vitamines. On part déjà avec un produit appauvri. La chaleur de la cuisson, même courte, se charge du reste. Il ne faut vraiment pas diaboliser la cuisson. Ce porridge est plein de fibres, de protéines, de minéraux, si tu rajoutes des fruits frais et du germe de blé à la fin tu as toutes les vitamines du monde !

  12. Bonjour,
    Peut on faire cuire ce porridge la veille? (Question de pratique, tu l’auras compris…)

    1. Oui bien sûr. Mais il va un peu « figer » en refroidissant, il faudra le réchauffer un peu et le détendre avec 1 ou 2 cuillères à soupe de liquide !

      1. Ok super alors je vais tester ça :) Merci!

Laisser un commentaire