Yaourt d’avoine fermentée

yaourt-avoine3

L’été est une saison propice aux fermentations artisanales : les températures en hausse favorisent l’activité bactérienne. Les réactions sont plus rapides et, lorsque l’on débute, il est gratifiant de pouvoir constater en peu de temps le succès (ou l’échec) de ses premiers essais ! Après le kimchi et les légumes lactofermentés, en attendant un article sur le levain, voici une recette d’un niveau de difficulté intermédiaire : celle du yaourt à l’avoine. Oui, vous avez bien lu, du yaourt, vraiment fermenté, dont la richesse en probiotiques naturels ferait pâlir de rage les armées de Fibidus inactif(*) alignées au rayon frais des hypermarchés.

* Ce produit industriel au lait de vache malheureuse a préféré garder l’anonymat.

Le principe – laisser littéralement pourrir un mélange d’eau et de céréale moulue – est exactement le même que celui de la fabrication de levain. A la différence du levain, le temps de fermentation est court et l’on utilise de l’avoine, au parfum plus doux que celui du seigle. D’un point de vue technique, vous pourriez parfaitement adapter cette recette avec du froment, de l’épeautre ou du seigle, pour un résultat au goût très corsé… Forte d’une tentative à base d’épeautre l’an dernier, j’oserai qualifier le résultat de détestable ! Avec de l’avoine, c’est tout rond, tout doux. Malheureusement, cette recette ne s’adapte pas avec du quinoa ou du sarrasin. Avec du riz peut-être, je n’ai pas essayé… mais j’en doute.

L’idée, évidemment, ne date pas d’hier et n’est pas de moi. J’ai trouvé l’inspiration ici. Lors de mes premières tentatives, j’ai laissé la fermentation durer trop longtemps : je me suis retrouvée avec un yaourt parfaitement fermenté, à un stade de levain, pour un goût vraiment pas agréable. Soyez donc vigilants : en été, 24 heures peuvent suffire alors qu’il faut plusieurs jours de fermentation pour bâtir un levain !
yaourt-avoine2

Quant au goût, s’il est définitivement proche de celui du yaourt – avec l’odeur caractéristique d’acide lactique issu de la fermentation – vous serez sans doute un peu surpris : il n’est pas aussi neutre et policé que celui d’un yaourt. On pourrait le comparer à un yaourt fermier… à ceci près qu’aucune sécrétion mammaire bourrée de facteurs de croissance n’entre dans sa composition. J’aime le mixer à une pointe de vanille et une cuillerée de miel pour l’adoucir. Le miel, aux propriétés anti-bactériennes et antifongiques, permet une meilleure conservation du yaourt, qui se garde au frais 4  à 5 jours.

Dans cette recette, j’utilise à parts presque égales des flocons et des grains d’avoine. Plus vous augmenterez la proportion de flocons, plus le yaourt aura une saveur douce, car les flocons, précuits, sont plus sucrés et fermentent moins rapidement. On peut n’utiliser que des flocons d’avoine ou n’utiliser que des grains d’avoine.

Je conserve le yaourt dans des bocaux bien propres. Comme d’habitude, j’utilise une méthode de stérilisation pour les nul(les) : je verse de l’eau bouillante dans les bocaux, le joint à l’intérieur du bocal pour le stériliser aussi. Je pose le couvercle sur le bocal afin qu’il soit au contact de l’eau bouillante et laisse reposer 5 minutes. Ensuite, je vide l’eau prudemment et pose le bocal sur un torchon très propre jusqu’à ce qu’il ait refroidi. La chaleur du bocal suffit à en faire sécher l’intérieur : vous pouvez alors le remplir !

Pour finir, ce yaourt est délicieux avec des fruits rouges, sur une compote, pour allonger un porridge, pour relever une soupe ou pour rendre un smoothie plus onctueux et énergétique. Moi qui ne grignote jamais, j’ai même tendance à en boulotter un ramequin avec quelques raisins secs et une poignée d’amandes à l’heure du goûter… Heureusement, la semaine prochaine, vous aurez droit à une recette spécial bikini (j’ai horreur des bikinis). Ou à une soupe, selon mon humeur !
yaourt-avoine4

Yaourt d’avoine fermentée

Pour 800 mL de yaourt

  • 150 mL de grains d’avoine décortiquée (impérativement bio)
  • 200 mL de flocons d’avoine (impérativement bio)
  • 250 ml d’eau (350 ml pour un yaourt plus liquide)
  • 1 cuillère à soupe de miel crémeux
  • 1/2 cuillère à café de vanille en poudre

Faire tremper une nuit les grains d’avoine et les flocons dans un grand volume d’eau. Le lendemain, les égoutter dans une passoire. Verser l’avoine trempée dans le bol d’un blender, ajouter 250 mL d’eau et mixer jusqu’à l’obtention d’une texture parfaitement lisse. La pâte obtenue est très liquide, c’est normal.

Verser cette pâte dans un grand saladier très propre. Recouvrir d’un torchon humide et très propre lui aussi. Placer le saladier dans un endroit tempéré, à l’abri des insectes et des courants d’air : je le place dans mon four préalablement chauffé 5 minutes à 40°C.

Vérifier l’avancement de la fermentation 2 ou 3 fois par jour : très vite, la préparation va épaissir et mousser. Une odeur caractéristique de yaourt s’en dégage. L’odeur est cependant plus forte et rappelle un peu celle d’un fromage. Vous ne devez observer aucune moisissure ni la formation d’aucun liquide jaunâtre ou rougeâtre. Pour moi, 24 heures de fermentation suffisent. Dans un climat plus froid (en hiver, par exemple), cela peut prendre 48 heures ou plus.

