Lait d’or

lait_or_azur

lait_or_azur

Bonne année à tous ! Qui n’a pas entendu parler du lait d’or, aussi appelé turmeric latte ou golden milk par les anglo-saxons, Kurkuma latte par nos amis germaniques ou leche dorada par les hispanophones ? Cette boisson réputée « détox » au curcuma, dont on ne cesse de rappeler les racines ayurvédiques, c’est un peu le toast à l’avocat version boisson : la lubie hipster qui a conquis le monde entier. Le désastre écologique en moins.

Il faut dire que cette boisson est rudement efficace. Mon bel anglais et moi en préparons une grande quantité lorsque nous sentons un rhume approcher, avec force gingembre et jus de citron pour un petit choc vitaminé.

Le curcuma : quels bienfaits ?

Le curcuma est un vague cousin du gingembre. Comme chez le gingembre, c’est le rhizome que l’on consomme. Un rhizome, c’est une tige souterraine. La « peau », des écailles brunes et fines comme du papier, est en réalité une pellicule de feuilles. Le curcuma est composé majoritairement d’eau et de fibres, mais son intérêt réside dans sa grande richesse en curcumine. La curcumine confère au rhizome sa couleur orange, et le curcuma en contient 3% environ sur poids sec (c’est-à-dire dans le curcuma en poudre).

La curcumine possède de nombreuses propriétés que les médecines traditionnelles orientales semblent avoir devinées depuis longtemps : c’est un anti-inflammatoire puissant mais également un antioxydant et un régulateur du cholestérol sanguin – rien que ça ! La curcumine régulerait la digestion, en particulier du fait de son action stimulante du foie – c’est aussi pour cela que le curcuma est réputé « détox » !

La curcumine est étudiée en médecine occidentale, en particulier pour ses propriétés anti-cancéreuses (elle ralentirait la prolifération cellulaire) et semble particulièrement adaptée aux cancers du tube digestif. Cependant, l’état de la science est loin d’avoir abouti à un consensus, même si de plus en plus d’oncologues s’intéressent au curcuma. La plupart des études ont été réalisées sur des murins ou in vitro… Il faudra certainement plusieurs décennies avant d’avoir percé tout le mystère du curcuma.

Comment  mieux absorber la curcumine ?

Le curcuma ne contient que « peu » de curcumine, surtout s’il est frais. Or, les quantités soupçonnées d’être réellement efficaces sont bien plus importantes que ce que peut apporter une consommation normale de curcuma. Une solution est de se procurer des gélules de curcumine concentrée. Heureusement, quelques astuces permettent de maximiser l’effet du curcuma culinaire.

  • Le poivre : il contient de la pipérine, le composé lui conférant son piquant. La pipérine a la capacité de rendre la barrière intestinale plus perméable. Ceci favorise l’absorption de certains composés alimentaires, comme la curcumine. Attention : pour la même raison, la consommation de poivre peut interférer avec l’absorption de certains médicaments et en démultiplier les effets. Dans le cas de la curcumine, le poivre semble permettre d’augmenter son absorption de 2000%, un chiffre proprement affolant !
  • Les matières grasses : la curcumine est peu soluble dans l’eau, mais très soluble dans l’huile. Pour augmenter son absorption, il est judicieux de mélanger le curcuma à une source de matière grasses. C’est encore plus efficace si les deux sont mélangés avant l’ingestion.

Il est amusant de remarquer que les civilisations utilisant traditionnellement le curcuma devaient avoir deviné la manière de tirer profit de ses bénéfices. Dans les currys indiens, le curcuma et le poivre sont toujours associés, et préalablement revenus dans du ghee (du beurre clarifié, typique de la cuisine indienne) ou de l’huile végétale…

lait_or_azurlait_or_azur

L’huile de coco : un aliment miracle ?

Beaucoup de recettes de golden milk à l’occidentale recommandent l’ajout d’une cuillerée d’huile de coco à la boisson. Ceci n’est pas traditionnel et, malgré les allégations santé qui pleuvent sur l’huile de noix de coco, cette dernière reste une huile saturée à consommer avec beaucoup de modération, selon la Harvard Medical School. Voici pourquoi.

