Recette récup #2 : poêlée de tempeh et fanes de carotte

poelee-fanes-tempeh-4

Bonjour ! Je suis ravie de trouver enfin le temps de reprendre le clavier. Entre les visites d’amis, ma thèse qui prend une tournure intéressante et le travail d’écriture (et cette fois, de photographie) pour un troisième livre de recettes, je cours après le temps. Pour corser le tout, j’ai découvert, après tout le monde, les bienfaits du sommeil. Finies, les nuits de 5 heures : à dix heures du soir, mes yeux se ferment. Quand au lever énergique à 6 h du matin, comment vous dire… ?

Au programme de ce billet, deux choses : j’étoffe la rubrique « Recettes récup », entamée en fanfare avec de la récup’ de peaux de banane, mais jamais continuée faute de temps, et vous pompe l’air avec une longue, très longue revue du Web ensuite.

La recette du jour est notre déjeuner rituel du samedi : une poêlée de tempeh aux fanes de carotte. Ces dernières sont plus savoureuses que les épinards, mais plus fibreuses : au moment de les cuisiner, retirez les tiges trop dures. Les fanes coupées se conservent 24 heures dans un vase, comme des fleurs. Je les trouve plus décoratives que des fleurs coupées, qui me font toujours l’effet d’un grand gâchis ! Après 48 heures, beaucoup de fanes commencent à sécher. Elles sont toujours bonnes, mais vous risquez d’en perdre une partie.

Cette poêlée est très facile à faire et demande peu d’attention. Elle est idéale lorsque l’on a autre chose à faire : tous les ingrédients sont réunis dans une poêle que l’on couvre et que l’on laisse cuire doucement.

poelee-fanes-tempeh-2poelee-fanes-tempeh-3

La seconde partie du billet est une revue non-exhaustive de mes lectures et intérêts du moment et des sujets qui me tiennent à coeur. J’espère que vous y apprendrez quelque chose ou y glanerez des idées de lecture pour occuper les longues soirées d’automne… Soyez avertis : c’est long, personnel (vous avez le droit de ne pas partager mon avis et dans tous les cas, n’hésitez pas à m’en parler en commentaire ou par mail) et je n’ai pas pris le temps de me relire après une journée passée à compiler toute cette prose ;-). A bientôt !

1. Cuisine

  • Un blog que j’aime beaucoup : celui d’Anna Jones. Une chef anglaise, végétarienne, formée chez Jamie Oliver. Elle a sa propre rubrique hebdomadaire dans le Guardian, de grande qualité : c’est la reine des associations de saveurs osées et réussies. J’ai acheté son premier livre il y a deux ans – le seul de ma collection dont j’ai vraiment réalisé certaines recettes – et ne rêve de me procurer le second.
  • Sur le thèmes des fanes de carotte, voici des recettes que je compte essayer lorsque je me serai lassée de ma chère poêlée : un cake salé, un pesto et une salade.

2. Livres

  • Deux livres seront publiés le 13 octobre prochain : le Journal pour Anne et les Lettres pour Anne. Le premier est le journal tenu par l’ancien président de la République F. Mitterrand de 1964 à 1970 à l’intention d’Anne Pingeot, l’amour de sa vie. L’autre est un recueil des lettres adressées à sa maîtresse pendant les 30 années de leur idylle secrète. Les extraits que j’en ai lus sont d’une belle qualité littéraire – l’on murmure que Mitterrand était le dernier président « lettré » que la France ait eu – et l’ensemble, lit-on dans la presse, apporte un éclairage assez unique sur 30 ans de politique française. Bref, j’ai hâte de me mettre à lire !
  • Dans une autre veine, mais en restant du côté des présidents défunts, je ne saurais trop recommander l’Anthologie de la poésie française de G. Pompidou : un condensé du meilleur depuis que la poésie française existe. Mon poème favori : le très perché El Desdichado (de Nerval), suivi de près par A Villequier, la longue lamentation résignée d’un Hugo en deuil de sa fille.