Lorsque le goût vous convient, mixer le yaourt avec le miel et la vanille. Verser dans des pots en verre préalablement stérilisés 5 minutes dans de l’eau bouillante. Conserver au frais et consommer dans les jours qui viennent. Le yaourt peut sembler pétillant après quelques jours au frigidaire : c’est normal, il reste une activité bactérienne car c’est un produit vivant ! Remuez-le ou mixez-le, ce n’est absolument pas dangereux.

yaourt-avoine

..

110 Replies to “Yaourt d’avoine fermentée”

  1. Sophie LALANNE dit : Réponse

    Bonjour Hélène,
    J’ai un sachet d’avoine où il est indiqué « gruau d’avoine » et « Whole grain oat », grain entier, donc.Il me semble qu’ils sont décortiqués. Est-ce bien ceux-là qu’il faut utiliser pour ta recette ? Peut-on également faire cette recette uniquement avec des flocons ?
    Amicalement,
    Sophie

    1. Le gruau d’avoine, c’est bien ce qu’il faut. Parfait ! Je n’ai jamais essayé avec uniquement les flocons, pas sûre que ça marche aussi bien (comme c’est précuit, il se peut qu’il y ait moins de bactéries naturellement présentes sur le grain). Mais si tu n’as pas peur du risque, ça vaut la peine d’essayer :-)
      Bonne soirée,

      Hélène

  2. Bonjour Hélène, Bravo pour votre engagement et vos recettes inédites!
    J’avais l’habitude de réaliser du yaourt à base de sarrasin entier et de noisettes sur le même principe que votre recette (en ajoutant en hiver 1 c. à c. de probiotiques pour booster la fermentation).
    Avec l’avoine, j’ai un problème: après mixage, un goût très amer apparait et ne s’atténue que très peu avec la fermentation. J’ai essayé de mixer plus ou moins la préparation. J’ai fait plusieurs essais, en respectant vos indications, mais l’amertume est toujours trop présente et reste longtemps dans la bouche…
    Auriez vous des conseils pour palier à cela?
    Merci!

  3. Bonjour,
    Est-ce que cela fonctionne avec des amandes?
    Cordialement,

    1. Je n’ai pas essayé, mais je pense que non. Ce sont deux ingrédients très différents !

  4. Bonjour Hélène,
    Cela fait deux fois que j’essaie ta recette, sans succès ! Une fois que j’ai laissé tremper l’avoine et que je le mixe, je vois que la fermentation commence parce qu’il y a des petites bulles qui se forment, mais une fois que je laisse reposer, le phénomène diminue au lieu de progresser et c’est tout. La première fois que je l’avais fait c’était en hiver, et comme il faisait froid, j’avais attendu plusieurs jours, mais sans succès. Et la deuxième fois, je l’ai fait dans une yaourtière, directement dans des pots, et le mélange a commencé à « pourrir » au bout de 24h (mauvaise odeur + liquide rougeâtre qui s’est formé au-dessus). Je ne sais pas quoi faire, mais je n’est pas envie d’abandonner ! Je me demande si ce n’est pas mon mixage qui n’est pas assez fin (il reste toujours de tous petits morceaux d’avoine, je n’arrive pas à obtenir un mélange liquide 100% homogène). Mais comme la fermentation a l’air de marcher à ce stade, ce n’est peut-être pas ça.
    Aurais-tu des conseils à me donner ?
    Je te remercie d’avance !

    1. Bonjour Lucile. Je pense que cette recette n’est pas idéale en hiver. Il faut vraiment une chaleur ambiante pour démarrer la fermentation. Comme il n’est pas très éco-responsable d’avoir le four allumé 24h/24, je déconseille cette recette en hiver. Ou alors tu places le yaourt dans un endroit vraiment tiède, style sur un radiateur… Je n’ai pas essayé moi-même, comme je chauffe peu. La seconde fois, c’est moins évident de te répondre : qu’as-tu fait avec la yaourtière ? Si tu l’as fait marcher, il se peut que ce soit trop chaud au contraire et que ça ait tué les bactéries. Et surtout, as-tu bien utilisé de l’avoine bio ? Enfin, c’est toujours aléatoire de fermenter artisanalement : il se peut que tu n’aie simplement pas eu de chance.

      1. Merci pour ta réponse Hélène. Oui, j’utilise bien de l’avoine bio, je n’avais utilisé que des flocons d’avoine. Et j’ai laissé la yaourtière allumée tout le long, donc, c’était peut-être trop chaud. Je pense que je réessairai, mais sans yaourtière et en moins grande quantité pour éviter un nouveau gaspillage…

  5. Amandine Ferdinand dit : Réponse

    Bonjour Hélène, j’ai découvert ton site via une copine à toi il y a une semaine et je suis littéralement fan. J’ai déjà tenté les betteraves lacto fermentées et le yaourt. Je l’ai fait hier soir et ce matin y a bien l’odeur de yaourt mais j’ai goûté et c’est amer. Est ce normal? Ça pourrait être dû au fait que j’ai gardé l’eau de trempage pour mixer?
    Je te remercie pour ton retour.
    Et bravo pour ton blog il est vraiment génial !

