Betterave lactofermentée aux épices

betteraves_fermentees2

Depuis ma recette de kimchi, je ne vous avais plus parlé de lactofermentation. Pourtant, je commence à m’y connaître plutôt bien – ces betteraves lactofermentées sont d’ailleurs mon plus grand succès ! Depuis notre arrivée à Zürich, j’entretiens à nouveau un levain fort vigoureux qui nous donne un pain dont je suis très fière (un billet devrait arriver sous peu : soyez patients et attendez que je ne croule plus sous le travail). A Paris, mon amie Louise m’avait fait don d’une mère de kombucha. Pendant plus d’un an, celle-ci m’a rendu de bons et loyaux services. La malheureuse n’a pas survécu à mon déménagement et je l’ai longtemps regrettée avant de jeter mon dévolu sur une autre boisson – dont je vous parlerai aussi prochainement !

J’avais expliqué ici la lactofermentation et ses bienfaits sur la flore intestinale – rien n’a changé ! Les choux sont très propices à la fermentation (choucroute, kimchi…), ce qui les rend également plus digestes, mais tous les légumes s’y prêtent à merveille. J’ai jeté mon dévolu sur la betterave, ce qui n’étonnera pas mes lecteurs fidèles : cette pourpre racine semble avoir pris toute la place sur ce blog depuis l’hiver dernier !

La fermentation du kimchi est très rapide : dans le cas de la plupart des autres légumes, il faut au moins trois semaines. Les plus pressés pourront se rassurer : au bout d’une dizaine de jours, c’est déjà très bon, surtout lorsque les températures en hausse accélèrent le métabolisme de nos amis les bacilles. Pour cette recette, je vous recommande un temps de fermentation de trois semaines, dont au moins la première à température ambiante. Les deux semaines suivantes, on peut choisir de placer son bocal dans une pièce plus fraîche ou même au frigidaire.

Cette betterave lactofermentée

  • agrémente une salade,
  • fait merveille sur des toasts de pain grillé, au petit déjeuner ou pour un apéro improvisé, avec une fine couche de purée d’amandes,
  • relève un simple bol de riz ou de lentilles tout en apportant une jolie couleur rose – idéal pour une lunch-box minimaliste,
  • apporte un goût fermenté à une tartinade au tofu,
  • apporte une note d’acidité aux soupes (ajoutez-la à la fin au moment de mixer) ou au gaspachos.

Soyez toutefois raisonnables : les légumes lactofermentés, c’est comme les impôts : la note est toujours un peu salée ! En revanche, contrairement aux impôts, ils sont hautement addictifs et excellents pour la santé. Vous pouvez égoutter la betterave et la rincer à l’eau froide avant de la consommer, pour en éliminer une partie du sel (cela ne marche pas avec les feuilles d’imposition, j’ai essayé). En revanche, cela dépouille les légumes d’une partie des bonnes bactéries… ce qui est un brin dommage, non ?

betteraves_fermentees3

Toutes les explications se trouvent dans la recette ci-dessous. Quelques conseils en vrac :