3. Films / séries

  • Dirty Wars : Je suis très fan et admirative du journaliste d’investigation Jeremy Scahill, celui qui a révélé dans un livre le scandale de Blackwater. Vous savez, cette entreprise de « location de mercenaires » qui fournit des soldats aux Etats-Unis… Dans Dirty Wars, Scahill décrit la façon dont, à la suite du 11 septembre 2001, les USA ont changé leur façon de faire la guerre. Le documentaire porte son attention sur un corps d’armée exceptionnel, JSOC, le seul à communiquer directement avec le président des Etats-Unis, et à avoir toute latitude pour assassiner – des femmes, des enfants, parfois des familles entières. Bref, comment le meurtre et sa dissimulation (ou négation) médiatique est devenu l’outil de guerre de la première puissance mondiale. Un résumé ici, et .
  • The Hollow Crown : Une série télé de la BBC adaptant deux trilogies historiques de Shakespeare, réalisées par Sam Mendes (American Beauty). La première saison relate le renversement du jeune roi Richard II par le futur Henry IV, le règne de ce dernier et l’ascension de son fil Henry V, à la jeunesse folle et débauchée. Le tout, sur fond de batailles et de conquêtes de la France – présentée comme une nation de faibles et d’orgueilleux ! Le début de la seconde saison relate le règne malheureux d’Henry VI, un roi très dévot mais très faible sans autorité. La fin de son règne est marqué par le début de la Guerre des Deux-Roses, durant laquelle deux familles prétendantes au trône d’Angleterre, les York (la rose blanche) et les Lancaster (la rose rouge), vont se déchirer et se décimer l’une l’autre. Cette saison est nettement plus sanglante. La série se termine en apothéose par la mort du très machiavélique Richard III et par l’accès au trône de Henry VII, un York, qui clôt la Guerre des Deux-Roses en épousant une Lancaster. Les deux séries sont portées par un casting d’acteurs magistraux : Jeremy Irons, Tom Hiddleston, Benedict Cumberbatch, Tom Sturridge, Julie Walters, et les Frenchies Clémence Poésy et Mélanie Thierry.
  • Une courte vidéo : Man, de Steve Cutts. Regardez-la tout de suite ! J’aime beaucoup cet illustrateur anglais qui décrit avec ironie (et pas mal de trash) les sordides dérives des sociétés modernes.

4. Société

  • Le sommeil des enfants, un enjeu politique. « Jusqu’à 12 ans, un enfant devrait dormir onze heures par nuit. En primaire, cela signifie un coucher au plus tard à 20 h 30 pour un lever à 7 h 30! Qui respecte cela? » Le sommeil des enfants, à un âge où le cerveau est en pleine construction, est absolument crucial. Le sommeil permet l’apprentissage : c’est la nuit, après une journée de classe, que l’on retient, que l’on comprend. Oui, en dormant. Pourtant, les enfants aujourd’hui ne dorment pas assez, ce qui entraîne des souffrances psychiques mais aussi favorise des maladies cardiovasculaires, le diabète… Les enfants de familles défavorisées sont aussi ceux qui dorment le moins : le sommeil est alors un enjeu social. Sans proposer de pistes concrètes, cet article a le mérite de porter notre attention sur cet enjeu de taille.

« Or les conditions d’un bon sommeil sont largement conditionnées par l’environnement physique, culturel et social. Ce rapport explore le sommeil sous tous ses aspects : la santé publique et la sécurité (consommations de médicaments, sécurité routière), le travail de nuit, le sommeil des enfants et des adolescents, mais aussi les effets du bruit et de la pollution lumineuse, ou encore les inégalités sociales produites ou révélées par le sommeil. Sept axes de propositions, assorties de recommandations concrètes, répondent au diagnostic formulé dans ce rapport. »

  • Sucre : l’industrie du sucre a menti et rejeté la faute sur le gras ! Un article du prestigieux JAMA (Journal of American Medicine Association) publié en septembre dernier a fait grand bruit dans la communauté scientifique et dans l’industrie agro-alimentaire. Les auteurs ont retrouvé des documents prouvant que l’industrie américaine du sucre, dans les années 1960, avait corrompu des chercheurs en nutrition de Harvard afin de produire des études fallacieuses réfutant les méfaits du sucre sur la santé cardio-vasculaire et rejetant la faute sur les graisses saturées. Par conséquent, les décennies suivantes ont vu l’avènement des produits allégés en graisses, ces dernières remplacées… par du sucre. Simultanément, le diabète et les maladies cardio-vasculaires se sont multipliées. Aujourd’hui, c’est Harvard elle-même qui reconnaît que la consommation de sucre accroit le risque de maladies cardio-vasculaires.
  • Réparer plus pour gagner plus : l’équation gagnante de la Suède. Le pays a choisi de réduire de moitié la TVA sur les services de réparation de vélos, de vêtements et de chaussures. Le but étant, bien sûr, de lutter contre la culture du « tout jetable » mais aussi de créer des emplois : ceux des futurs réparateurs. Il est même question de permettre aux Suédois de bénéficier d’un crédit d’impôt en cas de réparation d’un gros appareil électro-ménager. Rappelons que la Suède a déjà réduit de 23% ses émissions de carbone par rapport à 1990.

