Le chana masala de Justin

chana-masala

chana-masala

Cela n’a pas été facile de partager cette recette avec vous. Lorsque ce curry de légumineuses mijote, j’oublie tout le reste : appareil photo, blog, lecteurs… Un jour, j’ai enfin réussi à l’immortaliser sur mon téléphone, photographiant d’une main et retenant de l’autre un Justin alléché qui trépignait d’impatience.

La première fois, c’était lors d’un date avec lui. Nous nous étions donné rendez-vous au crépuscule, sur les hauteurs de Zürich, à notre banc habituel qui surplombe le lac et la vallée. Il m’avait dit n’apporte rien, je m’occupe de tout. Alors j’étais venue avec un livre, des bougies et une boîte d’allumettes. Dans le baluchon de mon cher anglais, un empilement périlleux de saladiers et d’assiettes et une tiffin box très chaude. J’ai allumé les bougies, il a rempli les assiettes de brocoli et chou râpés d’un côté, de pois chiches fumants de l’autre. Cela reste le meilleur repas de ma vie, simple mais délicieux. Le lendemain, Justin est passé au bureau m’apporter une lunch-box avec les restes du dîner. 

Ce plat, c’est vraiment sa signature. Lorsque nous invitons des amis à dîner, il en prépare une grande marmite, qui rencontre toujours un vif succès. En hiver, lorsqu’il fait froid, c’est est absolument divin. C’est un plat épicé et réchauffant, riche en protéines donc nourrissant, que nous servons avec du riz et la désormais très symbolique salade de chou et de brocoli râpés.

C’est un chana masala ou « curry de pois chiches », que l’on prépare en Inde avec des pois chiches blancs et noirs. Dans le cas présent, ce sont des pois chiches blancs et des haricots rouges, plus faciles à trouver en bio*. Deux mélanges d’épices différents (les masala) sont nécessaires : le classique garam masala et le chana masala, qui est un mélange spécial pour pois chiches. Dans les deux cas, je les achète dans une épicerie indienne (cette marque) et les deux sont absolument nécessaires.

La recette provient de ce livre (en anglais), qui adapte merveilleusement des recettes traditionnelles indiennes à l’utilisation d’un slow-cooker. Celui de Justin a succombé au tri drastique effectué lorsque nous avons emménagé ensemble. Avec une cocotte-minute, on obtient le même résultat en quatre fois moins de temps, mais il faut surveiller la cuisson afin d’éviter que le fond n’attache : les légumineuses sont lourdes et peuvent s’accumuler au fond de la cocotte et, si le liquide manque, brûler ! Je n’ai pas remarqué de différence de goût entre les deux modes de cuisson, même si le slow-cooker a l’avantage d’une cuisson douce, donc plus respectueuse des nutriments.

J’espère avoir excité votre curiosité. Trouver les mélanges d’épices, en particulier le chana masala, peut être compliqué, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle !

* Chez « La vie claire », rue Saint Honoré à Paris, j’ai trouvé des haricots rouges français (Vendée et Pays de la Loire) dans des sacs en papier de 1 kg ! Peut-être sont-ils en vente dans les autres magasins de la chaîne ?

chana-masala

Chana masala

  • 400 g de pois chiches (secs)
  • 400 g de haricots rouges (secs)
  • 1 oignon
  • 4 gousses d’ail
  • 1 bocal de 400 ml de coulis de tomate nature
  • 1 c. à soupe de graines de cumin
  • 1 c. à soupe de graines de coriandre, pilées
  • 1 c. à soupe de garam masala
  • 1 c. à soupe de chana masala
  • 1 c. à café de curcuma moulu
  • 1 c. à café de sel de mer
  • 1/2 c. à café de poivre, pilé
  • 0 à 5 beaux piments, frais ou séchés (selon votre tolérance au piment !)
  • 1 tronçon de gingembre frais (4 cm)

La veille, faire tremper les légumineuses dans un très grand saladier d’eau.

Le jour même, les égoutter. Les placer dans une cocotte-minute avec l’oignon et l’ail émincés, le coulis de tomate, les épices, le sel et le gingembre râpé.

Couvrir d’eau jusqu’à 4 cm au-dessus du niveau des légumineuses.

Cuire sous pression jusqu’à 30 minutes après avoir atteint la pression maximale, puis laisser mijoter sur feu doux 2 heures.

Relâcher la pression et découvrir. Si besoin, ajouter un peu d’eau et poursuivre la cuisson à feu très doux, sans couvrir, environ une heure jusqu’à ce que les légumineuses soient parfaitement fondantes et le liquide de cuisson réduit – il doit être presque crémeux !

Servir avec du riz.

Note : au slow-cooker, prévoyez 12 à 14 heures de cuisson.

chana-masala

25 Replies to “Le chana masala de Justin”

  1. hey je voudrais savoir ou trouve tu le chana masala

  2. Ok, je me mets en chasse de ces épices alors ! :)

    (Oh, j’étais avec vous sur les hauteurs de Zürich … tu écris quand ton roman, Hélène ? Je l’attends depuis tellement longtemps !)

    1. Je m’y attaque après ma thèse :-) Bisous

  3. Bonjour
    Cette recette me tente bien mais je ne trouve pas l’épice chana masala.
    Quelle marque utilisez vous et savez vous où je pourrais en acheter ?(Le lien vers la marque d’épice dans votre article ne fonctionne pas..)
    Merci

    1. Bonjour, en effet le lien a cessé de fonctionner :-( Voici une photo de ce mélange :

    2. https://cdn1.bigcommerce.com/n-ww20x/9hthnt/products/847/images/1550/chana_masala__22667.1428901445.1280.1280.jpg?c=2
    3. C’est une marque répandue, vous devriez en trouver dans les épiceries asiatiques.

