Tarte sans cuisson rhubarbe, coco et hibiscus

tarte rhubarbe coco hibiscus

La saison de la rhubarbe bat son plein. J’en rapporte de pleines brassées du marché, de fines tiges rouges, turgescentes et juteuses. Quel bonheur, au retour, d’en boulotter une à la croque au sucre, délicieusement acidulée. J’en coupe une partie en tronçons, congelée pour les mois à venir – en prévision de crumbles, de mijotés ou de compotes – tandis que l’autre partie est rôtie au four comme ici avec du miel et du thym pour un dessert improvisé.

J’espère que vous allez bien et que la pleine saison de la rhubarbe vous trouve heureux et sereins. Il est difficile de se représenter ses lecteurs, plus difficile sûrement que pour vous de m’imaginer. Je connais certains de vous, en personne ou par mails interposés. Parfois, de longs échanges riches et constructifs s’ensuivent. Parfois, au contraire, je reçois un courrier laconique. « Par quoi je peux remplacer la farine de sarrasin svp? » « Bjr je ne trouve plus la recette de filet-mignon à l’ortie blanche merci de la remettre sur le site. A+. » Ce qui me fait beaucoup rire aussi.

Je connais certains d’entre vous à travers vos commentaires souvent passionnants. Mais vous qui lisez en silence, je ne peux que vous imaginer. Je vous imagine devant votre ordinateur – ou votre téléphone, qui sait – en train de lire ces lignes. Je vous imagine jeunes ou vieux, selon les jours. Je vous imagine souvent provinciaux, allez savoir… Je me demande quelle voix vous auriez au téléphone. Je me demande si, comme moi, vous aimez la rhubarbe et le sarrasin, si vous avez des enfants, s’ils sont grands, si vous êtes plutôt du soir ou du matin… et je me demande, souvent, si vous êtes heureux.

tarte rhubarbe coco hibiscus

Le monde virtuel, l’univers des blogs et des réseaux sociaux, Instagram en tête, me donne souvent à réfléchir. N’y est montré que ce qui est beau, lisse et parfait. Des recettes idéales présentées avec soin ou même mises en scène selon la mode du moment : couleurs pastels, fonds sombres ou matériaux bruts, couverts vintage, bocaux rutilants, un mince filet de sirop d’érable versé sur une pile de pancakes dessinés au compas, une poignée de graines négligemment répandue… à chacun son style. Ou le même style pour tout le monde, c’est selon. J’y vois aussi une forme de conformisme assez propre à notre époque.

La réalité, me semble-t-il, est autre. Je me passe de mise en scène – pas le temps ni le matériel – et tous mes gâteaux ne ressemblent pas à cette chose à la rhubarbe, à mi-chemin entre une tarte et un cheese-cake. Chez nous, le dessert est servi dans une simple assiette blanche un peu usée, sur une nappe pas toujours très propre et jamais repassée. Il y a les réussites que je garde pour moi – cultivons notre jardin secret et gardons une part de mystère : le but de ce blog n’est pas de devenir le journal intime de ma cuisine – et les ratages monumentaux que je vous épargne bien volontiers.

Les cookies oubliés dans le four, le pain à la mie liquide, les petites crèmes truffées de grumeaux d’agar-agar, la pâte à gâteaux dans les cheveux, le cake sans gluten qui n’a pas voulu lever, les porridges sans goût que l’on sauve à grand renfort de purée de noisettes, les gelées qui n’ont pas pris, les tartinades aux goûts improbables… ou encore cet essai de moutarde homemade qui a nécessité l’intervention d’une brigade de pompiers suisses pour éteindre ma langue en feu (non, ne cherchez pas, ce n’est pas une blague salace). Les accidents aussi, comme le tsunami de soupe qui, inondant l’électronique de mon four et de ma plaque de cuisson, provoqua un court-circuit géant nous privant d’électricité pendant 48 heures.

Mais encore tous ces repas où l’on ne cuisine pas, où nous croquons des carottes en tartinant notre pain, lui de fromage et moi de purée de sésame. Les soirs de semaine où l’on termine les fonds de soupe et les salades flétries. Les soirs où l’on dîne en cinq minutes d’un oeuf à la coque pour se remettre aussitôt à travailler. Non, ceux-là, on ne les montre pas. Par pudeur – qui a envie de voir ça ? – mais aussi, peut-être, pour entretenir cette image sur papier glacé (ou sur écran LCD) que l’on cherche tous à vous renvoyer à vous, lecteurs, que l’on ne connaît pas mais dont l’opinion, pourtant, semble tant compter !

tarte rhubarbe coco hibiscus

Tarte sans cuisson rhubarbe, coco et hibiscus

Pour 1 grand moule à charnière (24 cm de diamètre)

La pâte crue coco-amandes

  • 20 dattes deglet moelleuses
  • 2 poignées de graines de sarrasin
  • 2 poignées de flocons de sarrasin
  • 2 poignées de flocons d’avoine
  • 1 poignée d’amandes
  • 1 poignée de noix de coco râpée
  • 1 peu d’eau

Placer tous les ingrédients (sauf l’eau) dans le bol d’un robot muni d’une lame en S. Mixer. Si le mélange est trop sec et ne forme pas une pâte, ajouter quelques millilitres d’eau. Répartir la pâte sur le fond du moule (inutile de remonter sur les bords) et tasser fermement avec la paume de la main ou à l’aide d’un cul de verre.