  6. Que c’est ingénieux !!!

  7. Bonjour Hélène!
    Je voulais juste savoir si je peux tenter l’expérience dans la yaourtière? Qu’en penses-tu? Merci

    1. Aucune idée… Essaie !

  8. Coucou Hélène !! Au secours, ça ne marche pas :'( J’ai fait le mélange samedi, mon saladier a passé tout le weekend dehors au soleil (et c’est dire qu’il fait chaud en Provence en ce moment – je le rentrais la nuit), et le mélange reste toujours liquide… Comme ça avait tendance à décanter, j’ai enlever de l’eau, et j’ai l’impression que c’est presque pire :( Du coup je l’ai remis au four préchauffé à 50°C toute la nuit, mais ce matin, toujours aussi liquide… Pourtant j’ai bien des bulles de fermentation et une certaine acidité qui ce développe… Est ce que tu aurais une explication ? Est ce que ça pourrait être le mélange qui n’est pas broyé assez finement ? (j’ai fait du mieux que j’ai pu, mais je n’ai qu’un petit hachoir à purée pour bébé…)
    Merci d’avance pour tes conseils !! :)

    1. Oui, c’est peut-être mal mixé et il reste de l’eau et des grumeaux d’avoine. Désolée pour la réponse tardive, en vacances je ne vais pas trop sur internet :-) alors ça a donné quoi ?

      1. Tout est parti à la poubelle :'( Moi qui ai horreur du gaspillage bouhouhou… Le mélange était acide, pétillant, puant, enfin affreux ! J’avais même honte de le sortir sur la terrasse de peur que les voisins se posent des questions haha !
        Je pense que mon petit hachoir est trop peu puissant… Je réessaierai quand j’aurai investi dans un blender digne de ce nom ;)

  9. Génial ! Impressionant !
    Il faudrait 350ml de flocons d’avoine si on zappe les graines ? Merci pour l’astuce de la stérilisation aussi. Les pots doivent impérativement être hermétiquement fermés tu penses ?

    Je me suis lancée dans le levain aussi ! Premier pain pas trop mal réussi :) Mais j’ai besoin d’y travailler encore. Ca me fait penser que je devrais aller nourrir mon petit levain qui dort au frigo. Un vrai animal de compagnie !

    Merci encore Hélène, tes recettes sont … merveilleuses ?

    1. Oui, 350 ml de flocons. Non, mieux vaut ne pas fermer les pots hermétiquement, il faut que ça respire un peu ! Merci, Rose !

      1. Super, merci pour ta réponse !

  10. comme nous allons avoir 40 à l’ombre mardi, je vais pourvoir zapper le passage au four….ça me rappelle mes expériences de réjuvélac d’il y a quelques années
    https://en.wikipedia.org/wiki/Rejuvelac
    sauf que tu ne fais pas germer tes grains avant

    Je tenterai bien avec du millet , pour voir! (ou en mettant du jus lactofermenté au lieu de l’eau de trempage/mixage..

    1. c’est lancé avec flocons d’avoines + kamut germé…on verra dans 24h

    2. J’ai vu ton article !!! Ca me tente ce réjuvelac !

      1. c’est acidulé…puis si on attends, carrément acide…mais ça fait démarrer le suivant plus vite ( comme les yaourts)

  11. J’ai converti ce yaourt ce matin. Cela faisait un peu trop longtemps qu’il était dans mon frigo et pour ne pas le gâcher, quelques flocons de quinoa et de la cannelle plus tard, en voilà de délicieux crêpes épaisses ( presque dessinées au compas, j’ai une petite poelle ronde…). C’est terriblement bon. Moelleux et tout. Bref un pur régal !!

    1. Et moi je vais le recycler tout à l’heure dans un cake végétalien à base de farines complètes de petit épeautre, d’avoine et de sarrasin, avec des tonnes de fruits et fruits secs… Je sens que ça va être parfait!
      Ségo, tes crêpes doivent être délicieuses!

      1. Oui !!! Ca va être comme un gâteau au levain…

        1. Et voila, mon petit cake est cuit… et délicieux, tout moelleux!
          Merci pour tout Hélène, ton blog est une véritable source d’inspiration…
          Ah, et ces « yaourts »…un délice, vraiment!

    2. Argh, j’en veux ! Mais je n’ai pas de poêle adaptée… Tu as une poêle en fonte ?

      1. Oui j’ai une petite poêle de 12 cm. Ce n’est pas de la fonte mais de la tôle d’acier: http://www.debuyer.com/fr/produits/poêle-à-blinis-mineral-b-element
        Un cadeau qu’on m’a fait il y a quelques années, suite à une véritable passion pour les blinis !!

        1. Hum… Entre ça et la fonte, j’hésite… Mais il faut absolument que je m’équipe, j’aimerais pouvoir réussir des crêpes et des pancakes :-) !

          1. J’ai 2 poeles de cette marque, l’autre est plus grande, et me sert à à peu près tout. Elle passe au four aussi. Le seul défaut ce sont les bords pas assez hauts. Du coup j’aimerais bien une autre à bords hauts et en fonte.
            En tole d’acier c’est moins cher, et puis on me l’a offerte alors je l’ai acceptée et je l’utilise avec plaisir. J’en ai fait des pancakes avec !! Enfin, jamais la version traditionnelles, mais avec une base de purée de légumes, de la farine, un peu de lait et hop!