  • Préparez vos légumes avec des mains propres ! De même, lorsque vous remplissez le bocal et qu’il faut presser les légumes pour éliminer toute bulle d’air, veillez à vous laver les mains au préalable avec un savon le moins synthétique possible !
  • N’utilisez jamais d’ustensiles en métal : les bactéries ne le tolèrent pas (oui, elles sont un peu difficiles parfois : elles aiment les matériaux nobles et naturels, comme vous et moi). Préparez les légumes dans un saladier en verre ou autre matériau naturel (faïence, porcelaine, céramique…) et choisissez un classique bocal en verre pour la fermentation. De la même façon bannissez l’usage de couverts métalliques pour vous servir dans le bocal !
  • Oubliez le plastique : la fermentation génère de l’acidité susceptible de détériorer le plastique du contenant. Si vous voulez éviter d’ingérer du pétrole et d’en gaver vos petites bactéries… vous savez ce qu’il ne faut pas faire ! Le seul plastique autorisé – et même fortement recommandé – est celui du joint de votre bocal !
  • Si vous n’en êtes pas à votre première fermentation : récupérez quelques millilitres du liquide d’une précédente fournée de légumes lactofermentés pour ensemencer la prochaine. Ce n’est absolument pas indispensable, mais peut accélérer le processus.
  • Veillez à ce que les légumes soient toujours recouverts de liquide. Au moment de remplir le bocal, il doit y avoir 1 cm de liquide en surface et environ 1 à 2 cm d’espace entre les légumes et le couvercle du bocal. Il est important que la fermentation se déroule en « anaérobie« , c’est-à-dire sans contact entre les bactéries et le dioxygène de l’air. Lorsque l’on fermente du chou, il est recommandé de placer une feuille entière au-dessus des légumes afin de les maintenir immergés. Dans mon cas, j’utilise des feuilles de laurier disposés à la surface du liquide pour mieux isoler les betteraves de l’air. Bonus : cela donne aux légumes un parfum délicieux !
  • En cours de fermentation, vous pouvez observer la formation de petites poches d’air au milieu des légumes : c’est normal, il s’agit du dioxyde de carbone émis par les bactéries. Ouvrez le bocal, retirez les feuilles de laurier (avec des mains propres), pressez les légumes avec le poing (propre, toujours…) pour évacuer les bulles de gaz, contribuant ainsi à votre grand désarroi au réchauffement climatique – mais nettement moins qu’en mangeant un steak. Il est aussi assez efficace de percer les bulles de gaz avec une baguette en bois (de type baguette chinoise) très propre, afin de les faire remonter en surface. Replacez les feuilles de laurier, refermez le bocal et laissez la fermentation se poursuivre. Au besoin, ajoutez quelques millilitres d’eau minérale.
  • Enfin, évidemment : n’utilisez que des légumes et des épices issus de l’agriculture biologique. Autrement, c’est l’échec assuré, les micro-organismes n’étant guère friands de résidus de produits phytosanitaires (rappelez-vous, ils sont comme nous : très exigeants sur la qualité de leur nourriture). Utilisez exclusivement du sel marin non traité et exempt d’additifs et oubliez le sel de table à la blancheur éclatante. Il n’est bon ni pour votre santé, ni pour celle des bactéries !
  • Bien entendu, vous pouvez varier les épices à votre gré. C’est ce qui est drôle. J’ai une préférence pour le gingembre et le laurier, qui vont merveilleusement bien ensemble, mais à vous d’improviser.
  • Enfin, n’ayez pas peur ! C’est quasiment in-ra-table : je n’ai jamais raté de légumes lactofermentés, c’est dire ! La quantité de sel présente suffit à décourager toutes les moisissures et bactéries indésirables. Alors, pour une fois, ne vous dites pas Oh, ça n’est pas pour moi, c’est trop dur ! : il suffit d’oser. Lorsque vous aurez réussi une première fermentation, toutes vos craintes et vos appréhensions se dissiperont… et vous vous sentirez tout-puissants !

Amusez-vous bien !

betteraves_lactofermentees

Betteraves lactofermentées aux épices

Pour 1 grand bocal

  • 3 ou 4 betteraves bio – 800 g, CRUES !
  • 30 g de sel de mer
  • 1 petit tronçon de gingembre
  • 1/2 cuillère à café de graines de moutarde
  • 1/2 cuillère à café de graines de coriandre
  • 3 baies de genièvre
  • 4 grains de poivre noir
  • 1 clou de girofle
  • 8 à 10 feuilles de laurier, fraîches ou séchées
  • eau minérale (facultatif)

♣ Au préalable, stérilisez votre bocal. Ma méthode : le remplir d’eau bouillante pendant que je prépare les légumes. Lorsque les légumes sont prêts, je vide le bocal, je le laisse refroidir puis le remplis avec les légumes et le liquide.