, co…

La crème à la rhubarbe, coco et hibiscus

  • 400 g de tiges de rhubarbe
  • 75 mL d’eau
  • 2 cuillères à soupe de fleurs d’hibiscus séchées (ou rooibos, camomille, fleurs de sureau, verveine…)
  • 100 à 150 g de sucre de canne complet
  • 400 mL de lait de coco
  • 2 cuillères à soupe de purée d’amandes
  • 5 à 6 g d’agar-agar

Détailler la rhubarbe en tronçons. La faire compoter dans 75 mL d’eau avec les fleurs d’hibiscus. Lorsque la rhubarbe est cuite, ajouter le sucre de canne.

Ouvrir la boîte de lait de coco. Si vous avez choisi un lait de coco sans additifs*, l’eau et la crème (fraction grasse) seront séparées. Verser l’eau dans une casserole, ajouter l’agar-agar en pluie et porter à ébullition. Maintenir l’ébullition 30 secondes. Verser alors la compote de rhubarbe, la crème de coco et l’eau de coco à l’agar-agar dans le bol d’un blender avec la purée d’amandes. Mixer jusqu’à l’obtention d’une consistance homogène. Ajouter une cuillère à café de fleurs d’hibiscus, mélanger.

Verser l’appareil sur le fond de tarte. Laisser refroidir puis placer au frais 6 heures au moins.

* Si votre lait de coco contient un additif comme la gomme de guar pour éviter la séparation eau-crème, faites chauffer le lait avec l’agar-agar et procédez de la même façon.

Remarque : si vous voulez une tarte plus haute, utilisez un moule moins large, ou doublez la quantité de crème à la rhubarbe.

48 Commentaires

  1. Laurence dit :

    Ce que j’aime dans ce que tu écris là c’est que : c’est tellement ça ! C’est tellement vrai ! Ce conformisme. Ce besoin de reconnaissance ( mon amoureux me demande depuis 1 an pourquoi je mets ça sur IG … je ne lui ai toujours pas répondu … ). Montrer ce qui est BEAU. Alors évidemment, une jolie photo c’est tjs plus agréable à l’oeil, ne nous voilons pas la face ! Pour autant, nos vies ne sont pas si lisses, pas si belles ( esthétiquement ), pas comme sur IG en effet. Et c’est juste dingue de néanmoins faire ce qui nous apparait comme parfois désuet et inopportun. J’aime bien IG comme j’aime Pinterest : pour le plaisir des yeux. C’est bien normal d’aimer la beauté, pas vrai ? Elle est propre à chacun mais ce qui est aujourd’hui si invraisemblable c’est que l’on aspire tous à plus d’authenticité, de nature, de spontanéité, de « j’m’enfoutisme » et que pourtant on ne quitte pas ces écrans et autres applications pour justement et au contraire montrer que l’on est au vert, que l’on a des pancakes ronds et que l’on n’aime pas être connecté !!! Hallucinant …

    Et ce que j’aime aussi c’est que tu dresses un état des lieux SANS porter de jugement. On attend la chute et ton avis sur ces questions mais on ne les obtient pas ^^ Tant pis ! ;-)

    Merci Hélène pour ton honnêteté, j’aime ta personnalité via ce blog ! Et aussi cette fabuleuse tarte très girly ^^ Les ingrédients sont une invitation à succomber … si seulement je trouvais cette fichue rhubarbe !! LOL, l’autre jour j’en aperçois, je m’approche hyper excitée, les 2 tiges mesuraient à elles-seules près de 50 cm > ça débordait juste un peu de mon petit sac à dos ! Je ne m’avoue pas vaincue, j’y retournerais ^^

    Bon we Miss. Bises xx

    1. Hélène dit :

      Ah ah ah ! J’aime aussi que mon homme ne soit pas accro aux réseaux sociaux ! J’aimais (j’aime toujours) beaucoup IG pour l’inspiration constante qu’il donne, mais depuis un moment ça devient pesant, ces photos tellement prévisibles, toutes identiques. C’est sûr, c’est mieux quand c’est beau, mais j’imagine le temps que ça doit prendre à certain(e)s, ça me fait un peu mal au coeur pour eux ! Bon, quand tu seras rentrée en France, tu en trouveras, de la rhubarbe, ce n’est qu’une question de patience :-) Bisous

      1. Laurence dit :

        Ah ça y est : tu portes un jugement ! Hourra ! Elle critique ;-)
        Dorénavant, sache que, pour chaque photo postée sur IG notamment ( les photos de blog c’est encore autre chose ), j’aurais une pensée pour toi ! Bon après, je t’avoue que mes planches sont tjs posées au même endroit dans l’alignement de mon plan de travail, que j’y pose mon bol, que je le parsème de graines ou autres et hop, je clique et me goinfre derrière : ça prend 1 min de plus que si j’étais passée du plan de travail à ma bouche directement !!! Ah ! Ah ;-) Pas tant de prépa en fait et c’est idem pour le blog > mais faut ranger après, la seule différence ! Bonne semaine Hélène ;-)

        1. Hélène dit :

          Non, non, pas de critique, juste une opinion !

  2. Merci pour cette réflexion pleine de bon sens et de sincérité qui font du bien… En ce moment je suis en mode « tartelettes rhubarbes-fraises »… (au menu ce soir d’ailleurs !) mais je crois bien que les prochaines tiges de rhubarbe de ma maraîchère seront transformées selon ta recette qui me tente énormément :-)

    1. Hélène dit :

      Hmm, rhubarbe et fraise, toujours indémodable !

