Cookies de Noël façon Basler brunsli

cookies-de-noel-1

Les petits gâteaux, les biscuits, ça n’est pas mon fort. La rubrique « Gourmandises » de Green me up en atteste. Elle aurait même porté plainte contre l’auteur de ce blog pour non-assistance à rubrique en danger d’extinction ! A vrai dire, je n’ai jamais envie de biscuits. Pour le goûter, quelques noix ou une poignée d’amandes me suffisent. En Suisse, cependant, les biscuits de Noël sont une tradition à laquelle personne n’échappe.

Cela a commencé par les petites assiettes de gâteaux disposées dans les bureaux par Sabine (prononcer Za-bi-neu), l’adorable secrétaire de mon chef, à l’occasion de la Saint-Nicolas. Difficile de se concentrer sur des formules mathématiques barbares lorsque l’odeur de la cannelle et du cacao titille sadiquement vos narines.

J’ai pu constater que le pacifisme légendaire des suisses était bien une légende. Rien ne vaut le spectacle d’une brochette d’Helvètes se battant à mains nues pour le dernier cookie de Noël ! Un autre spectacle dont je ne me lasse pas est celui du vieux Zürich. A l’approche de Noël, la ville se pare de décors d’un goût parfait. Nous avons la chance de vivre dans le vieux quartier et les balades à la nuit tombées sont un brin enchanteresques…

zurich-2

Depuis quelques semaines, mes camarades suisses ou allemands brandissent à tout bout de champ des boîtes en fer-blanc débordantes de biscuits aux épices. De bienveillantes mamans envoient par la Poste à leur progéniture estudiantine des colis de Lebkuchen, de Zimtstärnli ou d’Änisbrötli tout droit sortis du fourneau familial. Je n’ose avouer à mes collègues que je ne reçois de la part de mes géniteurs que des paquets de graines de lin ou du savon de Marseille !

Un biscuit par-ci, un cookie par-là, même sans en raffoler, je ne m’en prive pas (ni du vin chaud à la patinoire, mais lui, vraiment, je l’aime beaucoup beaucoup). Néanmoins, l’envie de reproduire un biscuit de Noël débarrassé de sa farine blanche, de ses oeufs et de son beurre commençait à me travailler au corps. Et comme aime à le répéter ma prof de yoga, une athlétique suissesse : il faut toujours écouter son corps !

zurich-3

Sans pudeur je vous l’avoue : cette recette est un vil plagiat. Je me suis benoîtement rendue dans le premier supermarché venu et ai consulté la liste des ingrédients d’un paquet de biscuits choisi au petit-bonheur-la-chance. Bingo ! Sucre, amandes, noisettes, cacao, blanc d’oeuf, épices. Tout étant écrit en allemand, il m’a fallu une demi-journée pour déchiffrer péniblement ces quelques mots. Lesdits biscuits s’appellent Basler Brunsli ou « Petits bruns de Bâle ».

Le grand brun de Bâle est très connu aussi, il s’appelle Roger Federer.

cookies-de-noel-2

Un premier essai un poil raté m’a déterminée à poursuivre. J’ai découvert à cette occasion la vitesse délirante à laquelle une fournée de cookies pouvait passer de l’état cru à l’état carbonisé, laissant derrière elle une odeur de brûlé méchamment tenace.

Le second essai fut le bon. A la sortie d’un sanglant examen bourré de questions vicieuses et perfides, j’ai malaxé de la pâte à cookies et savouré une tasse de lait d’amande à la mélasse avec une assiette de petits gâteaux encore tièdes. Un moment de détente salutaire après plusieurs semaines d’agitation frénétique !

zurich-1

Qu’y a-t-il donc dans ces cookies sans gluten ? Essentiellement des noisettes, du cacao en poudre et du sucre. J’ai ajouté un peu de mélasse, dont le goût de réglisse se marie si bien à la cannelle, et des épices à Lebkuchen, sorte de mélange à pain d’épices agrémenté d’orange et de citron typique des pays germaniques. Un peu de chicorée pour mettre en valeur la saveur du cacao – mais c’est totalement facultatif.

