Crumble de fin d’été

crumble de fin d'été aux questsches
crumble de fin d'été aux questschescrumble de fin d'été aux questsches

La fin de l’été. Le meilleur moment de l’année. Juillet et août me rendent mélancolique. L’été, point d’acmé du cycle des saisons, me pousse à la réflexion, à dresser le bilan de l’année passée, à revivre l’été précédent, ceux d’avant, tous les autres étés. Est-ce une saison, l’été, ou le passé du verbe « être » ?

Cet été-ci était le dernier avant mes trente ans. Celui qui marque la moitié de ma thèse à Zürich. L’été dernier, je mettais fin à une triste romance  de quelques années. J’ai honoré ce souvenir et le chemin parcouru depuis, tant de choses en un an… 10 ans plus tôt, c’était l’été après deux années de classes prépa, la rentrée en école d’ingénieur. Ceux qui l’ont vécu savent. C’était l’été de la liberté un temps retrouvée, du coeur léger, de l’insouciance. J’étais encore si enfant.

Les vacances d’été passées au complet, avec ma famille, ressemblent de plus en plus à une victoire sur le temps. Papa a un peu maigri depuis l’été dernier, non ? Deux petites rides nouvelles sillonnent le front anxieux de Maman. Mon frère et moi somme toujours plus occupés, happés par nos vies d’adultes. Nous ne restons pas longtemps, à peine le temps de quelques petit-déjeuners au soleil. Nous repartons, le coeur serré de laisser derrière nous nos parents un peu plus seuls, un peu plus vieux mais si vaillants que l’on a envie de croire qu’il reste encore beaucoup de petits déjeuners ensemble.

crumble de fin d'été aux questsches

Lorsque l’été glisse vers l’automne, je retrouve une énergie folle. L’on peut encore se baigner dans le lac, pique-niquer le long de la rivière. Je ne pense plus au passé ni à l’avenir, le présent m’est rendu et je l’aspire à plein poumons. Le début de septembre s’ouvre sur une page blanche.

Vous ai-je parlé des baies de sureau que l’on cueille le long des chemins. Des petites fermes bio en lisière de la ville, qui vendent des cargaisons de potimarron à un prix imbattable. Des moutons qui se laissent flatter le museau, des vaches impassibles. Des mûres acides et des pommes inaccessibles dans des bosquets épais. Des prunes, des quetsches, des reine-claude, des mirabelles, dernière salve d’abondance sucrée d’une belle saison qui se retire. C’est en crumble que je les préfère et celui-ci a été hautement plébiscité par mon bel anglais. Essayez-le.

crumble de fin d'été aux questsches

Crumble de fin d’été

Pour 12 personnes

  • 1,5 kg de questsches
  • 200 g de baies de sureau (ou de mûres, myrtilles)
  • 150 g de flocons d’avoine
  • 50 g de flocons de sarrasin
  • 75 g de poudre d’amandes + 1 poignée d’amandes entières
  • 3 c. à soupe de farine de pois chiches
  • 4 c. à soupe d’huile d’olive
  • 2 c. à soupe d’huile de coco
  • 2 c. à soupe de sucre de canne complet
  • 1/2 c. à café de cannelle moulue
  • Eau

Préchauffer le four à 180°C.

Laver, couper et dénoyauter les prunes. Egrener les baies de sureau. Répartir les fruits, bien tassés, dans un moule profond.

Mélanger tous les ingrédients du crumble sauf l’eau, malaxer. Ajouter de l’eau, peu à peu, en très petite quantité, et mélanger. Le crumble doit être compact mais humide pour ne pas dessécher à la cuisson.

Répartir le crumble sur les fruits. Enfourner pour 35 minutes (environ). Laisser refroidir et verser un filet de miel liquide en zig-zag sur le dessus du gâteau.

Ce crumble est encore meilleur après une nuit au frais, lorsque le jus des fruits a largement imbibé la croûte.

16 Commentaires

  1. J’aime tellement ta phrase « est-ce une saison l’été ou le passé du verbe être ? » Je me rends compte également que je revis beaucoup de choses durant cette saison, où je fais en effet le point sur ma vie, dans bcp de domaines. Comme si cette saison était la saison de la dernière chance pour se libérer de certaines accumulations… mais non, que nenni, l’automne est tellement belle et tellement douce <3 sachons être en paix avec nous-même tout au long de l'année…
    Je pense que ton crumble peut nous y aider ;)

    1. J’aime aussi beaucoup faire le tri en automne…

  2. J’ai testé ta recette (en échangeant les baies contre des pommes) pour régaler d’un dessert une gentille famille m’ayant accueilli pour un déjeuner au soleil (il faut bien en profiter tant qu’il est là) et ils ont adoré, même les plus jeunes. Merci beaucoup !

  3. L’été est vraiment passé trop vite cette année. Cette recette, ça nous réconcilie un peu avec l’arrivée de l’automne !! J’ai encore des quetsches dans mon congel, ça me donne de bonnes idées.

  4. En ramassant des baies de sureau j’ai pensé à toi Hélène, car c’est toi qui m’a fait découvrir ce délicieux petit fruit (enfant on m’interdisait d’en cueillir). J’ai fait moi aussi un crumble en début de semaine avec des quetsches, les dernières framboises du potager, du cassis que j’ai congelé, et du sureau ainsi que des flocons de sarrasin, d’avoine et huile de coco. J’ai mangé la dernière part ce matin au bureau après une grosse prise de sang, même froid c’était excellent ! Je note l’utilisation de la farine de pois chiches, belle façon une nouvelle fois de manger des protéines au petit déjeuner. A refaire donc.
    Quel beau récit encore, oui on veut un livre !! 🤗Profites bien en tout cas de tous les bons moments passés auprès de tes parents. Je t’embrasse. Agnès

    1. Haha, c’est trop gentil mais il ne faut pas exagérer : j’ai des livres de recettes, un blog et SURTOUT une thèse à écrire, et c’est mieux que ma belle prose de comptoir ! En revanche j’ai une amie qui écrit très bien, je te dirai quand son prochain roman sera publié :-) Bises, Agnès !

  5. Ou trouver les flocons de sarrasin? En magasin bio? Pas de farine de pois chiche sous la main…est ce que farine de froment peut faire l’affaire? Merci pour les recettes et pr le post que je suis régulièrement.

    1. Oui, en magasin bio. Oui, la farine de froment ira ! Pour le sarrasin, tu peux remplacer par des flocons d’avoine. C’est gentil d’être passée !

  6. Un bien joli texte… et une belle recette alléchante ! :P Merci.

  7. Cela fait bail que je ne suis pas venue te lire Hélène. Cela fait du bien de franchir quelque fois la porte d’une autre maison qui ressemble tant à celle que l’on voulait. Bonne rentrée !!

    1. Merci Aurélie, bonne rentrée à toi aussi.

  8. Oh, tes récits m’avaient manqué, Hélène ! Mais quand sors-tu ton livre !!
    Moi aussi je suis dans ma période crumble. Et j’y ai également glissé de la farine de pois chiche ! Je n’ai pas pensé aux flocons de sarrasin, quelle bonne idée.
    Et avec ces baies de sureau, je ne peux qu’imaginer le gout …
    De grosses bises, Hélène !
    P.S.: Je suis jalouse de tes potimarrons à petit prix ! ;)

    1. Eh eh, tout le monde jalouse nos potimarrons… Pourtant, j’ai donné l’adresse à tous mes collègues, je suis sympa ! Bisous, Rose.

Laisser un commentaire