  3. Marie dit :

    Ta tarte est magnifique =)
    C’est sûr que la blogo nous montre une facette unique de la vie, parfaite, avec de belles photos. On oublie souvent que derrière une belle photo culinaire se cache une cuisine en bataille, que derrière une sélection de photos beauté se cachent des dizaines de ratés. Il faut savoir garder les pieds sur terre, et se dire que comme pour un magazine, tout est réfléchi et pensé à l’avance. Et heureusement, car le monde est imparfait, et tant mieux. Qu’est-ce qu’on s’ennuierait sinon! ^^

    1. Hélène dit :

      Merci ! Oui, c’est bien trouvé, la comparaison avec un magasine. Seulement, dans un blog / sur un réseau social, c’est plus pernicieux car le but est de laisser croire que c’est naturellement parfait / sophistiqué / etc… En tant que blogueuse, je sais exactement ce qui se passe derrière une photo, mais parfois en me mettant à la place d’un lecteur… je trouve que c’est un peu toxique parfois !

  4. C’est rigolo, je me faisais une reflexion similaire par rapport à Instagram, qui est pourtant un réseau social que j’affectionne beaucoup. J’en ai un peu marre, matin après matin, de voir passer des bols de porridges tous dressés exactement de la même manière (la tendance 2015 est à l’alignement de fruits^^), mais pourtant, je reste quand même. Et je me disais que justement, il y avait chez toi un vrai caractère au niveau des photos qui ne cède pas à la mode, et j’apprécie beaucoup cela!
    Quant à la rhubarbe, je crois te l’avoir déjà confessé, mais je n’en ai jamais mangé… Mais ta tarte est si belle, c’est une invitation!!

    1. Hélène dit :

      Scandaleux, Azilis. Toujours pas goûté, pourtant, je fais ce que je peux pour te donner envie :-) Bon, les alignements de fruits doivent fiche le camp, on est d’accord. Mais c’est déjà moins pénible que les pailles rayées dans les smoothies, les petits rubans à pois ou à fleurs, les petits morceaux de ficelle autour d’une barre de céréale enroulée dans un papier ou les bocaux à farine avec une belle étiquette faite main (et si on a les mains mouillées quand on cuisine, ce qui arrive parfois dans la vraie vie, elle devient quoi l’étiquette ?).

  5. Isabelle R dit :

    Merci Hélène de nous « avouer » des repas extra simples et rapides quand on est débordé. Je pensais naïvement que je n’étais pas à la hauteur par rapport à toutes ces jeunes femmes blogueuses qui réussissent tout. Mais oui bien sûr c’est le jeu, mais c’est bien d’entendre aussi les ratés. Je me sens moins nulle !! Merci pour toutes ces recettes super créatives, bises.

    1. Hélène dit :

      Mais tu plaisantes ! Si tu savais combien de fois je déjeune d’un porridge parce que je n’ai pas le temps de faire autre chose ! Quant aux ratés, je ne les compte plus (le dernier en date, c’est un gratin de blettes à la farine de pois chiches : infect, liquide après une heure de cuisson… la débâcle. Une heure après j’ai cassé trois bols d’un coup !). Je suis aussi très douée pour renverser tout par terre, comme de la soupe, parfois même sur mon amoureux. Alors pas de pression, pas de pensées négatives !

  6. Lisa dit :

    Tout est dit. C’est (aussi) pour ça que j’aime ton univers à toi.
    Magnifique tarte !
    Bon week-end Hélène !

    1. Hélène dit :

      Merci Lisa ! Bonne semaine à toi !

  7. Béa dit :

    Merci pour ce billet pertinent, sincère et plein de fraicheur ! C’est aussi ce type de réflexion qui rend ton blog précieux à mes yeux. Ta tarte me fait de l’œil et je vais bientôt y succomber ! ;-) Reste à trouver de la rhubarbe…pas encore vue sur le marché. Bon we

    1. Hélène dit :

      Merci Bea ! J’espère que les précieuses tiges vont pointer le bout de leur grandes feuilles sous peu !