Pour remplacer le blanc d’oeuf, une simple préparation de graines de lin moulues avec de l’eau et de la farine de lupin. Je n’y croyais pas trop… mais ça a marché ! La clé de ces cookies, croquants en surface et moelleux à l’intérieur, est de les cuire à une température plus basse qu’à l’ordinaire : je les cuis à 150°C pendant une vingtaine de minutes avant de les laisser refroidir hors du four.

cookies-de-noel-3

Dans quelques jours, je retourne en France pour un Noël en famille ! Je vous souhaite les plus belles fêtes du monde et vous embrasse de tout mon coeur !

Cookies de Noël choco-noisette aux épices

Pour 20 à 30 cookies (selon l’épaisseur)

  • 200 g de noisettes
  • 50 g de graines de lin
  • 100 mL d’eau + un peu plus
  • 50 g de cacao en poudre
  • 10 g de chicorée soluble (ou 10 g de cacao supplémentaires)
  • 1 cuillère à soupe de farine de lupin (ou de pois chiches)
  • 2 cuillères à soupe de sucre de canne complet
  • 1 cuillère à café bombée d’épices à Lebkuchen (ou à pain d’épices)
  • 1 pincée de sel (facultatif)
  • 1 cuillère à soupe de mélasse

Préchauffer le four à 150°C.

Moudre les noisettes et les graines de lin, séparément. Mélanger les graines de lin moulues et 50 mL d’eau tiède, laisser gonfler quelques minutes.

Mélanger la poudre de noisettes, le cacao, la chicorée, la farine de lupin, le sucre de canne et les épices. Ajouter la préparation aux graines de lin et mélanger intimement à la main. Ajouter la mélasse et malaxer à nouveau. Si la pâte est bien homogène et forme une boule non-collante, inutile d’ajouter de l’eau. Si le mélange est sec comme une pâte à crumble, ajouter un peu d’eau pour lier le tout (normalement pas plus de 30 mL supplémentaires).

Placer la boule de pâte à cookies sur une feuille de papier à cuisson, la recouvrir d’une seconde feuille de papier à cuisson et étaler la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie sur un peu plus d’un demi-centimètre d’épaisseur. Découper des formes à l’emporte-pièce. La pâte peut coller un peu aux doigts : si c’est le cas, huiler très légèrement ses mains avant de manipuler la pâte à cookies.

Déposer les cookies sur une troisième feuille de papier à cuisson légèrement huilée. Enfourner à 150°C pendant 15 à 20 minutes. Surveiller régulièrement afin qu’aucun cookie ne brûle. Sortir du four et laisser refroidir 30 minutes afin que les cookies sèchent en surface. Conserver au frais dans une boîte hermétique pendant 4 à 5 jours.

Conseil : les trois feuilles de papier à cuisson utilisées pour cette recette peuvent être nettoyées à l’eau et réutilisées !

* * *

32 Replies to “Cookies de Noël façon Basler brunsli”

  1. Honnnn…! Tu me fais littéralement rêver avec de telles photos. Sublime ! Et miammm…tes cookies semblent exquis et dans ma palette de goût. Merci tout plein.

  2. Géniale cette recette de cookies que je vais réaliser mais avec de la caroube à la place du cacao car je préfère cette saveur. J’ai rapporté d’un petit séjour en Bavière l’hiver dernier le mélange d’épices Lebkuchen ; il me reste juste ce qu’il faut pour la confection de ces petits biscuits. Vivement mon prochain voyage! ! Merci Hélène pour cette nouvelle suggestion qui va ravir mes jeunes gourmands.
    Profite bien de tes proches et prends soin de toi au cours de ces petites vacances. Joyeux Noël et plein de bises. Agnès

    1. Merci Agnès ! Joyeux Noël à vous tous ! Je t’embrasse !

  3. Que ça me plait ! Je ne peux pas résister à l’odeur de biscuits, surtout cacaotés ! J’omettrai les épices bien sur … Mmm, j’aimerais aller au fourneaux tout de suite, maintenant ! Mais il y a déjà trop de crêpes / biscuits à terminer. Que cette période de Noël va être (trop) gourmande.
    Profite bien de ta famille, Hélène. Prends le max d’amour et de repos que tu puisses.
    De gros bisous,