Lavez les betteraves. Inutile de les peler puisqu’elles sont biologiques. Les râper pas trop finement avec une mandoline ou une râpe à gros trous. Dans un saladier, mélanger la betterave râpée et le sel. Laisser reposer 30 minutes. Après ce temps de repos, presser les betteraves à la main : le sel les ayant fait dégorger, elles exprimeront leur jus. Les presser ainsi durant une dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’elles aient rendu un maximum de jus. Ne surtout pas jeter ce liquide ! Ajouter alors le gingembre détaillé en lamelles et les épices.

Transférer les betteraves dans le bocal stérilisé. Tasser au fur et à mesure en ajoutant le jus de betterave salé afin qu’aucune bulle d’air ne reste prisonnière. Le bocal doit être rempli jusqu’à 2 cm au-dessous du bord. Si le liquide est insuffisant, compléter avec de l’eau minérale : les légumes doivent être totalement submergés.

Recouvrir la surface du liquide avec les feuilles de laurier. Presser de façon à les imbiber de jus de betterave. Fermer le bocal (sans oublier le joint de caoutchouc assurant l’étanchéité). Entreposer le bocal à l’abri de la lumière à température ambiante.

Au bout de 4 à 5 jours – parfois moins -, du liquide peut s’échapper du bocal. Vous observerez sans doute que des bulles d’air sont apparues et que les légumes se sont soulevés : c’est normal, la fermentation a produit du dioxyde de carbone. Dans ce cas, ouvrir le bocal, presser les légumes avec une main (bien propre !) pour faire remonter le gaz et tasser à nouveau les légumes. Si trop de liquide a fui, ajouter une petite quantité d’eau minérale pour compléter.

Au bout de 8 jours de fermentation à température ambiante, placez le bocal au frais : soit au frigidaire, soit dans une pièce fraîche (moins de 20°C). Patientez encore deux semaines : c’est enfin prêt ! Pour ma part, j’ai gardé cet énorme bocal à température ambiante durant toute la fermentation car il ne tient pas dans mon frigidaire !

Après ouverture, les betteraves lactofermentées se conservent plusieurs mois, au frigidaire. A chaque utilisation, presser les légumes restants pour qu’ils restent immergés dans le liquide.

..

..

55 Replies to “Betterave lactofermentée aux épices”

  1. Il y a 2 ans, j’ai fait des oignons fermentés et il sont toujours autant délicieux

  2. Lionel avez-vous un blog avec vos recettes et vos techniques ?

    1. Hello, pour que Lionel lise votre commentaire, vous devriez répondre à son commentaire. Sinon, il ne sera pas prévenu (à moins qu’il ne lise régulièrement les commentaires sur ce billet).

  3. Merci pour cet article… je me fais beaucoup de légumes fermentés, kombucha (le mien non plus n’a pas survécu au déménagement :( ), kéfir de fruits, kvaas, etc. J’ai cependant une question sur un point que vous mentionnez… ne pas mettre les fermentations en contact avec le métal.
    J’ai, depuis qq années des Kraut Source, un truc adorable et super utile pour faire des fermentations. Ils sont en inox et fonctionnent super bien. Je n’ai jamais raté mes fermentations avec eux et tout est super bon. Pourriez-vous me donnez votre point de vue sur la relation métal/fermentation, svp?

    1. Les fermentation acides (comme celle-ci) ainsi que le sel provoquent une corrosion du métal, qui peut contaminer les aliments. Je crois qu’on réserve l’inox aux fermentations moins acides (vin…) mais comme c’est inoxydable, c’est normalement sans problème pour toutes sortes de fermentation. Après, personnellement, je préfère le verre car on peut voir ce qui se passe dans tout le bocal.