  8. Juliette dit :

    Mmmm !! Je dois dire que ce billet me prend de court. Je serais plutôt du genre silencieuse à lire l’article sans laisser de commentaires ! S i j’ai été assez active pendant qq années sur la blogo, je dois dire que depuis presque 1 an, j’ai mis de côté mon blog perso et le monde qui l’entourait. Par manque de temps tout d’abord car cela devenait chronophage, puis manque de motivation pour reprendre le train en marche (train qui ne s’arrête jamais soit dit en passant) Je me demande souvent comment certaines blogueuses pour poster plusieurs articles par semaine, répondre aux messages et laisser des comm partout, alimenter page fb, insta, pinterest…
    Alors pour une fois, je vais répondre aux questions que tu te poses parfois…
    J’ai une quarantaine d’années et suis provinciale. J’adore la rhubarbe, je la cueille dans mon jardin et pour le coup, elle n’est pas aussi belle et charnue que celle que tu peux trouver sur le marché. Pas aussi rose non plus, la mienne serait plutôt du genre verte pâle et les feuilles vont directement dans mon tas d’humus. Parfois, une grande tige florale pousse au milieu du pied et du coup je la coupe pour ne pas épuiser la plante. Elle atterrit directement avec d’autres fleurs et fait un bouquet adorable… dans une vieille cafetière fleurie qui me sert de vase.
    Ce que je préfère avec la rhubarbe, ce sont les tartes avec un simple appareil « oeufs, sucre, farine et un peu de crème ». Les crumbles c’est pas mal non plus…
    De toute façon, il n’y a jamais assez de rhubarbe dans mon jardin…
    Le sarrasin, j’aime beaucoup aussi même si ej n’ai jamais associé les deux saveurs.
    J’adore en mettre dans mon granola maison, ça croustille sous la dent et la saveur est merveilleuse.
    J’ai 3 grandes filles dont des jumelles (je les ai eues très jeune) et elles sont ma raison de vivre ! Et oui, je suis très très heureuse ! Ma vie n’est pas toujours rose bonbon mais ma devise est de toujours sourire quoi qu’il advienne et de profiter de chaque petit bonheur que la vie m’envoie !
    Je ne pense pas que mes photos de blog soient si conventionnelles que cela… Certes, j’aime apporter une mise en scène assez soignée mais j’aime les vieux objets, la vaisselle désuète et je mange tous les jours dans des assiettes qui auraient pu appartenir à ma grand-mère.. J’ai dit que j’adorais chiner dans les vide-greniers, traîner à Emmaüs, redonner un e nouvelle vie aux meubles et autres objets ?
    Ah oui… je suis aussi accro à Pinterest et aux belles images ! La beauté des choses, des lieux, de la nature est très importante pour moi. (trop peut-être ???)
    Voilà un peu comment je pourrais me définir et te laisser un peu plus nous imaginer, nous, tes lectrices et lecteurs silencieux
    Et belle recette, comme d’habitude <3
    Bonne soirée à toi

    1. Hélène dit :

      Bonjour Juliette ! Merci pour ton long message, j’adore les longs commentaires ! Je me suis régalée à visiter ton blog, j’aime tout, surtout les recettes fleuries. Grâce à toi en vélo cet après-midi, j’ai fait le plein de reines des prés ! Quel doux parfum ! Je m’enhardirai une prochaine fois à les cuisiner.

      Je ne sais pas non plus combien de temps passent les autres à « entretenir » leurs réseaux sociaux / blogs / commentaires sur les autres blogs : comme tout le monde, je m’y suis laissée prendre et j’ai fini par trouver ça vraiment stupide. C’est sûr que c’est efficace lorsque l’on a une stratégie de « conquête » de « parts de marché » : ça dépend donc de ce que l’on attend de son blog, j’imagine ! Le mien, comme le tien je pense, c’est vraiment un hobby, une petite parenthèse de détente dans un quotidien bien rempli !

      Je suis ravie d’en apprendre autant sur toi ! Quelle chance d’avoir un jardin : mon rêve. Bravo pour tes trois filles, je suis sûre qu’avec une maman comme toi, elles doivent être très épanouies. Moi aussi j’adore chiner, en Suisse, c’est le paradis ! Depuis mon arrivée à Zürich, j’ai trouvé des choses formidables, belles et utiles, en particulier des bocaux magnifiques pour ranger mes graines, flocons, farines… pour une bouchée de pain ! Et des paniers en osier pour ranger mon chaos… Tu as raison d’aimer le beau : c’est comme un pansement pour l’âme, parfois !

      A bientôt !

  9. camille dit :

    Bien appétissant et bien beau. Bon week end Hélène

    1. Hélène dit :

      Bonne semaine Camille !

  10. Clémentine dit :

    Alalala… Les réseaux sociaux, toute une histoire ! Entre vantardise, égocentrisme, recherche de lien, d’appartenance… C’est vrai qu’on peut leur reprocher beaucoup ! Mais ils sont aussi à un moyen de partage extraordinaire… A chacun de savoir les utiliser à bon escient (et avec parcimonie) :)

    Je te souhaite un sublime weekend Hélène rempli de douceur et peut-être de chaleur (au moins au sens figuré !)

    1. Hélène dit :

      Oui, c’est ambigu ! Il y a les cliques, les groupes auxquelles on voudrait appartenir pour être cool – un peu comme les éternelles bandes de filles populaires au lycée ;-) mais je crois que c’est vraiment difficile de trouver le juste milieu, il y a (à mon sens) une véritable pression sous-jacente pour poster plus / mieux, pour récolter les likes / j’aime / coeurs / whatever… Bonne semaine à toi (oui, il a fait une chaleur démentielle !)

  11. Melusine dit :

    Merci Hélène pour ce post plein de sincérité. Je fais partie de celles (ceux) qui ne laissent pas de commentaire (sauf une fois), la lectrice silencieuse mais néanmoins assidue. Alors juste en réponse à cet article, je change le miroir de place pour un instant et le retourne vers moi lectrice. Je n’ai jamais eu la chance de gouter la rhubarbe fraiche mais je sais déjà que j’en serai amoureuse. Mes parents ont une maison dans les Pyrénées et ont décidé d’en faire pousser cette année ! Je viens d’avoir 35 ans et je suis ton blog depuis plusieurs années, j’apprécie chacun de tes articles et, va savoir pourquoi, je crois bien que je n’ai jamais fais aucune de tes recettes. J’aime les choses simples et naturelles et mes repas préférés se composent généralement d’un grand bol que mon homme a baptisé le chirashi de légumes (mélange de légumes cuits et crus qui varient selon les saisons, une céréale et une légumineuse, j’ai essayé toutes les combinaisons possibles mais adzukis et riz complet reste un must, et un savant assaisonnement à base d’épices, ail, gingembre, oignon, huile d’olive, vinaigre de cidre). Bref un bol royal avec à peu près tout dedans. En dessert, fruits frais, dattes et noix, et je suis comblée. Ah si ! Je viens de me souvenir que j’ai essayé tes crackers romarin curcuma et c’était super bon ! Voilà, j’adore lire, j’apprends la guitare et le russe quand j’ai du temps libre. J’adore faire du yoga dans la nature et je peux littéralement passer des heures à regarder le ciel et rêvasser. Merci pour ton blog et bientôt :)