5. Environnement

  • Barcelone, bientôt piétonne ? La municipalité de cette ville, l’une des plus polluée d’Europe, s’inquiètent pour la santé des habitants. La pollution y est soupçonnée de causer 3500 morts prématurées chaque année. La stratégie pour rendre la ville piétonne pas à pas est simple. Dans un premier temps, quelques zones, les « carrés », sont interdits à la circulation automobile. La circulation se réorganise alors le long des axes bordant ces « carrés ». Puis, lorsqu’un équilibre est atteint, d’autres « carrés » sont rendus piétons, etc. L’objectif : rendre 60% de la ville piétonne. Un quartier est actuellement en phase de test. Je trouve dommage qu’aucun média en France ne relaie cette initiative assez révolutionnaire pour une si grande ville !
  • Autre initiative peu médiatisée : les permis de végétaliser délivrés par la Mairie de Paris. Désormais, chacun peut devenir jardinier urbain sans passer par la case guerilla gardening. Tout est permis (ou presque) : « végétaliser » les murs, les toitures, les trottoirs, les carrés de terre au pied des arbres (vous savez, ces carrés de terre morte en pleine ville…), installer des plate-bandes… Ca semble facile et la Mairie de Paris semble même laisser beaucoup de libertés aux citoyens :

« Déposez votre demande accompagnée de votre projet (toutes vos idées sont les bienvenues) ; Dans un délai d’un mois, vous recevez votre permis ; Un kit de plantation comprenant de la terre végétale et des graines peut vous être fourni sur demande ; Vous signez la charte de végétalisation qui vous engage à utiliser des plantes locales et mellifères favorisant la biodiversité de Paris, à ne pas recourir à des pesticides et à veiller à l’esthétique et à l’entretien de vos plantes et supports. »

J’ai vu lors de mon dernier passage à Paris quelques plates-bandes dans le 11è arrondissement, c’était absolument ravissant ! Zürich, où je vis, a une longueur d’avance sur la question : pas un pied d’arbre qui ne soit planté de tournesols, de roses trémières ou de rosiers !

  • La fin de la vaisselle jetable ? Le 31 août dernier, un décret a été publié décrivant la manière dont la vaisselle en plastique à usage unique sera « interdite » au 1er janvier 2020. La question avait fait débat (le Sénat s’y était opposé en 2015…). Bien entendu, je ne peux que me réjouir d’une telle décision, mais à y regarder de plus près, « interdiction » semble un peu exagéré et les modalités d’application semblent assez floues. Peut-être est-ce pour ne pas froisser les lobbys du plastique, farouchement opposés au décret. Tout d’abord, le décret ne parle que des « gobelets » et « assiettes » jetable : quid des couverts en plastiques, des bâtons en plastique pour le café, des boîtes en plastique dans lesquelles les fast-foods comme les traiteurs conditionnent les repas ? De plus, ne seront interdits que les objets contenant « majoritairement » du plastique (la définition de « plastique » est elle-même source de débats). Alors, que dire des « assiettes en carton » à usage unique, systématiquement recouvertes d’un film plastique ? Le décret concerne les

« personnes physiques ou morales livrant, utilisant, distribuant ou mettant à disposition pour la première fois sur le marché intérieur, à titre onéreux ou gratuit, pour les besoins de leur activité économique, des gobelets, verres ou assiettes jetables en matière plastique. »

L’on peut donc s’interroger sur le sens de « pour les besoins de leur activité économique ». A première vue, cela pourrait signifier que les cafés, restaurants, machines à café, bars, etc… ne pourront plus servir de nourriture solide ou liquide dans de la vaisselle jetable. Qu’en est-il de la vaisselle jetable vendue en grande surface aux particuliers ? La vente de vaisselle plastique n’est certainement pas « nécessaire » à l’activité économique des supermarchés… En résumé : avant de sauter de joie à l’annonce de ce décret, j’attends d’en savoir plus sur sa réelle portée.