  4. Bonjour.
    30g de sel de mer pour 800g de betterave ???!
    Wahou ! vous avez des actions aux Salins du Midi ? ( lol )
    30g / kg c’est énorme, j’ai fait plus de 200 bocaux de conserves lactofermentées et je ne dépasse jamais les 10…12g de sel par kg de légumes. Même ma saumure est préparée sur cette base et je n’ai jamais raté
    un bocal.
    J’ai lu il y a quelques temps sur un blog qu’on pouvait descendre à 5g / kg … une autre personne disait qu’elle ne mettait pas de sel du tout !!
    L’excès en tout étant un défaut, je pense que 30g / kg c’est trop et zéro pas assez.
    Vous devriez faire un essai avec 10g / kg … 1kg de légumes, vous n’allez pas vous ruiner :)
    Un dernier truc : la lactofermentation au départ c’est fait pour « conserver » les aliments, pas pour les manger au bout de 4 ou 5 jours. Je n’ouvre mes bocaux qu’au bout de 6 semaines minimum. Le plus ancien que j’ai ouvert avait 1 an et 3 mois —> excellent !!

    1. J’ai eu des ratés avec 15 g… et la première recette qui m’ait réussi avait beaucoup de sel, alors je m’y tiens, mais je re-tenterai le coup avec moins de sel. En revanche, je dis qu’on peut manger les betteraves après 1 semaine, mais personnellement j’attends au moins 1 mois, c’est meilleur. Mais si j’en ai envie plus vite, c’est pas gênant. Je n’ai pas besoin de « conserver », j’ai juste envie de manger des légumes lacto-fermentés.

  5. Liane Rollin dit : Réponse

    Salut, j’ai fait mon premier pot de betteraves fermentées. J’ai bien hâte de voir le résultat et surtout, y goûter. Merci!

  6. Bonjour
    je voulais savoir si vous aviez déjà fait la lacto fermentation avec du chou kale ou chou frisé, chou vert…. et si oui comment, comment le manger ensuite, avec quoi … merci d’avance

    1. Bonjour ! Oui, comme ici : http://green-me-up.com/2014/11/kimchi-chou-fermente-au-panais-probiotiques.html Ensuite, j’aime bien le manger avec des légumes cuits (comme une sauce) ou en mettre 1 ou 2 cuillères à soupe pour relever les salades !

  7. j’aime bien le mélange betterave radis quand on a des radis qui piquent trop, en général je fais des bocaux d’1 litre , il tient à l’aise près d’1 kilo de légumes dedans…

  8. bonjour hélène,
    j’ai une question à propos des betteraves fermentnées et ai besoin de ton avis…
    j’ai ouvert aujourd’hui le bocal que j’ai préparé il y a 3 semaines, mais il y avait un peu de moisissure sur le liquide. je l’ai enlevée et goûté les betteraves, c’est divinement bon, mais je ne suis pas sûre si je m’intoxique en les mangeant. le moisi n’était que sur la superficie du liquide et le betteraves étaient bien immergées par 2 cm… j’avais aussi bien stérilisé le bocal, me semble-t-iltu penses que ça suffit si j’enlève juste le moisi?
    ce serai trop dommage de tout jeter, surtout que je me suis bien disciplinée pour patienter 3 semaines. le kimchi ne m’a jamais fait ce coup-là, j’en suis à mon 3e depuis le premier essai…
    en tout cas merci bien pour ces recettes, j’ai découvert grâce à toi la lactofermentation et je trouve cela formidable !!
    bonne soirée,
    johanna

    1. Ah zut, je n’ai jamais vu ça ! Tu devrais faire ce que tu as dit : juste retirer la partie moisie et garder le reste au frais. Si ça sent bon dans les betteraves, c’est que tout va bien !
      Dis-moi si cela va pour toi. Bon après-midi !

      1. merci de ta réponse !
        j’ai déjà mangé quasiment la moitié du pot en attendant et je vais tjrs bien, donc je crois que c’est bon ! et puis ça sent très bon, pas du tout moisi…
        merci encore pour cette super recette!! et les nouvelles au vin rouge ont l’air très bonnes aussi :-)

  9. Je cherchais une recette de betterave lacto-fermenté et je suis tombée sur la recette de ton blog! J’ai bien envie d’essayer. L’hiver dernier j’avais essayé une recette russe pour faire une conserve de chou-carotte. Je vais tenter les betteraves ce coup ci.

