« Torta di mele » pas comme à Florence

tortadimele

Le week-end dernier, ce bel anglais que j’aime m’a emmenée à Florence. Nous nous sommes régalés, surtout les yeux, dans l’immense galerie Uffizi, dans les églises et la cathédrale. Evidemment, chaque repas aussi a été une fête – et l’occasion de se sécher les pieds, car il a plu sans discontinuer !

Cette version de la torta di mele ne se veut pas authentique mais plutôt « inspirée de ». J’en ai enlevé le beurre, les oeufs, le sucre et le gluten… J’ai utilisé de la farine de souchet, un tubercule sucré très populaire dans mon petit coin de Suisse, que vous pouvez remplacer par de la poudre d’amandes. La torta di mele que nous avons goûtée à Florence avait un fort goût de citron et je suspecte la cuisinière d’y avoir ajouté du limoncello, quelle idée géniale ! A défaut, j’ai forcé sur le zeste de citron et ajouté un peu de rhum !

tortadimele3

Voilà les adresses florentines que je recommande sans hésiter :

  • Cantinetta dei Verrazzano : une boutique cosy à souhait qui est à la fois un bar à vin et un restaurant (4 tables à l’intérieur et 3 à l’extérieur), une boulangerie et une pâtisserie. Le pain n’est pas terrible, mais le reste est somptueux. Les pizze à la part sont divines, les petits gâteaux à se damner, le vin enivrant et les plats que nous avons commandés – la ribollita, des légumes grillés à la ricotta et des pizze aux légumes – étaient fameux. Le service est amical et prévenant. Sans doute pas le plus pratique pour les véganes mais les végétariens que nous sommes y avons trouvé notre bonheur. (Via dei Tavolini, 18/20-r)
  • Osteria I Buongustai : la nourriture est simple est bonne et les pâtes du jour sont somptueuses. Les italiens y ont leurs habitudes et nous n’avons presque jamais vu de touristes. Le service est dynamique, ultra-efficace. La minuscule cuisine est grande ouverte et j’ai adoré voir cette petite armée de femmes préparer des mets succulents. Leur secret : ne pas laver les poêles entre deux clients ; les sucs de cuisson se concentrent… Leurs pâtes fraîches sont démentes et je suis folle de leurs épinards. Les prix sont ridiculement bas et l’on y retourne avec joie. C’est là que nous avons craqué pour une part dodue de torta di mele. Parfait pour les végétariens, tout à fait envisageable pour les véganes. (Via dei Cerchi, 15 Rosso)
  • Shake cafe : ce n’est pas une adresse typiquement italienne. C’est même une échoppe hipster plutôt générique mais lorsque l’on est en manque de verdure, ce petit coin tombe à pic. J’aime garder mes habitudes au petit déjeuner, même en voyage, et leurs smoothies sont très réussis, le wrap tiède au kale et au houmous de petit pois est à tomber, les porridges sont vraiment jolis et le café impeccable. Le service est un poil irritant (arrêtez les joints, les mecs) et les prix aussi hipster que la clientèle, mais que ne ferait-on pas pour un green juice entre deux assiettes de pâtes (ou pour du WiFi gratuit) ?  (Via del Corso, 28/30/32)
  • Caffè Gilli : ce très vieux, très ravissant et très chic café de la Piazza della Republica était recommandé par mes parents. Je voulais y retrouver ces gâteaux célestes qu’ils m’avaient rapporté de leur voyage il y a plus de 10 ans. C’est un salon de thé d’un côté et une pâtisserie de l’autre. Il n’est pas nécessaire de s’y asseoir pour le thé – cher et service snob. A moins que vous ne comptiez y rester quelques heures pour lire, ce que l’on a fait, car on y est très confortablement assis. Sinon, offrez-vous quelques douceurs à emporter après avoir fait un petit tour à l’intérieur. Demandez-leur les spécialités les plus typiques, en particulier les cakes… autrichiens ! (Via Roma, 1/red)

tortadimele2

Torta di mele

Pour 1 grand moule

  • 400 g de tofu soyeux
  • 75 ml d’eau ou lait d’amandes
  • 50 g de farine de pois chiches
  • 150 g de farine de souchet (ou poudre d’amandes)
  • 100 g de farine de sarrasin (ou blé, épeautre, seigle…)
  • 2 bouchons de limoncello ou de rhum ambré
  • 1 citron, zeste et jus
  • 1 c. à soupe de miel crémeux
  • 1 c. à café rase de bicarbonate de soude
  • 4 grosses pommes

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger tous les ingrédients sauf les pommes. L’appareil doit être lisse.