    1. Hélène dit :

      C’est très joli comme nom, le chirashi de légumes ! Ma lunch-box ressemble un peu à ça, en moins élaboré… Mon mélange favori reste un mélange de riz rouge, blanc et noir que je rapporte de Paris lorsque j’y retourne, et de lentilles vertes toutes simples. Tu as de la chance de pouvoir faire du yoga dans la nature, qu’est-ce que cela doit être bon !!! Merci de m’avoir aidée à te connaître un peu : le virtuel, c’est parfois tellement frustrant ! A bientôt !

  12. Aurélie dit :

    Je ne sais pas si j’aurais le courage de le faire à l’identique. L’hibiscus et la rhubarbe ont l’acidité parfaite pour se lier à la richesse de la noix de coco. L’hommage aux lecteurs fait chaud au coeur. Il m’arrive de mettre un nom ou un visage sur des articles que je n’arrive pas à finir et depuis quelques temps les moustachus ont la part belle.

    1. Hélène dit :

      Ouf, je ne porte pas la moustache !

  13. Kasha dit :

    Merci à toi Hélène pour ce billet plein de bon sens et réalisme. Ce que j’aime par dessus tout dans ton univers c’est ton non conformisme avec tous ces blogs qui montrent que de belles images qui ne reflètent pas la réalité du quotidien.
    On se connaît un peu car je suis ton blog depuis le début. Grâce à toi j’ai pu découvrir une nouvelle « cuisine » qui m’a permis de varier mes plats notamment lorsque l’on m’a découvert, après la naissance de ma deuxième fille, une intolérance au gluten et aux produits laitiers. Je suis bretonne et habite une jolie ville dans le Morbihan sud proche du golfe. J’ai deux jeunes filles qui sont encore étudiantes. Côté culinaire j’adore le sarrasin que j’utilise au quotidien comme tu le sais et fais aussi de nombreux ratés ! Voilà un peu de moi dévoilé…
    J’adore comme toi la rhubarbe que je décline en multiples recettes tant salées que sucrées mais sache que cette sublime tarte sans cuisson sera sur ma table prochainement. Bises et très bon dimanche. Agnès

    1. Hélène dit :

      Bonsoir Agnès ! J’imagine que moi aussi je suis conformiste parfois – ne serait-ce que par mimétisme inconscient ! Mais je suis surtout pressée et flemmarde et un peu minimaliste parfois… d’où des photos un peu simples et répétitives. Oui, c’est vrai que j’ai l’impression de te connaître, c’est chouette ! Ravie de pouvoir t’aider à varier les menus : les intolérances sont parfois l’occasion d’élargir sa palette de saveurs, non ? Bonne semaine à toi et aux étudiantes (et aux amateurs de gâteaux ;-) )

  14. Rose dit :

    Tes mots sont tellement vrais Hélène. Je me mets souvent trop de pression dans la cuisine du quotidien (mon homme me le fait remarquer d’ailleurs …). Je devrais lâcher un peu prise. On est tous humain après tout ? Loin d’être parfaits …

    Je t’embrasse,

    1. Hélène dit :

      Ah, Rose, si l’homme le remarque et t’en parle, c’est qu’il faut faire quelque chose ! Je prends toujours au sérieux les remarques du mien sur le temps passé à bloguer : s’il trouve que c’est trop, je me dis qu’il a raison et que j’ai un peu perdu le sens de la réalité ! Un blog doit ressembler à son auteur, pas aux blogs des autres : c’est moins oppressant, non, vu comme ça ? Bisous bisous !

  15. Carole dit :

    Pendant longtemps, j’ai lu en silence. J’ai eu la sensation de pouvoir commenter que lorsque j’ai crée mon blog. Pas de légitimité avant en étant anonyme et pourtant !
    A mes débuts, les photos ne me ressemblaient pas, tout le monde autour de moi s’en mêlait.
    Maintenant que je maitrise seule, je fais mes photos comme je l’entends, bien souvent à l’arrache, et alors ?
    J’ai une passion pour la rhubarbe, alors que dans ma région faire pousser de la rhubarbe relève de l’exploit. Ton gâteau me fait envie, alors je me lance ! Carole

    1. Hélène dit :

      Pareil… j’ai commencé à commenter en bloguant. Et puis, j’ai compris : commenter les blogs des autres, c’est juste primordial pour se faire un réseau, attirer du lectorat… Ca m’a horripilée de lire des commentaires (sur mon blog ou d’autres) parfois vides et creux, juste histoire de dire qu’on est passé par là ! Et je trouve tes photos actuelles très belles et appétissantes !