  12. Bonjour Hélène !! Je voulais faire part de ma petite expérience.
    J’ai testé ta recette vendredi dernier, avec un mélange de flocons de toutes sortes qui trainait depuis quelques temps dans mon placard (avoine, blé, épeautre au moins, pour le reste j’ai oublié ce que j’ai acheté).

    Je n’étais pas sûre que ça fonctionnerait!

    Pour le coup, le mélange a épaissi et à commencé à mousser, mais même au bout de 48h, aucun goût acide, typique du yaourt.

    Je l’ai alors mis au frigo, puis j’ai goûté hier matin (j’avoue, j’avais peur de me rendre malade ^^, mais ça va, rien à signaler!). Et ce matin, surprise, il avait ce petit goût acide que j’attendais ! La fermentation a juste été un peu longue.

    En tout cas merci pour cette recette (c’est vraiment bon!!), je ne manquerai pas de re-tester avec des flocons d’avoine seulement.

    1. Bonjour Mae, je réalise que ton commentaire est passé aux oubliettes, c’est un accident :-) Ravie que ça t’ait plu, j’espère que tu recommenceras cet été (c’est toujours plus facile en été quand il fait chaud).

  13. Chère Hélène,

    Lectrice de l’ombre depuis…depuis le début, je me dois aujourd’hui de t’écrire un petit commentaire. J’ai testé cette recette et je l’adore! Vraiment! Elle possède tout ce que je recherchais : la simplicité, la magie de la fermentation, le végétal… Bref, MERCI! Vraiment. Tu es formidable et ton blog m’inspire beaucoup…
    Marie.

    1. Bonjour Marie, je t’en prie, je suis ravie que tu aies adopté ce yaourt ! Comme tu le dis, simplicité et magie, nous voilà comblées ! Merci pour ce très gentil mot et à bientôt !

  14. Bonsoir Hélène ! Merci pour cette belle recette que je vais tester dès ce week-end pour ma lycéenne qui ne mange plus de yaourt au lait de vache depuis longtemps et qui n’aime pas le soja. C’est une idée géniale en tout cas, dommage que le résultat ne soit pas à la hauteur avec d’autres céréales SG comme le sarrasin par exemple. Peux-tu me rappeler où tu t’ai procuré tes jolis bocaux et quelles tailles font-ils ? Merci encore. Bises. Agnès

    1. Bonjour Agnès ! En effet, l’avoine a un profil un peu particulier (pauvre en gluten, riche en lipides), c’est sans doute pour cela qu’elle réagit différemment.
      Mes bocaux (je les adore) sont des Weck, une marque allemande. Je les ai trouvé dans un magasin de fournitures culinaires à Zürich mais on les trouve un peu partout, j’en ai aussi qui proviennent de brocantes (suffit de racheter les joints et les clips). Ceux-là ont un diamètre de 10 cm au couvercle, un volume de 350 ml environ mais ils existent en plein de tailles (et formes) différentes. Je les trouve bien plus pratiques, sans l’espèce de muselier métallique qui rouille ! bises

  15. Alors là tu m’épates ! Carole

  16. Ohhh yeahhh…!!! Encore une super recette à essayer, d’autant plus que j’aime bien les trucs fermentés :) Vite comme ça, ce processus semble rapide et simple, maintenant, il reste à voir si ma réalité sera la même ou aussi simple…hi hi !!! J’ai bien hâte de voir le goût de ce yogourt.

    Depuis plusieurs années, j’essaie de trouver LA recette maison de yogourt nature au soya, mais les recettes essayées ne m’ont jamais épatées…soit trop liquide ou le goût n’est pas des plus intéressants. Je sais que cette version n’est pas comme un yogourt nature, mais tout de même. Si je le réussi, j’en serai bien heureuse :)

    1. Oui, c’est simple et rapide ! Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est inratable, mais c’est facile et avec un tout petit peu de chance et de confiance, c’est franchement un régal !

  17. Moi qui essaye désespérément de trouver une alternative au yaourt au lait animal sans soja, je te béni! J’ai déjà essayé une fois le yaourt d’amandes fermentées, un échec total… Je vais donc me lancer avec appréhension dans l’aventure du yaourt à l’avoine. Je sais que ce n’est pas bien compliqué, mais va savoir pourquoi, je n’ai jamais eu d’expérience très heureuse de fermentation (j’ai même réussi à faire crever un levain c’est dire…). Mais je ne désespère pas, un jour, je vaincrais!! Merci pour ce partage et bonne semaine

    1. Jamais essayé, le yaourt à l’amande. J’apprends dans ce billet que ça existe… OK, je comprends ton appréhension. Les premières fois, on croit que c’est raté, on balance tout dans l’évier… Si ça « rate » au début, ne te décourage pas. En fait, c’est souvent nous qui avons peur de nous intoxiquer alors la moindre odeur devient suspecte… Souvent, je goûte ce que je fais fermenter en me disant « Si dans 3 heures je suis encore en vie et pas à l’hôpital, c’est que c’est bon ! ». Alors courage, persévérance, il suffit d’y croire !

        1. Oh la la c’est interminable, et puis j’ai pas envie d’utiliser de ferments alors je passe mon tour !

  18. Arf, après Instagram je découvre ton article ! J’avais vu juste :) Je n’en ai pas refait depuis Sydney, tu me donnes envie de m’y remettre tout de suite ! Car en plus d’être bon et sain, le oatgurt est facilement zero dechet ! (les yaourts à la purée d’amande ne marchent qu’une fois sur deux chez moi…)

    1. Bien vrai ! Enfin, les essais avec de l’épeautre ou du sarrasin, ça n’était pas zéro-déchet… Honnêtement, je n’ai jamais réussi à fermenter autre chose que des céréales ou des légumes. Tout le reste… pèse lourd sur ma conscience (et mon empreinte CO2).