    1. Merci Rose, profite aussi ! Bisous !

  4. Quelle jolie recette! J’ai super envie d’essayer, même avec un oeuf :) (Sans jaune, du coup? Je vais tester…) Ils sont trop mignons ces petits cœurs!
    Joyeuses fêtes Hélène, et merci de toute ta gaieté communicative, tes articles doux et délicats, toujours créatifs, amusés et amusants.
    A bientôt et repose-toi bien!

    1. Hello Céline ! Oui, avec deux blancs peut-être ? Il faut trouver quoi faire avec les jaunes :-)
      Merci, je suis touchée, bonnes vacances à toi aussi :-)

  5. N’y a-t-il meilleur présent que des graines de lin, je doute!
    Roger et son tennis aussi doux que des biscuits aux épices, la Suisse me tente finalement ;)
    Ces biscuits aussi car moi j’adore les biscuits et autres gourmandises, même si en ce moment je me calme sur le sucre, très addictif pour moi, et qui devient un moyen de coping (inefficace d’ailleurs) dès que je suis anxieuse… Mais j’ai trouvé de la farine de lupin alors je ferai une exception!

    1. Et bonnes fêtes Hélène! (J’ai la tête dans les épices!)

    2. Rien de mieux, bien sûr, tu as lu entre les lignes ! Tu peux réduire encore la quantité de sucre… Et je confirme, c’est inefficace pour lutter contre l’anxiété :-) à cette saison, ce sont les oranges, ma came !

  6. jolis et tout mignons ces petis coeurs

  7. Oh qu’ils ont l’air bons !!!!
    Je me passerais de chicorée pour ma part. J’adore son odeur, elle me rappelle la grande maison de mes grands parents quand j’étais petite, mais le gout, non, ça ne passe pas…
    Passes de bonnes fêtes et de bonnes vacances Hélène (en espérant que tu n’emmènes pas de devoirs avec toi!)

    1. Merci Azilis ! Joyeux Noël à toi aussi !
      En revanche, je vais devoir te dire la vérité… le premier commandement du thésard, c’est de ne jamais s’arrêter. Un peu comme les Shadoks, si tu connais ces animaux-là ! Donc dans ma valise, il y aura un jean, deux culottes, un pull, une écharpe et dix bouquins d’économie :-) Bon, et un livre de recettes aussi !

  8. Chevallier Mathilde dit : Réponse

    Je cherchais justement une recette avec comme ingrédient principal des noisettes! Tu as lu dans mes pensées, très jolie surprise! J’espère que tes examens se sont bien passés?!
    Joyeux Noël à toi et à toute ta famille!

    1. Très bien passés, Mathilde ! Je peux partir en vacance sereine ! Bon, il faut dire que j’avais sérieusement bossé, ça n’a pas plaisanté les derniers mois ! Joyeux Noël chez toi aussi !

  9. Jolie interprétation des petits bruns de Bâle (quand je pense que je n’ai pas fait un seul biscuit de Noël cette année !) (euh, ni l’année dernière !), et très belle visite nocturne de Zürich !
    Je te souhaite un magnifique temps de Noël parmi les tiens, Hélène !

    1. Merci Lisa, à toi aussi !

  10. Génial je viens d’acheter un pot de mélasse pour un futur dessert, j’avais peur d’en avoir trop et qu’elle se perde!! Bonne idee!!

    1. Laisser perdre de la mélasse, mais tu déraisonnes, Héloïse ! C’est si bon… et sain ! La mélasse est extrêmement riche en vitamines B et en fer ! J’en mets régulièrement dans mon porridge matinal et souvent dans un thé, lorsque j’ai besoin d’un petit coup de fouet ! Et dans les gâteaux de Noël ou pain d’épices, elle ajoute beaucoup de profondeur ! Et si tu veux vraiment devenir accro à la mélasse, essaie cette recette… : http://green-me-up.com/2012/06/pain-suedois-aux-graines-et-fruits-secs.html !