L’huile de coco contient 92% de graisses saturées, contre un peu plus de 60% seulement pour le beurre. Il a été dit et répété que les acides gras saturés de l’huile de coco ont une structure différente des graisses saturées animales (lard, suif, beurre) : plus faciles à utiliser pour fabriquer de l’énergie, elles ne seraient pas stockées par l’organisme sous forme de tissu adipeux. Or, ceci n’est actuellement pas prouvé sur les humains…

L’un des arguments les plus lus est que l’huile de coco contient beaucoup d’acide laurique, un acide gras « présent dans le lait maternel ». Cet argument est utilisé de façon à montrer que cette matière grasse est nécessairement bonne pour la santé : après tout, le lait maternel est forcément bon pour la santé. Pas si simple ! Le lait maternel est adapté au métabolisme et aux besoins d’un bébé, pas d’un adulte : c’est pourquoi aucun adulte ne consomme de lait maternel.

Par ailleurs, ce dernier ne contient qu’environ 4% de matières grasses et l’acide laurique, un lipide parmi d’autres, y est donc présent en très faibles quantités (moins de 20% des lipides totaux). Impossible donc de comparer le lait maternel et l’huile de coco et d’en tirer des allégations santé du seul fait de la présence d’une même molécule ! L’analogie suivante peut vous éclairer : le lait maternel contient du cholestérol. Il n’est pourtant pas recommandé de consommer du cholestérol concentré pour être en bonne santé !

L’ingestion d’huile de coco peut augmenter le taux de bon cholestérol, revendiquent ses partisans. L’association des diététiciens australienne indique cependant que l’huile de coco augmente aussi le taux de mauvais cholestérol, tandis que les graisses végétales insaturées n’augmentent que le taux de bon cholestérol. Il faut ainsi se méfier des médias qui ne transmettent qu’une partie de l’information – dans notre cas, l’action de l’huile de coco sur le bon cholestérol, en omettant le reste. La vérité n’est jamais si simple : gardez toujours un esprit critique !

Faut-il pour autant éliminer totalement l’huile de coco de son alimentation ? Pas si vite ! Dans une alimentation variée, il y a de la place pour tout, en petite quantité. Il faut bien sûr éviter les huiles raffinées et hydrogénées, riches en acides gras trans : n’achetez que de l’huile bio et vierge. L’huile de coco vierge a un point de fumée assez élevé : 177°C environ – ce qui est moins élevé que l’huile d’olive vierge, dont le point de fumée est voisin de 190°C. Elle convient donc aux cuissons pas trop fortes.

lait_or_azur

Les recettes de lait d’or traditionnelles utilisent du lait de vache entier, riche en matières grasses. Une huile végétale (olive, sésame) ou du ghee peuvent être ajoutés.  J’utilise de l’huile d’olive ou de la purée d’amandes et un lait végétal un peu riche (amandes, soja). J’ajoute la matière grasse lorsque la boisson a un peu refroidi. Tout en bas du billet, je vous donne une mini-recette de lait végétal pour gens pressés, qui se fait en une minute lorsque l’on n’a pas eu le temps de faire tremper des graines.

Si vous vous demandez d’où provient cet élixir bleu sur les photos, petits curieux, voici de quoi vous satisfaire : j’ai découvert le thé aux fleurs de pois d’une petite marque allemande. Le packaging, totalement écologique, est en bambou. Le thé n’a pas vraiment de goût, il faut l’admettre, mais sa couleur est démente. Je m’amuse comme une folle à donner à mes boissons et autres préparations des allures de bombe chimique…

Lait d’or – version originale

Pour 1 tasse

Ingrédients basiques

  • 300 ml d’eau
  • 300 ml de lait végétal ou de lait entier
  • 1 c. à café de curcuma frais râpé
  • 1 grain de poivre noir
  • 1/2 c. à café de cannelle moulue

Facultatif mais délicieux

  • gingembre frais râpé
  • 1 pincée de cardamome en poudre
  • 1 pincée de clou de girofle en poudre
  • 1 c. à café de mélasse ou de sucre
  • 1 c. à café de purée d’amandes, diluée dans le lait végétal
  • 1 c. à café d’huile végétale de votre choix, ou de ghee
  • jus de citron frais

Faire bouillir l’eau et le lait avec le curcuma râpé, le poivre et la cannelle. Après l’ébullition, laisser cuire sur feu doux 15 minutes. Ajouter les ingrédients facultatifs et boire aussitôt !

Note : pour une version rapide, remplacer le curcuma frais par 1/2 c. à café de curcuma en poudre. Dans ce cas, réduire les quantités de liquide par 2, faire simplement bouillir l’eau et le lait avec les ingrédients restants et boire aussitôt sans poursuivre la cuisson.

…..