  • Des opportunités pour entreprendre. Le côté positif de cette avancée législative, c’est qu’il va falloir trouver des solutions pour remplacer la vaisselle à usage unique. Pour ma part, je ne voyage plus sans mes gobelets Kleen Kanteen et j’utilise des lunch-boxes en métal lorsque j’achète un take-away (oui, il faut l’avoir toujours dans son sac !). Cette start-up, Newcy, propose de réutiliser les gobelets en plastique des machines à café. D’autres proposent de la vaisselle jetable biodégradable et écologique. Le mieux ne serait-il pas d’opérer un changement de société et de se débarrasser de la culture du jetable ?

6. Agriculture

  • Vive les mariés ! Le géant pharmaceutique Bayer a racheté Monsanto, l’ayatollah des pesticides et des OGM. Le but inavoué de cette union hautement toxique est de rassembler un grand nombre de brevets pour des produits phytosanitaires et pour les semences OGM associées. Vous le savez sans doute, Monsanto a mis au point le désherbant Roundup mais aussi des OGM « Roundup-ready » élaborés pour résister au Roundup. Ainsi, la firme vend-elle un package comprenant semences et produits. Il suffit de planter les graines et d’épandre les produits : rien ne pousse, à part la plante OGM. C’est l’agriculture moderne et industrielle dont Bayer et Monsanto prétendent qu’elle est la seule capable de nourrir la planète. A terme, le but est surtout de controller l’intégralité du processus de culture et de rendre les agriculteurs 100% dépendants des « packages » vendus par la firme. En fusionnant, les deux groupes ont plus de poids, plus de moyens et peuvent également exercer plus de pressions auprès des gouvernements afin de modifier la réglementation en leur faveur.

……

7. Vie pratique

  • Le shampoing à la farine de pois chiches : je le découvre après tout le monde et c’est très efficace. Je suis la recette de Clémentine mais avant de me frotter le crâne avec la pâte au pois chiche, je passe la préparation afin d’éliminer les plus gros grains. Comme le dit Clémentine, même après un rinçage méticuleux, il restera des morceaux de pois chiche dans vos cheveux. Ils partent très facilement au brossage, tout va bien ! Pour rendre le mélange plus efficace et un peu plus mousseux, j’y ajoute 1 cuillère à café de ghassoul en poudre. Bref, j’ai trouvé une alternative sympa et rapide à mon shampoing habituel !

poelee-fanes-tempeh-1

;;;

Poêlée de fanes de carottes et tempeh

Pour 2 personnes affamées

  • 1 oignon
  • 3 gousses d’ail
  • 1 c. à café de poivre noir moulu
  • 200 g de tempeh
  • Les fanes d’une botte de carottes nouvelles
  • 1 c. à café de paprika (fumé ou non)
  • 1/2 c. à café de graines de coriandre
  • 150 mL de vin rouge
  • 75 mL de vinaigre de cidre
  • 6 c. à soupe de sauce soja pauvre en sodium
  • [Optionnel] 100 g de yaourt à la grecque, fromage blanc non allégé ou équivalent végétal (crème de coco, de soja…)

Peler et émincer l’oignon. Hacher la gousse d’ail. Moudre le poivre. Détailler le tempeh en dés. Retirer les tiges principales des fanes de carotte. Laver et hacher grossièrement les feuilles.

Placer les oignons et l’ail dans le fond de la poêle. Ajouter le tempeh, les fanes de carotte puis les épices. Verser les liquides ainsi que 6 c. à soupe d’eau. Couvrir.

Porter à ébullition. Lorsqu’elle est atteinte, diminuer le feu (feu doux) et laisser mijoter 40 minutes.

Surveiller régulièrement pour vérifier qu’il reste assez de liquide. Si besoin, ajouter l’un des trois liquides : vin rouge, vinaigre ou sauce soja, ou un peu des trois.

Avant de servir, ajouter le yaourt. Mélanger, laisser mijoter deux minutes à feu moyen et servir aussitôt.

….