  19. Bonsoir Hélène, merci par cette recette que j’ai déjà très envie de faire ! Juste une question, qu’entends-tu par « grains d’avoine » ? Je ne suis pas sûre de moi… juste l’avoine comme on le trouve à l’ »état pur », qui ressemble un peu aux grains du petit épeautre ? Ma question te paraît sans doute ridicule, mais vivant aux Pays-Bas je veux être sûre de ce que je traduis ou trouve…
    Merci beaucoup !

    1. Oui, c’est ça ! Les grains entiers. :-)

      1. Merci pour ta réponse ! Mais alors dans le genre des gens qui te posent des questions stupides ou improbables, j’ai fait un acte stupide et je suis donc en train de m’en vouloir fortement sans savoir si j’ai tout gâché… J’ai lu et relu ta méthode, appris presque par cœur pour ne rien changer et pourtant, j’ai mal imprimé.
        Sans doute la rédaction de la thèse qui me fait pousser des hobbits dans la tête mais… j’ai mixé tout de suite avec le miel et la vanille (après une nuit de trempage) au lieu de le faire seulement après la fermentation de 24h. Je vais voir régulièrement depuis, c’est très bon, comme n’importe quel porridge, je ne vois pas de bulles, pas d’odeur forte non plus. Ca attend dans le four, sagement…

        Est-ce que j’ai juste stoppé net le processus en ajoutant le miel ? Vu qu’il a des principes de conservation…

        Je veux bien ton avis ?
        Merci beaucoup !! Et désolée…

        1. Alors je ne suis sûre de rien, mais je dirais que ça devrait aller quand même. Le miel empêche l’apparition de moisissures ou de certaines bactéries indésirables ! Je m’en sers pour « conserver » mon levain (ça évite qu’il ne soit pollué par des indésirables) et ça ne tue visiblement pas les bonnes bactéries puisque mon levain est en super forme. Ca fait combien de temps que c’est au four ?

          1. Depuis 16h cet après-midi, donc ça fait un peu plus de 4h…
            Merci beaucoup pour ta réactivité !!

            1. OK rien n’est perdu alors ! Donne-moi des nouvelles demain ! Je t’en prie, c’est important pour moi que tout le monde y arrive :-)

              1. Bon alors après 24h tranquillou dans le four, aucun changement… Pas de bulles ou odeur. Je le goûte régulièrement, et si je le trouvais bon au départ (très proche du porridge comme je disais), je le trouve plus en plus acide, je dirais. Alors je ne sais pas, est-ce que j’attends encore ou est-ce que je le mets dans un pot au frais ?

                Merci en tout cas, et je recommencerai de toutes les façons, en évitant mes erreurs ! ;-)

                1. Même chose chez moi, au bout de 48 heures, ma préparation était toujours aussi liquide, au goût un peu acide. Je me demande si cela ne vient pas du type de flocons d’avoine utilisé : j’utilise des petits flocons et après une nuit de trempage avec les grains d’avoine, ils étaient complètement réduits, presque invisibles et sont comme partis avec l’eau de trempage quand j’ai égoutté.
                  Je réessaierai avec moins d’eau et des grands flocons.

                  1. J’utilise aussi des petits flocons mais ça ne m’a pas donné l’impression qu’ils partaient avec l’eau de trempage, par contre…
                    Dans mon cas, je pense surtout avoir fait l’erreur d’ajouter le miel tout de suite qui (peut-être ?!) a stoppé un peu le processus de fermentation. Pour ma part, j’avais tout de suite mis moins d’eau que dans la recette (250 ml), puisqu’à la lecture des commentaires, je voulais effectivement quelque chose de plus crémeux et moins liquide.

                  2. Bonjour Peggy, 48 ça commence à être long ! En effet, avec les petits flocons c’est plus liquide après trempage et tu as sûrement un mélange encore plus liquide que le mien. Je n’ai jamais utilisé de petits flocons (je les aime moins) donc cela peut être une part d’explication. Après, difficile pour moi de t’aider à distance, sans pouvoir voir ni sentir. Je dirais comme à Anne : si ça ne sent pas franchement le yaourt, attends encore une nuit (peut-être chauffe un peu le four, 5 minutes, à très basse température pour donner un petit coup de fouet).

                2. L’acidité, c’est normal. Mais il doit aussi dégager une odeur de yaourt… Attends encore cette nuit. Si tu ne vois pas de moisissures ni de signe de putréfaction, c’est plutôt positif ! J’attendrais donc encore une nuit et je mettrais au frais.

                  1. Voilà, dernier épisode (j’ai adoré la série au passage…) : j’ai donc laissé 48h en tout, l’acidité s’est accentuée, on sent bien le goût « yaourt » donc quelques heures en plus ont été nécessaires (aux Pays-Bas, il fait froid !). J’ai tout de même mixé de nouveau avec une figue sèche aujourd’hui pour casser un peu l’acidité. Il n’y a jamais eu de mousse, ou quoi que ce soit. Par contre, hier en ouvrant le four, mon amoureux m’a dit « oula mais c’est quoi cette odeur ?! » donc c’est sans doute moi qui n’étais pas si sensible… :-)
                    J’adore la texture ! Hyper crémeuse.
                    Je n’ai pas bien saisi l’histoire des bactéries que ça tuerait si j’en mettais dans un porridge… je ne connaissais pas ça. Mais en tout cas, c’est excellent avec une compote de rhubarbe maison !
                    J’ai pris 4-5 photos des étapes, je peux te les envoyer par mail, si tu veux voir l’aspect…
                    Merci beaucoup Hélène pour cette belle initiative ! Je ne saurai arrêter de m’inspirer de tes recettes.