Lait amande-avoine  express

  • 500 ml d’eau
  • 2 c. à soupe de flocons d’avoine
  • 1 c. à café de purée d’amandes
  • Optionnel : 1 ou 2 dattes, miel, mélasse, noix de coco râpée, vanille…

Mixer le tout à l’aide d’un blender. Utiliser aussitôt. Filtrer si besoin. Garder au frais dans un bocal propre et consommer dans les 48 heures.

26 Commentaires

  1. Encore moi, l’anonyme de la quantite de lait. Alors voila plusieurs soirs que je nous prepare du lait d’or avec du curcuma frais que je rape….c’est bon et la texture est agreable. Mes enfants en demandent aussi et moi je demande
    1) est-ce bon pour les enfants? Y a t-il une quantite limitee a absorber par jour/semaine?
    2) pourquoi mon lait ne dore pas? Il reste blanc-beige….dommage:(
    Et merci pour ton super blog que je redecouvre de temps en temps,
    Noemi

    1. C’est sans danger sur les enfants, et c’est sûrement aussi bon pour eux que pour nous ! Non, pas de limite. Pour la couleur, je ne sais pas…

  2. Merci! ;-) Je te tiens au courant…

  3. Ca donne deux tasses, une pour lui et une pour elle! ;-)

    Cela faisait longtemps que j’avais envie de tester le lait d’or, spécialement sur mon mari qui a une polyarthrite rhumatoïde réfractaire à tout autre traitement, et qui en attendant prenait lui aussi des gélules curcuma/poivre, alors bilan: le lait d’or est plus jouissif, meilleur et moins cher! Un peu long à préparer, et il faut faire attention à bien touiller au début, juste après l’ébullition, pour que ça n’attache pas. Et après la première expérience j’ai commencé à porter des gants en latex jetables pour m’occuper de mon curcuma frais, ça tache incroyablement et ça se dépose sur tous les textiles que tu touches ensuite!

    1. Oui, ça tache ! Mais c’est bon ! J’espère que le curcuma fait effet sur ton mari, bon courage à lui !

  4. Je verifie juste: 600ml de liquide pour une tasse de lait d’or? Ca me semble beaucoup….non?!
    Ca reduit a la cuisson?

  5. Ben je n’avais jamais entendue parlé du lait d’or dis donc ! Pourtant je n’étais pas dans une caverne perdue durant tout ce temps, je promets. Me reste plus qu’à essayer :)
    A mon sens l’huile de coco reste un élément de base très intéressant… en cosmétique.

  6. Ré-bonjour, en lien voici un article paru dans Libération au sujet des graisses saturées, du LDL (mauvais cholestérol), et de la santé cardio-vasculaire
    http://www.eatfat2befit.fr/2015/09/faut-il-ecouter-son-medecin.html
    J’ai trouvé cet article sur un site qui prône une alimentation « low carb – high fat », et le régime cétogène qui comme tous les régimes me paraît intenable dans la durée

    1. Le régime cétogène est DANGEREUX. Il était utilisé pour traiter les enfants épileptiques. Il implique de mettre son corps en état de famine en le privant de glucose, son carburant naturel, et de passer dans un métabolisme alternatif, de « secours », qui brûle les graisses. Aucune étude de long terme n’a prouvé que c’était sans danger. Les cas de cétose grave sont nombreux, car c’est un régime très difficile à mener de façon optimale. Il entraîne de graves carences et nécessite une complémentation alimentaire gigantesque. En particulier, il acidifie l’organisme de façon massive, ce qui est très mauvais pour les os.

      L’article de Libération n’a pas de sens à mon avis. Il n’est pas écrit par un scientifique avec assez de recul, et l’auteur est même vaguement climato-sceptique (lien) ce qui suffit à le discréditer.

      La vérité n’est jamais si tranchée, et en plus il ne donne pas de références solides (liens vers des articles). La vérité est bien plus complexe. Le cholestérol n’est jamais consommé seul, mais au sein d’autres aliments et ce sont peut-être ces interactions qui comptent, plus que le cholestérol en soi. Dans son introduction, il semble se réjouir du fait qu’on puisse enfin absoudre la charcuterie de ses péchés… On voit où il veut en venir !

      D’autres scientifiques pensent que les maladies cardio-vasculaires sont liées à deux facteurs : excès de sucre et de graisses + cholestérol. En effet, le sucre provoque une inflammation du système cardio-vasculaire. Sur ce terrain inflammatoire, les graisses saturées et le cholestérol se déposent plus facilement, ce qui cause l’athérome et toutes ces maladies CV. C’est l’hypothèse qui me semble la plus crédible. Ce ne seraient pas cholestérol et graisses saturées en elles-mêmes qui rendraient malades, mais prises dans un contexte d’alimentation déséquilibrée et trop riche en sucres simples, l’effet cocktail serait terrible. Cela semble assez compatible avec l’observation de bonne santé cardio-vasculaire du régime crétois (très pauvre en sucre malgré des graisses) ou du régime Okinawa (idem).