 

21 Commentaires

  1. résé dit :

    pour ce qui est des lettres de F M ça me laisse songeuse ….
    je trouve que c’est un peu faire du fric facilement ……. mais ça n’engage que moi !!
    j’ai aussi entendu dire, que ce serait très certainement, les derniers écrits d’un personnage célèbre ! avec le portable, sms et mails, les belles lettres d’amour n’existeraient plus … snifff !
    j’attends ton retour pour savoir si ça vaut vraiment le coup de l’acheter mais ça me fait terriblement envie !!! ;)
    perso, je t’admire pour tout le boulot que tu abats …. (je me répète non?? :D )
    et merci pour la recette ! (chouette !! y’a pas de vanille !!! :D
    de gros bisous à toi ! de ceux qui donnent du pep’s !!
    <3

    1. Hélène dit :

      C’est vrai, j’aimerais bien savoir si l’argent de ces livres servira à faire le bonheur de plus qu’une personne. Ma mère a réagi comme toi. Moi, j’étais pas née ou toute petite alors j’ai sûrement un point de vue différent, c’est le côté historique / politique qui m’intrigue. Mes parents voient surtout le côté scandaleux… Bisous Résé !

      1. résé dit :

        comme avec ta maman on doit avoir le même âge ou presque ça me rassure !!
        j’ai tjrs l’impression d’être en dehors :D
        eh oui !! nous on l’a vécu in live !
        mais j’aurais bien aimé rencontrer le personnage quand même !! en dehors de la politique bien sûr !
        et je crois aussi qu’il est un des derniers président a vraiment avoir « travaillé » dans les vraie vie !!
        c’était une autre époque !
        avant donc !!! :D
        et un autre siècle ….

  2. vielle ma rie-pierre dit :

    desolee ça y est je l’ai enfin trouve
    je n’arrivais pas au bout du listing !!! merci celle ci je vais la faire c’est certain

    1. Hélène dit :

      J’espère que ça te plaira !

  3. charlotte dit :

    Waou merci pour cette super sélection d’articles ! Je vis un peu en sous-marin en ce moment donc je découvre plein de choses avec tes liens.
    Merci :) (Et j’ai de plus en plus envie d’aller voir Zurich avec tes photos Instagram et tes commentaires !)

    1. Hélène dit :

      N’hésite pas à pointer ta tronche, tu seras la bienvenue. J’adore les bébés ;-). Un conseil : venir en été, pour les bains de lac et de rivière et les longues soirées à la « plage » en pleine ville !

      1. charlotte dit :

        Rhoo tu me donnes encore plus envie ! Écoutes si je me pointe l’été prochain je te ferai peut être signe ;) Et tu vas voir que ma loupiote va te donner envie de t’y mettre :D

        1. Hélène dit :

          Attends, je censure ton comm’, il ne faut pas que mon mec te lise ;-)

  4. Kasha dit :

    Merci beaucoup pour cet excellent article Hélène, j’ai pris le temps de tout lire ainsi que tes liens qui m’ont beaucoup appris. J’aime ce genre de chronique enrichissante, j’applaudis pour ce travail dans ton emploi du temps chargé. Merci pour ta recette également. 😉 Bises 😚

    1. Hélène dit :

      Bonjour Agnès, quel courage :-) C’est enrichissant pour moi aussi de faire une synthèse de tout ça ! Bonne semaine à toi, bises.

  5. Lénaïc dit :

    Bonjour Hélène,
    Je prends rarement le temps de laisser des commentaires sur les blogs que j’apprécie, mais merci pour tes articles où j’aime puiser inspiration culinaire (dont certaines idées un peu saugrenues, genre du panais mixé dans une crème au chocolat…) et infos intéressantes toujours bien sourcées.
    Je ne saurais trop te recommander le deuxième livre d’Anna Jones. J’ai acheté les deux il y a qqs mois, et si je devais n’en garder que deux, ce serait ces deux là ! J’aime bcp l’organisation du deuxième, les recettes sont classées en fonction du temps que l’on a devant soit pour cuisiner, c’est hyper pratique. Je m’en sers plusieurs fois par semaine, chose rare avec mes livres de cuisine ! Et je ne connaissais pas sa rubrique dans « The Guardian », merci !
    Belle journée à toi.

    1. Hélène dit :

      Bonjour Lénaïc, merci pour la recommandation. Je crois que je vais me l’offrir alors. J’en ai trop envie :-) Bonne fin de week-end !