Couper 3 pommes en très fines lamelles (j’utilise une mandoline). Mélanger les lamelles de pomme à l’appareil. Verser dans un moule huilé ou chemisé.

Découper la dernière pomme en quartiers et en décorer le dessus du gâteau.

Enfourner pour 40 minutes.

..

16 Commentaires

  1. Cette torta di mele m’inspire également… tout comme ce blog.

  2. Merci pour cette magnifique cuisine … Bravo

  3. Oh la la je vais à Rome en décembre avec ma maman mais là j’ai envie de changer pour Florence!
    Aurais-tu des adresses aussi merveilleuses à conseiller à Rome également si jamais tu as un peu de temps?

    Par ailleurs j’adore ton blogue et je me régale les yeux de tes jolies photos et m’instruis grace aux informations méticuleuses que tu prodigues!

    Bises d’Inde,

    Solveig

  4. bonjour la Florentine!!! j’ai fait ce beau gateau , l’aspect est très agréable ….mais je trouve qu’il manque de sucré, une cuillère à soupe de miel suffit -elle? j’y ai mis de la farine de sarrasin est-ce pour ça? bonne journée !martine

    1. Oui, je sucre à peine car j’y suis habituée. Cela dépend des goûts. Donc si tu préfères plus sucré, il faut en ajouter plus ! Bonne soirée !

  5. Coucou Hélène ! Moi aussi je me pâme devant ce magnifique gâteau ! Il donne vraiment envie et sera très vite sur ma table. Que des ingrédients que j’aime et tolère (sauf le rhum !).
    La destination de ton petit week-end me donne des idées d’escapades également. Peux être pour mes prochaines vacances, j’ai grandement besoin de prendre l’air… Bon dimanche, je t’embrasse. Agnès

    1. Alors commence à prévoir tes vacances, Agnès ! Ca repose déjà un peu par anticipation :-) Prends soin de toi ! Bises.

  6. Bonjour, ce bielles tombe à pic, car nous avons prévu une escapade à Florence en décembre. Ce gâteau m’a l’air bien appétissant!!!! Merci beaucoup et si vous avez d’autres adresses je suis preneuse . Bon dimanche

    1. Dès qu’on a trouvé l’Osteria dont je parle, on n’est plus allés que là, ou presque. C’est dire que c’est bon :-) Les autres adresses que l’on a testées étaient plus « attrape-touristes » (bonnes, mais trop chères) alors j’aime autant ne pas les partager !

  7. Coucou Helene, est ce que tu crois qu’on peut remplacer le miel par de la mélasse noire?

  8. Oh, ça me plaît tout ça, Hélène ! Des années que je n’ai pas utilisé le souchet (je n’avais pas été convaincue, faute de bonnes recettes, probablement) mais j’ai tous les autres ingrédients. Je pense le faire demain, pour compléter un dîner léger.

    Ça a l’air follement romantique, ce week-end à Florence en amoureux ! J’espère juste que vous n’avez pas pris froid…

    Have a nice Sunday with your British sweetheart! ;-)

    1. J’espère que tu as aimé ! Oui, c’était romantique, mais j’avoue que l’on a dédié toutes nos (maigres) ressources intellectuelles à l’évitement des flaques d’eau (pas les chaussures adaptées). C’était très exigeant :-) mais grâce à ça, pas de rhume !

  9. Florence sous la flotte, la Piazza della Republica, le duomo, les pâtes fraîches, et un gâteau moelleux qui sent la pomme et le citron, et même le souchet. Tu veux VRAIMENT que je m’évanouisse là devant mon écran? <3

    1. Ah ah, ça n’était pas intentionnel. Mais le gâteau en vaut la peine, oui. Si je savais faire les pâtes fraîches… Bises !

Laisser un commentaire