    1. Hmmm, chou et carotte, ce devait être bon :-) Contente de te lire, Yasmine !

  10. Bonjour,

    J’ai essayé de faire des betteraves lacto-fermentées mardi dernier.
    J’ai fait un bocal avec des betteraves recouvertes au départ d’1 cm de leur jus. Aujourd’hui après 5 jours de fermentation le jus s’est mélangé aux betteraves. Je vois des petites bulles dans la moitié basse du bocal. Comment fais-tu pour garder une séparation entre légumes et jus sans mettre de poids ?
    J’ai fait un autre bocal avec des betteraves recouvertes de leur jus et d’un petit pot en verre (bloqué par le couvercle du bocal) qui permet aux betteraves de ne pas remonter à la surface. La fermentation se passe tellement bien que du jus sort de ce bocal. J’ai donc essayé de tasser les betteraves mais le résultat est mitigé. Par contre le jus est devenu visqueux. C’est normal ?

    J’espère ne pas jeter toutes ces betteraves…
    Merci d’avance pour ta réponse

    1. Bonjour, le liquide visqueux c’est normal. Que veux-tu dire par « séparation entre légumes et jus » ? Si tu veux dire garder du jus en surface, tu peux mettre un poids sans problème, tant que ce n’est pas du plastique, du bois, du métal. Un plus petit bocal en verre, une pierre très propre, comme tu as fait pour le second bocal. Tout ce que tu me décris semble très normal.

  11. Cc helene probleme technique avec mon bocal en cours d utilisation le couvercle etait fele et de peur d avoir des debris de verre dans ma preparation j ai ete oblige de jeter le tout ….. j etais furax j ai de belles courgettes dans mon panier de l amap ces temps ci un peu de temps devant moi et hop c est reparti avec cette fois un beau bocal tout neuf…. a bientot pour de nouvelles experiences

    1. Je suis avec toi : ça m’est arrivé récemment ! Pareil, double frustration : j’ai perdu l’un de mes bocaux préférés et j’ai gâché presque 1 kg de belles betteraves bio du marché !

  12. Ohoh j’ai fait un bocal de kaktugi, une sorte de kimchi de betteraves et j’ai une utilisé une cuillère… en métal! C’est vraiment mauvais ou ça passe pour la première fois?
    En tout cas ces conseils me sont bien utiles, merci!

    1. Ca passe, il ne faut pas que le contact soit prolongé, c’est surtout ça. La prochaine fois, attention ;-)

  13. Profite de mes conges pour tenter la lactofermentation … avec courgettes basilic echalotes ail des ours pour commencer une petite question stp helene j hesite a fermer completement le bocol muni du caoutchouc de peur qu il eclate avec les gaz produit a l interieur durant la 1ere phase de fermentation . Com,ment le surplus d eau s echappe si le bocal est completement hermetique? bien cordialament bon ete a toi et au plaisir de te lire

    1. Ferme-le complètement, ça ne sera jamais explosif comme dans le cas du kimchi ou de la choucroute. Mais ouvre-le tous les jours pour dégazer. Et tasse un peu le tout s’il y a des bulles, ça fera baisser le niveau de liquide !

  14. Génial, encore une fois ! J’espère oser / trouver le temps de me lancer. Et j’attends avec impatience ton article sur le levain :)

    1. IL viendra un jour mais il faut que je trouve le temps… ARGGH !!!!

  15. Je vais tester, ma marchande de légumes bio a de belles betteraves ! Et puis j’adore les légumes façon kimchi (surtout le chou).
    Par contre à un moment de ma vie, j’ai testé le jus de betterave lacto fermenté, le matin à jeun. J’ai cru mourir. Je faisais rire mes enfants avec mes dents rouges, moi je riais moins !
    Le week end prochain, je me lance, promis !
    Carole

    1. Ah ah, je ne sais pas pourquoi mais… ta phrase « ma marchande de légumes bio a de belles betteraves » me fait tellement rigoler ! On dirait un code, comme « les carottes sont cuites » ou « comment est votre blanquette » ! Je la trouve extra ! Vive ta marchande de légumes ! Jamais goûté le jus de betterave lactofermenté… tu m’en as dissuadée !