  • Alors voilà, j’ai tout ce qu’il faut pour préparer cette recette dans la semaine ! Mais du coup je suis curieuse, comment prépares-tu le brocoli et chou râpés ?
    Merci !

    1. Juste râpés, avec une vinaigrette !

      1. Ah OK c’est tout simple :) merci !!

  • Recette réchauffante à tester bien vite ! J’ai trouver justement hier des haricots rouges d’origine France dans mon magasin bio.
    Ma cocotte minute que j’avais remisée au placard va avoir une deuxième vie ! Merci Hélène 😚

    1. Ah quelle chance ! Il faut que je retourne en France pour m’en procurer…

  • Mioum, cette recette me plait beaucoup!
    Tu pourrais me donner quelques éléments sur ce slow-cooker ? C’est un appareil électrique ? Ou une cocotte dans une matière spéciale ?
    Bises Hélène

    1. Ecoute, je n’en sais pas beaucoup plus que toi car je n’en ai jamais eu personnellement ! C’est apparemment très en vogue aux US. C’est un grand faitout qui cuit à basse température donc pendant très longtemps. Tu mets tous les ingrédients le matin, tu allumes (c’est électrique) et quand tu rentres le soir, c’est tout prêt. C’est vraiment pratique. Justin cuisait ce curry environ 12 à 14 heures. Je ne sais pas où acheter ces appareils en France ou ailleurs (Justin avait trouvé le sien dans la rue)… ni même si ça a un nom français (mijoteuse ?). Si tu trouves des infos / marques, tiens-moi au courant, parce qu’en fait… je regrette qu’on l’ait donné (ou plus exactement, rendu à la rue).

      1. Hello
        oui ça s’appelle bien une mijoteuse et il existe au moins un site en français qui leur est dédié, mijoteuse.fr je crois. Ca fait rêver, ce côté je mets tout dedans et plusieurs heures plus tard c’est exquis…

        1. Ah génial !!! Il ne reste plus qu’à espérer qu’il en existe dans des matériaux sympas. Celle de mon homme était suspecte, je n’ai jamais pu identifier en quoi elle était faite. Je confirme, c’est fabuleux. Après, il faut aussi étudier la question du coût énergétique. Peut-être qu’une cuisson très douce dans une cocotte sans pression donne le même résultat…

    2. PS ton commentaire est le 10 000 ème du blog ;-) Bravo !

  • Mmmm, on dirait qu’il y a tout ce que j’aime là dedans ! Je suis très curieuse de déguster ce nouveau plat !
    Je n’ai pas de mélange pour chana masala, mais j’aurais plutôt envie de le fabriquer moi-même, je vais chercher ça :) Merci pour l’inspiration !

  • Miaaaaam. Je ne sais pas si j’oserai une cuisson aussi longue… Peur que ça détruise tous les nutriments ? Que ça brûle? A voir.
    Côté haricots rouges bio français, on en trouve aussi dans les Naturéo du sud Ile de France, des locaux en sachets papier qui sont extra bons. J’ai fait des chilis vg cette année avec, on s’est régalé !
    Merci pour ces partages Hélène… et Justin.

    1. Je ne crois pas que ça détruise tout, sans doute plus beaucoup de vitamines (comme dans beaucoup de plats cuits longuement) mais les macro-nutriments sont toujours là !

      1. Oui bien sûr, tu as raison. Je crois bien que je vais me laisser tenter très vite.

  • Coucou Hélène,

    Quelle jolie recette pleine de couleurs et de saveurs. Et puis on sent tout le romantisme que ce plat évoque pour toi, à travers tes mots 😊 (On le serait à moins !).

    J’essayerai d’en faire dès que j’aurai mis la main sur les épices appropriées (car je ne parviens pas à commander sur le net…).

    Et concernant la cuisson, je ne suis pas certaine d’avoir tout compris. On fait cuire 30 min sous pression et ensuite on enlève le couvercle pour les 2 heures suivantes ? Ou bien c’est 2h30 de cuisson sous pression ?

    Passe une belle journée ! Et à bientôt 😊

    1. Oui, c’est ça. 30 minutes sous pression puis ensuite cuisson « normale ». Tu peux faire sans pression du tout, mais prévois de longues heures !

  • Alors là tu me parles, j’ai justement mangé un chana masala à se relever la nuit (à Londres d’ailleurs) et projetais d’en refaire! La salade de chou râpé est une très bonne idée, je trouve… Des pois chiches noirs, dis-tu? Je n’en ai jamais vu… Par contre j’ai remarqué récemment à la Coop (je suis en Suisse aussi) que dans leur ligne « Karma » on trouvait désormais des haricots noirs bio en boîte ;-) Mais si on doit les cuire avec les épices, il vaut effectivement mieux qu’ils soient secs à la base j’imagine. Bon, c’est tout vu, je me lance dès que j’ai un peu de temps, merci!

    1. Ah oui ? Je vais voir pour les haricots noirs !!! Tu sais la provenance (souvent à la coop, c’est Chine, Turquie, Canada, alors je me méfie) ? Merci pour l’info en tout cas !
      Pour ce chana masala, on fait tremper les haricots donc ils ne sont pas secs, mais pas cuits non plus.
      Tu trouves des pois chiches noirs souvent en épicerie asiatique / indienne. C’est très bon, je trouve, meilleur que les pois chiches classiques ! Mais c’est rarement (jamais) bio !

      1. Alors effectivement ils viennent de Chine, je n’avais pas regardé… M’enfin ça peut dépanner!

        1. Oui. Les haricots noirs secs (chez Alnatura ou Reformhaus) sont aussi systématiquement chinois, c’est fou !

  • Laisser un commentaire