      1. Carole dit :

        Ah merci, alors je continue !

  16. stephanie dit :

    Hello Hélène,
    Je suis une de tes lectrices « sous-marin », je ne commente quasi jamais car j’apprends beaucoup sur ton blog et je ne pourrais pas te rendre la pareille. Mais ta question est légitime, alors voici : j’ai 35 ans, je suis mariée, un garçon, j’habite en « province » (comme tu l’imagine !) près de Waterloo, je suis bibliothécaire. Je te lis car je suis curieuse de savoir comment d’autres personnes vivent, ce qui est important pour eux. Et il semble que nous partagions des centres d’intérêt communs (je ne suivrais pas un blog maquillage ou mode par ex.). Je ne vais pas sur Instagram ou autres, mais j’aime tes photos, elles sont poétiques, bien que je sois plus attirée par les textes. Au final, seule dans ma cuisine, ce que je retiens (et que je recherche), c’est le gôut du plat, pas la manière « nonchalament étudiée » dont il était présenté. J’aime aussi que chacun de tes articles soit l’occasion d’aborder un sujet, une petite tranche de vie. Je trouve que tu le fais avec justesse, sans tomber dans le journal intime et l’impudeur, mais en restant assez personnelle sur des sujets qui te touchent. Ce qui à mes yeux distingue aussi ton blog d’autres, c’est que ce n’est pas ton « fond de commerce », ça reste un hobby. Ce n’en est que plus agréable. Merci pour tous tes partages. Ce soir je teste ta tarte crue betterave-haricots rouges-choco.
    Bisous. Stéphanie

    1. Hélène dit :

      Bonjour Stéphanie ! Heureuse de faire ta connaissance :-) et d’apprendre que tu passes du bon temps sur ce blog et merci pour ces gentils mots ! J’espère que la tarte à la betterave a eu du succès :-) !

  17. Sego dit :

    Bonjour Hélène,
    j’ai bien vu ce nouvel article vendredi, puis le week end est arrivé. J’avais un tas de choses à faire dans la « vraie » vie. Bon tu me « connais » un peu, mais je rajoute d’autres choses. J’adore la rhubarbe. Pourtant, j’en mangeais très peu étant chez mes parents, ma maman considérant que c’était trop long à éplucher. Après j’ai crains cet acide physique (je ne suis plus certaine du quel il s’agit) qui serait pas super pour la santé dans la rhubarbe. Bon, et bien maintenant, j’en consomme (surtout cet année, tu m’as donné tellement envie). De la compote surtout et un porridge au four (un peu un raté: le plat trop petit pour mettre les fruits et les flocons, mais j’ai tout de même voulu tout mettre, alors c’était très compact !!). J’adore cuisiner, mais j’adore aussi mon porridge du lundi soir, en rentrant du piano, trop fatiguée pour faire autre chose. J’y mets tout ce qui est réconfortant pour moi. Je suis une amoureuse de la purée d’amande, de moins en moins le chocolat, les fruits rouges, le citron et la cannelle. J’ai découvert les smoothies récemment, toujours très verts avec juste 1/2 banane pour sucrer. Je suis une provinciale, amoureuse de la montagne (oui, j’ai plusieurs amours!), j’ai besoin de sport tous les jours. Bon bref voilà pour l’inversion du miroir.
    J’ai eu une tendance à vouloir faire comme tous ces blogs à un moment. Puis j’ai pris du recul. Je n’ai plus voulu faire du copier/coller, mais m’inspirer, adapter à mes goûts, à moi. Les fruits, je les découpes au dessus du porridge alors ils ne sont jamais bien alignés et parfois je m’amuse à faire une tête de bonhomme. Et puis c’est tellement bon quand on mélange la banane, le chocolat en carré et la purée d’amande sur le porridge. Ah oui, ce n’est pas beau mais c’est la vraie vie. Ceci dit, quand je prépare pour quelqu’un j’aime le beau. J’aime que les choses soient alignées.
    Autre tout ce beau et cette tendance au conformisme (et pour rebondir sur les magasines, c’est un peu le même principe que de vouloir ressembler à la fille qui fait la couverture ), il y a aussi une perte de la réalité (et parfois de temps) à vouloir passer autant de temps sur les réseaux sociaux. Bon je m’agace. Je ne veux pas de compte parce que je n’ai rien à y raconter, que ma cuisine de tous les jours (sur une table Alinéa achetée avec un salaire de stagiaire de misère sachant qu’il fallait les chaises aussi!) ne vaut pas des photos mais me plait.
    Toujours est-il que j’ai moi aussi l’impression que ton blog en tend pas à ce conformisme, que ton goût pour le local, le simple (au sens ‘noble’) et le végétal (sans tomber dans les catégories végéta*iennes) me plait.

    Belle journée,
    Ségo

    1. Hélène dit :

      Acide phytique, mais dans la rhubarbe c’est plutôt de l’acide oxalique (mais le même effet), comme dans les épinards et les feuilles de betterave. Donc éviter d’en manger 3 fois par jour mais autrement, pas de souci : ne te prive pas ! Moi aussi j’ai plusieurs amours, c’est ça qui rend la vie toujours passionnante ! La nature, le yoga, la cuisine, la lecture et Lui !