      1. Toi aussi tu me fais rire ! Ce n’est pas un code, juste ma vie ! La prochaine fois, je la prends en photo ma marchande de légumes bio du jeudi matin ! (enfin, si elle accepte). Carole

  16. Haaaaa elle m’intrigue ta recette, il va falloir que je teste ! Dès que j’en aurai fini avec l’on déménagement je file au magasin bio faire le plein de betteraves ! Tu penses que je peux faire ça sans un gros pot à confiture ?
    Je t’avais déjà parlé de mon kéfir je crois, il vit toujours ! Et j’ai hâte de voir ta recette de levain, je n’ai jamais osé essayer…..
    Ou comment transformer votre cuisine en un vrai petit laboratoire ;)

    1. Oui, ça devrait aller mais attention à ne pas laisser le couvercle (métallique) en contact avec la préparation à la betterave !

      1. Génial, j’essaie ça très vite alors !! Aie aie aie ce n’est pourtant pas trop la saison des betteraves rôôô….. :)

  17. Je ne savais pas du tout pour le métal, merci de cette précision =)

  18. J’ai fait pas mal de kimchi dans un helpx en Nouvelle-Zélande et je ne suis pas convaincue. Bon, faut dire que je n’aime pas le chou non plus, et encore moins mettre les mains quand je cuisine (le retour aux sources, tout ça tout ça, j’ai encore du boulot)…
    Mais ta recette me donne envie ! (y’a un début à tout !)

    Par contre, je suis hyper preneuse de l’histoire du levain, j’ai envie d’essayer !

    1. Là, c’est très différent du kimchi… tu devrais essayer ;-)

  19. bonjour Hélène
    je ne connais pas cette technique et je suis tentée par la recette !
    je suis une adepte du kefir qui est mon breuvage quotidien depuis plus d un an ,,,
    merci pour le partage de tes expériences
    j apprécie beaucoup

    1. Bonjour Iza, merci ! N’hésite pas à me dire si tu essaies !

  20. Merci à toi pour cette piqûre de rappel car cela fait bien longtemps que je n’ai pas fait de légumes lactofermentés et pourtant j’adore cela. Trop de choses à faire (surtout en cette fin d’année scolaire !) et peu de temps c’est çà le problème ! Mais ta suggestion avec des betteraves m’a convaincue et voilà mes bocaux sont faits avec entre autres un mélange carotte/chou-rave/betterave (mélange que j’adore réaliser en salade avec une sauce sucrée/salée avec de la mélasse de grenade un délice). Bises, Agnès

    1. Quelle belle idée, Agnès ! Patience, j’espère que tu aimeras aussi la betterave !

  21. Super je suis une adepte du chou lactofermenté et l’idée de la betterave est trop simple pour y penser. Cela doit être si frais à croquer. Pikles et cie, nous voilà servi.

    1. Trop simple, trop bonne aussi !

    2. Bonjour
      Puis je avoir la recette avec le chou car je ne trouve pas qu’elles épices sont les plus appropriées
      Merci

  22. Super article ! Je suis également déjà conquise par le kimchi, donc je vais vite vite essayer ces betteraves. J’ai juste deux questions :
    – tu ne laisses pas le pot ouvert lors de la fermentation ? Pour mon kimchi, je ne ferme pas complètement le pot, car le gaz carbonique doit s’évacuer. J’aurais un peu peur que le pot n’explose. Mais peut être que les autres légumes font moins de gaz ?
    – quels sont les légumes que tu peux lacto fermenter ? Je crois avoir vu passer sur Instagram des algues ?! En gros on peut tout fermenter, c’est ça ?

    De mon côté, ma grosse envie du moment, c’est de faire des pickles à la japonaise. Tu sais, ceux qu’on te sert parfois au resto : des légumes coupés fins, séchés et dont la saveur est très prononcée ? J’en raffole ! Je voulais m’acheter une pickle press (désolée, j’ai appris tout ça en Australie) mais il semblerait qu’on n’en ait pas vraiment besoin (toutes celles que je trouve sont en plastique). Avec tes betteraves, tu pourrais faire du gingembre rose ! Je n’ai pas encore eu le temps de faire des essais, mais il faut que je m’y mette !