                    1. Bonjour Anne ! Victoire !!! Bien sûr, je veux des photos, tu as mon email ? [email protected]

                      Sinon, l’idée c’est que la chaleur « tue » les bactéries alors mieux vaut ne pas faire cuire le yaourt. Mais en arroser copieusement une soupe ou un porridge chaud, ne pas s’en priver : c’est tellement bon et il en restera bien assez, des bactéries. Bref, une histoire qui se termine bien, je suis soulagée !

  20. Salut salut,

    Bon, je viens d’aller border ma mixture d’avoine dans le four pour un gros dodo d’une nuit…
    Au passage, je n’ai pu résister à goûter et j’ai constaté que la consistance était un brin « gluante ». Mais j’ai confectionné le yaourt, uniquement avec des flocons d’avoine, c’est donc peut-être normal ? Qu’en penses-tu ? Enfin, quoiqu’il en soit, je verrai comment c’est demain matin !
    Bonne soirée miss :-) et merci encore pour cette jolie recette !

    1. Oui, l’avoine est un peu gluante et ça dépend des flocons. Pas de souci. Croisons les doigts, alors ! :-)

  21. Miamm, j’ai vu ça chez Eleanor de Earthsprout et je dois dire que ça m’avait tenté ! Tu as franchi le pas et partagé avant que je n’ai eu le temps d’essayer et ça me conforte dans ma tentative à venir (et même mieux, ça me rassure venant de ton site !)

    1. Oui, c’est elle qui m’a décidée à essayer aussi, mais j’avais trouvé la recette sur le site que je mentionne dans l’article. J’espère que tu tenteras à ton tour !

  22. ho lala intéressant! les grains d avoine ce sont les grains épointés comme pour le porridge écossais?

    1. Non, grains entiers… Mais je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas avec de l’avoine épointée (tant qu’elle est bio).

  23. Bonjour !
    Merci pour cette idée qui pourrait bien assouvir l’envie de yaourt de mes ados mais à qui les PLV ne réussissent pas… J’ai une interrogation sur l’index glycémique qui peut vite s’élever avec l’avoine… Alors fermenté, quelle action, là je sèche !
    Et question « technique » : Penses-tu qu’il soit possible de le mettre à fermenter à la yaourtière (genre une nuit comme pour un yaourt de vache ou de soja) ?
    Bien à toi,
    Céline

    1. Bonjour Céline. L’index glycémique n’est pas forcément une mesure très pertinente. Il mesure l’impact sur la glycémie d’une quantité fixe de sucre issu des aliments. Or, ce qui compte, c’est surtout la teneur en sucre des aliments, pas seulement l’impact de ce sucre pris isolément. Même si le sucre de l’avoine a un indice glycémique élevé, dans ce yaourt l’avoine est mélangée à beaucoup d’eau, ce qui dilue les sucres. Et au final, c’est la quantité de sucre ingérée qui a un impact sur la glycémie. Donc je trouve l’IG un peu pervers. De plus, la fermentation consomme les sucres, puisque les bactéries s’en nourrissent. A toi de voir si cette recette te convient ou non…

      Pour la yaourtière, non, je ne recommande pas. Il vaut mieux laisser tout fermenter dans un grand saladier, tu risquerais d’avoir des résultats variables d’un pot de yaourt à l’autre. Il faudra un peu plus d’une nuit, aussi, plutôt 24 à 36 heures selon la température.

      1. Bonjour,

        Je réagis au commentaire de Céline sur l’index glycémique. Il s’agit d’une recette de céréales, donc de fait d’un aliment qui contient beaucoup de glucides. Effectivement, comme le souligne Hélène, la question de l’index glycémique est complexe. Pour chercher dans son régime alimentaire à faire attention à sa consommation de glucides, il y a deux facteurs de base à prendre en compte et à distinguer : l’index glycémique (IG) et la charge glycémique (CG) d’un aliment. Ce qui peut être important, notamment quand on veut perdre du poids, c’est de chercher à optimiser sa charge glycémique journalière.

  24. Chouette idée ! Elle me permettra peut-être de retrouver ce goût piquant, ou pétillant comme tu le décris, du lait ribot ou du « gros lait » (c’est un yaourt fermenté traditionnel en Bretagne)… sans l’origine animale !

    Deux questions quand même avant de me lancer :
    1- Tu laisses le saladier dans le four à 40°C pendant toute la durée de la fermentation ou juste pour l’initier ?
    2- Pourquoi faut-il mixer le yaourt obtenu après fermentation ?

    1. Oui, pendant toute la durée, mais je ne chauffe le four qu’au début. Je n’entretiens pas la température. Il n’est pas nécessaire de mixer après fermentation, c’est juste pour incorporer le miel et la vanille.

      1. Merci Hélène ! Je vais essayer.

  25. et la consistance est elle ferme un peu??