      1. Je viens de finir une fournée de tes petits gâteaux…et. ils sont très bons!! mais tu n’as pas écrit quand il fallait mettre les épices, je les ai mis au dernier pétrissage, et j’avoue que j’ai un peu galéré à malaxer tout ça! Ils sont réussis quand même, c’est le principal.. Merci et bonnes vacances!!

        1. Avec les ingrédients secs, bien sûr ! Bonnes vacances.

  11. Chez nous, les petits biscuits de Noël sont une véritable institution…je suis d’ailleurs en pleine période de préparation intensive, la maison s’est transformée en biscuiterie (pour cause d’examens, je n’ai pas pu étaler la préparation sur plusieurs semaines comme je le fait d’habitude). Et je confirme le pouvoir réconfortant de ces petits biscuits lorsque l’on a l’impression que notre cerveau a été passé à la machine à laver par un examen méchant et retors….
    Bonnes fêtes à toi.

    1. Hum, que ta maison doit sentir bon ! Je ne suis pas très cookies, mais je dois dire que leur parfum dans un appartement, c’est assez enivrant… :-) Joyeux Noël, Milounette !

  12. Oh qu’ils me plaisent! Je testerai une version amande car je ne raffole pas de la noisette. Belles fêtes à toi!

    1. Hello Virginie ! Moi aussi je tente une version amande dès que possible… avec caroube en lieu et place de cacao ! Bises, joyeux Noël !

  13. Des petits biscuits de Noël, j’adore ça ! en plus avec des noisettes, ça doit être top !
    Moi aussi ici, c’est la folie des petits gâteaux allemands : j’essaie de faire tous ceux proposés par Antigone sur son blog ! Il y a justement les Lebkuchen dont tu parles (http://antigonexxi.com/2014/12/11/lebkuchen-biscuits-allemands-au-pain-depices-vegan/) et elle indique les épices qui composent le mélange d’épices typique des lebkuchen. Je vais les faire ce week-end !
    Merci pour cette recette à tester d’urgence Hélène! (sans chicorée, je ne sais pas où en trouver ! et avec de la poudre de noisette du commerce car je n’ai pas de moulin) :-)

    1. Oui, c’est chouette avec des noisettes ! C’est une recette comme je les aime, très digeste et peu sucrée ! J’espère que tu les essaiera !

  14. Encore un magnifique poste! Je ne me lasse pas de ces billets gourmands où je retrouve les saveurs et les accents de mon enfance. Les paysages sont très jolis et les photos mettent bien le tout en valeur. Avec tout ça, ton corps (que tu écoutes si bien ;-)!) devrait être content!! Des bises suisso-parisiennes…

    1. Quelle chance tu as, Taïa, j’aurais adoré grandir en Suisse ! Je crois que mon petit corps est happy, oui, enfin, là il est surtout courbaturé (course à pied et yoga, aïe aïe). Bisous !

  15. Ils ont l’air extra tes cookies ! Moi je me suis lancée dans des speculoos sans gluten et sans lactose (miam), parce que ici non plus, personne n’échappe à la tradition des bredele faits maison ! Beau Noël et à bientôt, Hélène :-) (PS : super magasin bio en Allemagne oblige, je sais dire zucker et zutaten en allemand haha ! Et à Zurich, ils parlent quoi ?)

    1. LOL ! Merci ! Hâte de voir ta recette de spéculoos :-)

      A Zürich, ils parlent le Schweizerdeutsch du canton de Zürich (prononcer Chvitzèrdutch). C’est comme de l’allemand parlé la bouche pleine par un hongrois bourré (mes excuses aux hongrois). Bref, même les allemands ne comprennent pas cette langue, qui varie d’ailleurs d’un canton à l’autre : chaque canton a son propre dialecte. Heureusement, la plupart de l’écrit est en « vrai » allemand, le suisse-allemand étant essentiellement parlé mais pas réellement orthographié. Sauf dans les SMS mais là, il faut vraiment s’accrocher car quasiment du phonétique ! Tu vois, je me marre bien ;-)

Laisser un commentaire