  6. Bee dit :

    Bonjour !
    J’ai lu avec attention toutes tes recommandations de lectures et visionnages ; j’ajouterais à la liste de documentaires sur le sucre l’excellent « Fed up » ainsi que « That Sugar film ». Le premier est un documentaire réalisé aux États-Unis, dans lequel est évoqué le lien entre consommation de produits allégés et risque accru de diabète de type II et de maladies cardiovasculaires, et montre les ahurissants partenariats entre cantines scolaires et fast food ; le second est un documentaire réalisé par un acteur australien, qui a décidé de ne manger que des produits dits « santé » sans modifier les quantités de nourriture ingérée ni son activité physique, pour démontrer les méfaits du sucre… Et je ne peux que te recommander les recettes de Sarah Wilson, journaliste australienne qui a arrêté le sucre il y a bien longtemps ! Elle n’est pas végéta*rienne mais fait la part belle aux végétaux. Bons visionnages et bonnes lectures !

    1. Hélène dit :

      Hello Bee ! En effet j’avais déjà parlé de That Sugar Film ici (http://green-me-up.com/2016/02/gateaux-aux-carottes-sarrasin-et-noisettes.html), je le recommande à tout le monde autour de moi. J’ai vu Fed Up aussi, bien sûr, j’avais été tellement choquée d’apprendre que les Pizza Hut et consorts avaient réussi à faire en sorte que la pizza soit considérée comme une portion de légumes… Merci de le rappeler, ce sont des documentaires incontournables !

      1. Bee dit :

        Oh ! Honte à moi ! Je suis pourtant ton blog depuis des années et suis passée à côté de ce conseil :-) ! J’en ai même parlé à mes élèves (mais en primaire, ils se sentent assez peu concernés par les histoires de santé liées au sucre…).
        Je suis en ce moment même en train de regarder Vox Pop sur Arte, qui parle de la maltraitance des animaux en Europe. À voir aussi !

  7. NathalieD dit :

    Bonjour Hélène, merci pour toutes ces infos. Il faut aussi signaler le lien sucre-cancer, particulièrement le cancer du sein qui frappe des femmes de plus en plus jeunes semble-t’il :( Savez-vous qu’il y a eu une initiative dans les écoles du Nord de la France pour informer les enfants sur le sucre et les dangers d’en abuser, et que le lobby du sucre a réussi à s’y infiltrer en tant que « partenaire » ? Comment une bonne intention de départ peut se retrouver pervertie par manque de vigilance et/ou laxisme…
    Quand aux lettres de F. Mitterand à son amoureuse, je les trouve non seulement magnifiques mais aussi très émouvantes.
    Nathalie

    1. Hélène dit :

      Bonjour Natalie, oui, dans le documentaire Cash Investigation sur les lobbies du sucre (dispo sur youtube), on l’apprend. C’est absolument désastreux ! Merci pour le lien avec le cancer, je vais me renseigner, c’est la première fois que j’en entend parler. Mais le Monde a publié récemment des chiffres alarmants sur le cancer, et en effet celui du sein semble attaquer les femmes de plus en plus jeunes !

      1. NathalieD dit :

        Je n’ai pas vu Cash Investigation, j’avais entendu parler de cette initiative il y a deux ou trois ans déjà.
        Oui la non digestion du sucre par les cellules entraîne une fermentation et une division rapide des cellules cancéreuses, c’est l’effet Warburg, connu depuis le début du 20eme siècle (!). Vous pouvez aller voir le site du Dr Schwartz « Guérir du cancer », il l’explique très bien. Et c’est malheureusement quelque chose qui n’est pas du tout pris en compte actuellement par la cancérologie…

  8. Poulpy dit :

    Merci pour cette recette! depuis le temps que ma maraîchère me dit d’essayer mais que les fanes finissent dans le lombricomposteur…la faute à la feignantise…
    aller, demain c’est le jour des légumes, je vais tenter les fanes!
    Merci pour cette sélection d’infos très inspirante, cela donne matières à réfléchir et de creuser les sujets ;)
    Au plaisir de te lire!

    1. Hélène dit :

      Plus d’excuse !!! Il ne faut pas jeter ces petites merveilles :-) Le goût est « spécial » mais on s’y habitue très vite.

Les commentaires sont clos.