    1. Heu, bonsoir Manon ! Ca dépend des versions… ce n’est jamais pareil d’une fois à l’autre. C’est souvent comme du yaourt brassé : crémeux, un peu fluide mais pas liquide. La consistance évolue beaucoup lors de la fermentation : totalement liquide au départ, ça épaissit fortement au fur et à mesure. Ensuite, lorsqu’on le stocke au frais, je dirais que ça a tendance à redevenir un peu plus fluide. En mettant un peu moins d’eau, on peut aller vers quelque chose de vraiment ferme, si c’est ça que tu cherches.

      1. Re, et bonsoir, tu as raison! Merci pour ta réponse… tu crois que tu ça marcherait avec d’autres céréales? c’est jamais trop vu d’avoine ou je n’y ai pas fait attention. Et bravo pour toutes tes explications comme je disais sur Facebook t’es la meilleure ;)

        1. Comme je le dis dans l’article, ça marche « techniquement », dans le sens où toute céréale peut fermenter ! Mais ça n’est pas très bon… J’ai essayé l’épeautre, c’est infâme. J’ai enquêté sur internet et c’est apparemment pareil pour les autres graines. Tu peux essayer pour t’en convaincre, mais si je peux te dissuader, tu auras gagné du temps :-)

  26. Ouahouh ! quelle bonne idée, merci ! Trop envie d’essayer. Mais je n’avais jamais vu de grains d’avoines dans mon magasin bio. Où peut on en trouver ?

    1. Ailleurs qu’en magasin bio, je ne vois pas… Tu peux faire la recette avec 100% de flocons d’avoine si tu ne trouves pas de graines !

  27. Coucou Hélène,
    j’avais déjà essayé une fois. J’avais laissé fermenter bien trop longtemps je pense, en n’utilisant que des grains entiers. Le résultat était très (trop) acide. Il me tarde de recommencer avec tes conseils. Par contre, pour allonger dans un porridge, j’ai peur que cela ne tue les bonnes bactéries. Je me trompe? J’essayerai dans la soupe et le smoothie. Là je suis certaine que je vais me régaler.
    Tu ne prends pas de goûter? Moi à peu près toujours, oh pas grand chose, mais sinon j’arrive chez moi avec un énorme besoin de sucre et je saute sur tout ce qui se mange.
    J’aime pas non plus les bikini, en fait, à part à la piscine (une pièce, ça va de soit, surtout si on plonge!), je n’aime pas me balader en maillot de bain. Mais tu peux toujours nous proposer une recette bikini qui se transformera en recette ‘short de randonnée’.

    Bonne fin de journée.

    1. Je veux dire, tu peux en mettre sur ton porridge au moment de le servir, comme un coulis ! C’est trop bon… Pas de souci pour les bactéries, il en restera !
      Non, je ne goûte pas, mais je fais un solide déjeuner qui me tient jusqu’au soir. Grand sujet de discussion avec l’homme, qui avale une portion grosse comme 3 fois la mienne à midi (lui de pâtes blanches ou de frites, de pommes de terres au mieux : la cantine, quoi…) et moi de quinoa ou de riz+lentilles… Résultat : il doit prendre un goûter à 16 heures et moi jamais !

      Bien vu pour la recette « short de rando ». Ou « jupette au bureau », ça marche aussi ^^. Non, me balader en bikini ça m’a toujours dérangée, indépendamment de toute question de poids ou d’apparence physique, juste, j’aime pas, j’ai l’impression d’être en sous-vêtements et c’est affreusement inconfortable.

      1. Va falloir attendre, au moins, que j’achète de l’avoine. Je n’en ai plus depuis cette dernière utilisation. Tu me donnes très envie de mettre ce yaourt sur mon porridge! Le yaourt trop fermenté avait fini en crêpe épaisse.
        Ah oui « jupette de bureau » c’est très bien ça aussi (pour la semaine) et le short pour le week end!

        1. Coucou Hélène,
          voilà, c’est dans le four! Comme je te l’avais dit, j’ai testé un mélange tofu soyeux + cerises -> pas du tout crémeux comme toi mais liquide. Echec.
          Belle journée à toi

          1. Ah ah, il va falloir attendre ma recette de la semaine prochaine… Crémeux à mourir et sans tofu soyeux ! Bises

            1. Oui je vais attendre pour ta recette. Il n’empêche que je vais cogiter un peu pour trouver quelque chose qui donne du crémeux sans utilisation de tofu soyeux. Bon je sais que je ne vais pas trouver mais bon…il me reste beaucoup de cerises alors soyons fou!

              1. C’est bien de savoir patienter, de ne pas avoir tout, tout de suite, comme en société de pleine consommation. Et dans le cas présent, ça éveille l’imagination.

              2. Ah ah ! Je suis sûre que quand tu verras ma recette, tu te diras ‘ah mais bien sûr !’

          2. Bonjour!
            Heu docteur, le mélange a décanté, j’ai de l’eau sur le dessus (qui n’est ni jaunâtre , ni rougeâtre). C’est grave? Du coup quand je mélange c’est encore extrêmement liquide. Bon, peut être que les températures à la baisse ralentissent la fermentation.

            1. Non il faut juste re-mélanger, c’est normal. Oui, c’est très sensible à la température. Mélange bien et attends encore. Tu sens une odeur de yaourt ?

              1. Ça a une légère odeur de levain. Je vais attendre.

            2. Même chose ici ! Décantation et mélange encore très liquide au bout de 24 heures. Je vais attendre encore !
              Au moment de placer le torchon humide sur le saladier je me suis posée la question : étamine ou torchon ? Et donc : fermentation en aérobiose ou anaérobiose ? (ou aéro-ana ?!)