  7. Sur le cholesterol, il semblerait que son rôle néfaste ait été bien exagéré (évidemment je n’ai pas de sources scientifiques à citer, je ne les ai pas mémorisées ;))
    Est ce que Big Pharma n’aurait pas pas exagéré les méfaits du cholestérol pour vendre ses molécules ? Alors qu’avoir plus de cholestérol en vieillissant serait juste normal ? Comme avoir plus de tension d’ailleurs ?

    1. Oui, tout à fait. Cf mon commentaire plus bas. Il est impossible de conclure sur un nutriment unique pris individuellement. La nourriture, c’est un tout. Le cholestérol peut être bon ou mauvais dans différents contextes. Mais en soi, les recommandations d’apport en cholestérol ainsi que les seuils en-deçà desquels le médecin prescrit des médicaments ont été manipulés, c’est une certitude.

  8. Un vilain rhume a débarqué ce matin, je vais de ce pas m’en occuper version curcuma en poudre. Encore une fois merci pour ces information plus que complètes! Il est temps de rétablir la réalité de l’huile de coco (l’avocat également…) et cesser de lui prêter 1000 vertus exagérées! (Rides, cellulite, gencives, détoxication etc). Belle année à toi!

    1. Ah ah, oui, l’oil pulling qui guérit de toutes les maladies. Cela semble efficace sur le tartre, mais toutes les allégations santé sur la perte de poids, guérison d’allergies etc, ça semble douteux. J’aime bien l’avis de ce médecin ici : http://blogs.webmd.com/breaking-news/2014/03/the-kernel-of-truth-in-oil-pulling.html

      Quant à l’avocat, c’est tout simplement un scandale environnemental. Mais je ne pense pas que ce soit mieux avec la noix de coco, étant donné la popularité croissante de son huile…

  9. Bonjour,
    J’ai besoin d’une précision : lorsque l’on versé dans la tasse faut-il filtrer ? Merci et très bonne année

    1. Ah ! J’aime bien manger les petits morceaux au fond à la fin, mais ça peut déranger… C’est à vous de voir, il n’y a pas de règle !

  10. Je suis fan du lait d’ or,par contre je n’ aime pas du tout les versions avec l’ huile de coco et pourtant j’ aime cette huile. Faisant de la spondylarthrite, j’ ai pris des gélules de curcuma/poivre. Mais j’ ai lu à plusieurs reprises que le poivre en rendant la barrière intestinale plus perméable favorisait les allergies… J’ aimerais avoir ton avis

    1. Disons que ça rend la barrière intestinale plus perméable à tout. Les médicaments, par exemple, ont un effet augmenté (donc à manier avec précaution). Ca doit être de même avec les allergènes, l’impact de leur ingestion est peut-être augmenté. Mais je ne suis pas spécialiste, ça n’est qu’une conjecture :-) Pour ma part, je consomme beaucoup de poivre et je n’ai jamais eu de problème.

      1. Merci pour ta réponse!

  11. Je suis sûre que la version « augmentée » est un délice, le souci c’est que c’est encore un apport en sucre.
    Je suis curieuse de goûter les deux versions de toute façon ! Je ne sais pas où trouver du curcuma frais ?

    1. Je me permets de te répondre, j’ en trouve dans ma coop’ bio au rayon fruits et légumes.

      1. Merci pour la réponse ! Malheureusement je n’ai pas de biocoop à côté et mon magasin bio n’en vend pas (rayon fruits et légumes microscopique).

        1. Avec du curcuma en poudre ça sera tout aussi bon :-)

          1. Au goût sûrement ! J’imagine qu’il y aura un peu de moins de bénéfices santé que si l’ingrédient était frais :)
            Mais je vais tenter quand même !

            1. Bon et bien je n’ai pas pu attendre, j’ai testé et approuvé ! :D
              Je m’en suis fait un petit mug simplement, avec le lait végétal que j’avais déjà entamé (lait d’avoine). C’était tout simplement parfait !
              J’ai fait la recette originale, la prochaine fois je tenterai d’y ajouter 2-3 trucs.
              Moi qui pensais sentir l’amertume du curcuma, et bien non c’était un délice, auncun besoin d’y ajouter du sucre. Merci pour la recette :)

Laisser un commentaire