    1. Non, contrairement au mélange (détonnant) chou + ail, il n’y a pas de fermentation explosive :-) Je n’ouvre jamais le bocal sauf si je constate qu’il y a trop de bulles dans les légumes, alors là j’ouvre pour tasser. Sinon, je crois que tu peux tout lactofermenter : carottes, radis, céleri, fenouil, concombres, betteraves, oignons, ail, chou-rave, choux… Pour les graines / féculents, je ne suis pas encore sûre de moi (ça semble avoir marché avec le tofu dans le liquide de fermentation des betteraves, mais je n’ose pas goûter de peur de mourir !). J’ai déjà vu passer des recettes de pickles à l’écorce de pastèque, c’est très idéologie, ça ;-)

  23. Je n’ai encore jamais tenté la fermentation… C’est que cela ne me rassure pas trop… Mais si tu dis qu’il faut y aller alors je vais peut-être m’y mettre en commençant par ta recette de kimchi !

    1. Je comprends, mais ça, c’est vraiment le plus facile ! Légumes bio + eau + sel et c’est tout ! Pas besoin de stérilisation ni de gestes techniques compliqués !

  24. SUPEEEERRRRR des légumes lacto-fermentés! Déjà conquise par le kimchi je pense que je vais adorer les betteraves? Merci beaucoup pour toutes les explications pour la préparation. Bon, je risque de faire un mélange avec des carottes (elles s’entendent bien les betteraves et les carottes non? ). J’ai une petite question: tu précises, pas de plastique n’y d’inox. Le seul problème c’est que je n’ai pas de grand saladier (oui je fais mes gâteaux, cookies,…dans un vieux tuperware donné par ma maman -> il faudra que je change un jour, promis). Donc, pour les 30 de préparation avant de mettre en bocal, ça va tout de même ?

    Bon, ça sera ma récréation cette préparation de lacto-fermentation.
    Bonne journée.

    1. Coucou Ségo, oui, ça ira ne t’en fais pas. Pour un court moment on ne va pas chipoter, il faut faire avec ce que l’on a ! Si tu viens à Zürich tu trouveras ton bonheur dans ma super brocante, pour un quart de bouchée de pain ;-) Bonne récré !

      1. Coucou Hélène,
        Mon temps de midi oh combien mis à profit! J’ai pressé les betteraves et les carottes. J’en ai vidé mon frigo pour atteindre les 800g. Moi, optimiste, j’avais préparé 3 bocaux parce que je viens juste de voir que tu as dis pour 1 grand bocal. Les autres sont prêts pour une autre utilisation. Donc la lacto-fermentation peut commencer. Plus qu’à attendre!

        1. Ah mais mon bocal est immense :-) tu en as rempli 3 ? Alors, tiens-moi au courant ! S’il fait aussi chaud chez toi qu’ici, tu devrais voir des poches d’air dans les légumes dans moins d’une semaine (c’est bon signe !) !

          1. Non, juste 1 ! Une fois les betteraves et carottes bien malaxées, ça a tellement réduit que tout est rentré dans un seul pot, mais avec tout plein de jus, juste à 2cm du bord du pot tout comme tu as dit. Je n’ai pas de bocal avec joint en caoutchouc alors j’ai pris un grand pot de purée d’amande (j’ai bien mangé toute la purée avant, pas de soucis) que j’ai vissé fortement (enfin aussi fort que je peux sans tout casser). Oui il fait chaud ici donc je vais surveiller le pot de près.

            1. Et bien, voilà, déposées sur la salade ce midi, c’était juste excellent (et très joli avec le jus rouge qui se mélangeait à la sauce au tofu de mon riz).
              Alors encore merci pour ce partage pleins de conseils pour réussir au mieux!

              1. Super ! Chez nous aussi ça fait fureur en salade et dans le riz…

Laisser un commentaire