              1. Dans les deux cas, de l’air va passer, donc ça ne change rien. Il faut un contact avec l’air car une partie des bactéries vont venir des environs… Alors je te conseille, ainsi qu’à Ségo, de goûter pour voir si le goût est bon (si ça a un goût de yaourt, déjà ça doit se remarquer à l’odeur). Peut-être y a-t-il trop d’eau dans votre préparation, chez moi c’était le bon dosage mais il peut y avoir des différences entre les matières premières (j’utilise des flocons d’avoine de gros calibre qui viennent d’Allemagne). Ce qui compte, c’est de voir si ça commence à fermenter. Si non, c’est peut-être raté. Essaie de placer le tout dans un endroit plus chaud…

                1. Je l’ai mis au frigo ce matin avec un peu de miel et vanille. Il est bien acide, mais pas mousseux.
                  Dans la foulée, j’en ai préparé un autre, uniquement des grains d’avoine, je ne me laisse pas décourager.

                  1. OK ! J’espère qu’au moins le goût te plait ! Normalement ça mousse un peu pendant la fermentation, ça retombe après (surtout si on mixe avec le miel).

  28. Merveilleux. Je considère la fermentation comme quelque chose d’un peu magique et mystérieux, et c’est devenu chez moi une sorte d’addiction, j’ai donc hâte de tester cette méthode nouvelle pour moi ! En plus j’ai tout sous la main, cela ne devrait donc pas tarder.

    1. Oui, moi aussi, ça me rend toujours un peu muette d’émotion quand une fermentation réussit ! J’espère que tu vas aimer celle-là !

  29. Suite au commentaire précédent, je comprends qu’on peut faire cette recette intégralement avec de flocons, mais est-ce que ça change quelque chose au temps de fermentation? ^^

    1. Je n’ai jamais fait deux fournées de yaourts dans les mêmes conditions (température, composition…) donc difficile de dire. C’est peut-être plus rapide avec les flocons, comme ils sont précuits (donc plus « digestes » pour les bactéries). Mais l’avoine entière étant plus riche en nutriments, ça peut peut-être accélérer le processus. Il me semble qu’avec de l’avoine en graines, c’est plus rapide, mais c’est juste une impression.

  30. Je suppose qu’on ne peut pas faire sans grains d’avoine? :/

    1. Juste avec des flocons ? Si ! Pas de souci !

  31. MERCI Hélène!!! J’ai goûté il y a qq temps aux yaourt Nomad http://nomad-yo.org/wakka.php?wiki=PagePrincipale en me disant qu’il fallait que j’essaie….voilà de quoi me lancer!!!

    1. Oh la la, ça fait envie !!! J’espère que tu t’es lancée ! Merci pour le lien, j’ai appris quelque chose :-)

      1. J’allais également t’indiquer le lien des yaourts Nomad ! J’ai goûté le sarrasin fermenté, mais j’ai trouvé cela un peu trop puissant … Je pense retenter ma chance avec celui au riz !
        Mais comme quoi a priori, cela doit être possible de le faire fermenter … A méditer :-)

        1. Hmmm… Alors là je suis tellement intriguée !!!

          1. Je confirme, avec plusieurs semaines de retard : les préparations de Nomad-yo sont excellentes! Vraiment. L’usine est tout près de chez moi et l’inventeur de ces produits est adorable. Il existe différents parfums tous aussi délicieux les uns que les autres. Ils ont un site internet et un blog si tu veux te renseigner davantage!
            Marie.

            1. Coucou Marie, moi aussi ça m’intrigue !! Le concept est tellement original….. c’est des yaourts que tu peux soit acheter soit fabriquer c’est ça ? (Remarque avec mon mini hachoir ça sera comme les yaourts d’Hélène je pense… un échec :'( )

              1. Oui, en fait, tu peux les acheter tout près ou alors les fabriquer, soit à partir d’un pot acheté, soit en achetant les fermants. L’inventeur de ces yaourts veux réellement partager sa trouvaille . Ils sont vraiment délicieux. Je fais aussi celui d’Hélène que j’adore et j’aime beaucoup mélanger mes yaourts Nomad-yo avec.
                Aïe, en effet, avecseulement un mini hachoir, ça doit être compliqué. As-tu essayé d’en faire avec uniquement des flocons? Comme ils sont plus tendres, ça pourrait peut-être fonctionner non?
                Marie

                1. Oui j’avais essayé avec seulement des flocons et ça n’à pas marché…. je pense qu’il restait trop de petits morceaux !! Du coup je pense que ça ne marchera pas non plus pour ceux là :/ dommage car je trouve que l’idée est top ! Tu les trouves en magasin bio ?

                  1. Ah! Mince. Il n’y a qu’une seule solution : investir dans un petit blender! (j’arrive à le faire avec un vieux blender peu puissant!)
                    En fait, comme j’habite près de « l’usine » (c’est une usine à taille humaine. Le gérant et sa famille font tout eux-mêmes!), je vais directement les acheter là-bas, mais je sais qu’ils en vendent aussi dans les biocoop de la région. Puis-je te demander dans quelle région tu habites?

                    1. Oui il faudrait que j’investisse, mais ça fait encore un truc en plus dans le placard de la cuisine…. :/ [ohhhh pas bien quand on essaie de tendre vers le minimalisme !! ^^]
                      J’habite entre Aix et Marseille :)

Laisser un commentaire