      C’est beaucoup plus intéressant de ne pas chercher à ressembler aux autres. Il y a toujours des « modes » : que ce soit pour le visuel des photos, pour les recettes en elle-mêmes (les porridges de chia, les salades de kale, les recettes crues…), ou en-dehors de la blogo culinaire, pour la façon de s’habiller, de se maquiller… Lorsque l’on fait un pas de côté, on apprend ce qui nous convient le mieux, on personnalise et c’est une démarche bien plus authentique. Genre, les jeans skinny tellement à la mode les années passées, c’est affreux sur la plupart des filles… pourtant, on ne voit (voyait ?) que ça ! Dommage. C’est bête que le « beau » soit si lié au regard des autres, que l’on ne trouve beau que ce que les autres vont trouver beau !

      Bref, ravie d’en savoir un peu plus sur toi, Ségo !

  18. Pomaufour dit :

    Bonjour la Suisse, ici la France !
    Merci pour ce bel article, qui combine réflexion ET recette !!!
    Et merci également, chère Hélène, de nous rappeler que tu es comme tout le monde :-) une fille simple capable de réaliser une très jolie tarte coco / rhubarbe saupoudrée de tout le poétisme dont recèlent les fleurs d’hibiscus, tout en te sustentant d’un tout bête gros morceau de bon pain, tartiné de ce qui traîne dans tes placards du moment. C’est ça qui me plaît (entre autre) chez toi ! Loin de moi la prétention de te connaître (ce qui est dommage d’ailleurs car tu m’as l’air fort sympathique et tellement pleine de vie !), mais en tout cas je t’imagine pleine d’une belle authenticité ! Ton article prouve à la fois ta lucidité et ton désir de partager avec poétisme une part de ta vie, avec tes lecteurs. J’apprécie toujours beaucoup de lire tes articles parce qu’ils sont documentés tout en restant accessibles au commun des mortels. Tu sais les ponctuer d’une juste dose d’humour, qui rend leur lecture encore plus agréable ! Et l’agrément que représente tes photos est indéniable. Oui tes photos sont simples, mais personnellement je les appréhende comme des tableaux : colorés, vivants, avec un style reconnaissable entre mille (le tien !) et toujours quelques petits détails que je trouve empreints de poésie (tes planches à découper en joli bois, ton reflet flou dans la bouilloire en métal, tes gerbes fleuries et feuillues, tes crèmes incroyablement crémeuses !!! Je crois que tu remportes la palme de celle qui sait le mieux rendre une tartinade délectable rien qu’à la regarder…) Alors longue vie à ton blog, qu’il continue à fleurir en douceur, au gré de tes envies, de tes inspirations, de tes découvertes et de tes échanges, et loin d’une quelconque performance à atteindre. Et pourquoi pas quelques photos de ton gratin de blettes douteux pendant qu’on y est ? Ca nous permettrait de comparer nos désastres culinaires respectifs ! ;)

    Et comme je commente régulièrement tes articles, à mon tour de te faire une modeste présentation de mon univers (toi qui n’a aucune chance de capter mon reflet, même déformé, sur la parois de ma petite cuillère ^^). J’affiche 28 printemps au compteur et j’en suis bien contente car je trouve cet âge plein de promesses ! Je vis en région lyonnaise et suis mariée à l’homme le plus « fait-sur-mesure-pour-moi-en-ce-bas-monde » et j’en suis très heureuse. Comme moi, il aime les légumes (même les verts), il ne considère nullement les porridges à l’avoine comme de la nourriture pour équidés, il se prête volontiers au jeu du goûteur (si, si, pour la rhubarbe salée, le chili au chocolat ou la tarte sucrée aux panais, il était présent à l’appel…et il a validé !) et comme je l’ai dit sur IG l’autre jour, depuis que je lui fais des gâteaux, il perd du poids… True story !
    Tu l’auras compris, j’aime être aux fourneaux (moi qui savais tout juste faire des pâtes il y a 6 ans de cela), manger de bonnes choses et expérimenter. Mais j’aime aussi et surtout me nourrir de livres, des tonnes et des tonnes (un vrai rat de bibliothèque !), me soûler de musique, sentir le soleil et le vent sur ma peau, faire des bouquets de fleurs, flâner dans un potager et y cueillir innocemment deux / trois bricoles, voyager, parler (mal) en anglais mais le parler quand même, visiter des monuments historiques et des villes d’un autre temps, chiner dans les brocantes, rire et pleurer au théâtre et surtout, surtout rencontrer des gens et les aimer ! On déplore beaucoup les pires côtés de l’Homme ; mais combien il en a de beaux aussi lorsqu’on y regarde de près.

    C’est une description succincte et insatisfaisante après relecture mais je ne changerai rien car ce sont les mots qui me sont venus spontanément. Et puis, ça laisse de quoi dire pour les prochaines fois. Sait-on jamais, si les hasards de la vie permettent une correspondance entre Hélène la Reine des Curds (qui se mangent à la louche) et Katia la Pomaufour du Net !

    Je ne m’excuserais pas pour le surplus de lecture car si tu arrives jusque là, c’est soit que tu l’auras bien voulu, soit tu as triché en regardant les petites notes en bas de page et c’est très bien aussi ;)
    Des bises !

    1. Hélène dit :

      Bonjour Katia ! Ah, tu remarques les reflets dans les petites cuillères :-) ça me fait toujours rire, je me demande si ça passe inaperçu ou non !!! Le gratin de blettes, c’était un triste spectacle mais la prochaine fois, je l’immortaliserai !

      Nous avons le même âge :-) et des hommes qui se ressemblent : le mien aime la verdure, les légumes, même les choux, il ne recule devant aucune invention culinaire, même les moins engageantes et s’essaie parfois lui-même aux fourneaux ! Et les mêmes passion pour les livres et la musique. Le théâtre aussi mais je n’ai plus l’occasion d’y aller autant que je le voudrais en Suisse.

      J’aime beaucoup ta plume, ton enthousiasme et ton optimisme, c’est hyper stimulant de te lire :-) j’aime aussi voir le beau chez les personnes que je rencontre, c’est tellement plus joyeux. D’ailleurs, c’est un sujet de discussion avec mon homme : je trouve tout le monde beau (physiquement). Dès qu’une personne m’est un poil sympathique, son visage devient magnifique. Lui, il est un peu plus dur (il dit « objectif », je ne suis pas d’accord ;-) ).

      Je suis sûre qu’il y aura des prochaines fois ^^ Bisous !

  19. Ahhhhh ce que tu as une belle plume Hélène. C’est comme une mélodie te lire et pourtant, tu dis tellement tout vrai. Merci de partager tes réflexions du genre :) Tu sembles une personne tellement terre-à-terre…j’aime !!!

    Honnnn…oui, oui…la betterave et le sarrasin….j’adore !!! Ta tarte est tout simplement sublime. Et quelle belle créativité. Tu es une génie des mariages de saveurs et d’ingrédients. Je note sur le champs et essaie bientôt comme ma rhubarbe arrive prête. Et je note également ton mijoté avec la rhubarbe. En salé, c’est ma façon favorite de manger la rhubarbe, alors tu m’a conquis :) Et en plus il y a du sarrasin…miummm !!! Et ton crumble rapide au thym me fait de l’oeil comme le thym est mon herbe favorite :) Tu m’as par les sentiments…hi hi !!

    Merci encore des partage :) Bises.

    1. Hélène dit :

      Ah ah, non, pas un génie, c’est un peu trop !!! Merci Jessica !

  20. ena dit :

    ébé moi, moi, moi,
    moi pour ajouter un exemplaire à ton trombinoscope imaginaire, j’ai moins de 30, je suis carrément provinciale, j’aime le sarrasin et j’adoooooooooooore la rhubarbe. Si on ajoute à ça que c’est encore un peu le printemps et que la plupart des pelouses environnantes sont encore en fleur (et pas directement cramées), que les petits concerts d’été fleurissent aussi et que la rhubarbe qu’on m’a offerte cette année pousse joliment dans mon jardin, bah oui, carrément heureuse !

  21. Bénédicte dit :

    Hello,

    Moi aussi je suis une visiteuse sous-marine ou presque, puisque que j’ai posté deux commentaires qui avaient trait à des recettes lactofermentée je crois. Ce qui fait indubitablement de moi une psychopate du lacto-fermenté hahaha. J’ai 24 ans et je suis une citadine, et oui, je vis à Shanghai! Ce qui implique que la plupart du temps je ne peux que me lécher les babines devant tes recettes et fantasmer de les cuisiner quand je ferais un petit tour en France. La plupart des ingrédients que tu utilises sont aux abonnés absents chez mon primeur, et pour cause haha heureusement j’ai accès à de nombreux légumes inconnus du type jiaobai et divers chous chinois pour compenser. Trouver certains légumes relève de la victoire et ça revient un peu chéros (genre les betteraves ;)) mais c’est sympa de temps en temps et ça me donne l’occasion de tester les röstis… sans four hahaha là encore c’est pas courant de disposer d’un four à Shanghai, heureusement que ça marche à la poêle! :D J’adore ton blog, il est très inspirant et je salue toujours silencieusement tes recettes audacieuses et tellement tellement créative! wow je suis soufflée à chaque fois! Tes textes sont aussi très très joliment écrits, bref c’est toujours la fête de découvrir un nouvel article!
    Si tu repasses à Shanghai un de ces jours, je serais ravie de te faire (re)découvrir les restaurants végétariens chinois! Merci pour ton blog qui met un peu de fantaisie dans la vie!

    1. Hélène dit :

      Merci Bénédicte ! Sans four, wow, je ne sais pas si je pourrais survivre ;-) Je me souviens des légumes inconnus au bataillon que j’avais découvert à Shanghai, dont un espèce de végétal vert un peu comme un brocoli croisé avec des épinards… et ce fameux « sea cucumber » qu’on a voulu me fourguer en tant que légume (c’est un mollusque si j’ai bien compris). Je ne sais pas si je retournerai en Chine avant longtemps, mais si c’est le cas, je te fais signe ! C’est adorable !

  22. IsaF dit :

    Bjr Hélène,
    Je n’ai plus de rhubarbe dans mon jardin, ni dans mon magasin préféré. Est-ce qu’il y a moyen de remplace ladite rhubarbe par de la compote de pomme par exemple ou un autre fruit ?
    Je recherche une R7 pour un pique nique dimanche et je ne veux pas allumer mon four avec les températures actuelles.

    1. Hélène dit :

      En ce moment je choisirais cerise ou abricot…

  23. julie comtois dit :

    comment fait-on compoter la rhubarbe sans cuisson?

    1. Hélène dit :

      A la casserole, la tarte elle-même est sans cuisson mais la rhubarbe est cuite.

Les commentaires sont clos.