Tajine de soja aux coings

tajine-soja-coing-2

« Tajine ». Un titre trompeur, puisque ce plat a mijoté dans une banale casserole et qu’il ne contient pas de viande… Soyons libéral avec les appellations : des oignons, des épices en veux-tu en voilà, des légumes fondants, des fruits séchés, une cuisson douce à l’étouffée, cela suffit à justifier la comparaison. Blâmons simplement mon manque d’imagination.

J’utilise, de temps en temps, les protéines de soja. Coralie a écrit à leur sujet un article très bien fait qui m’évite de tout réécrire : merci à elle ! Ici à Zürich, je ne trouve pas souvent de tofu qui me plaise : les protéines de soja sont alors un bon compromis. C’est un produit relativement transformé et pauvre en nutriments – mise à part sa grande richesse en protéines complètes (autour de 50% du poids sec) : un bon plan pour les végétariens !

Reste à apprendre à les cuisiner… Les protéines de soja, voyez-vous, cela n’a pas de goût. Mais alors, pas du tout ! Elles sont très dures et sèches et absorbent d’importantes quantités de liquide. Pour les utiliser, les trois étapes suivantes sont nécessaires :

  • Les réhydrater au préalable pour les attendrir. J’utilise simplement de l’eau froide et les laisse tremper une dizaine de minutes.
  • Les essorer et les presser afin d’éliminer l’eau.
  • Les intégrer à une recette contenant du liquide, comme un plat de légumes mijotés. En absorbant ce liquide, plutôt que l’eau de trempage, les protéines de soja s’approprient les saveurs du plat. A vous de jouer avec les aromates, épices et condiments !

tajine-soja-coing

Cette semaine, l’automne a appelé l’hiver à la rescousse. Je découvre peu à peu l’autre visage de ma ville d’accueil : le froid pré-alpin, le vent qui balaye la vallée, la pluie, sans répit. Ma garde-robe parisienne s’avère formidablement inadaptée : les unes après les autres, mes trop fragiles ballerines sont massacrées par la pluie et je rentre régulièrement à la maison trempée jusqu’au os, crispée sur mon vélo. La saison des soupes, des pulls moelleux et des plats qui réchauffent est ouverte !

Ce plat a récolté les suffrages de mon homme. Tu ne devrais pas te donner autant de mal, me dit-il toujours lorsqu’il me voit affairée aux fourneaux le dimanche, jour de la semaine où j’ai traditionnellement très envie de passer du temps en cuisine plutôt que devant mes cours de microéconomie. Avant de se rétracter une fois les pieds sous la table… et de finir son assiette en un temps record.

En termes de substitutions, voici quelques suggestions : en-dehors de la courte saison des coings, les pommes ou les poires sont toutes indiquées. Au printemps, pourquoi ne pas oser la rhubarbe, comme dans ce mijoté de rhubarbe et lentilles, un grand classique à ma table. En été, des figues fraîches ou même des brugnons. Les pommes de terre et les carottes ne sont certes pas difficiles à trouver, mais on peut avoir envie de les remplacer par du panais, de la patate douce ou même de la courge, du céleri – mon chouchou – ou du chou-rave.

tajine-soja-coing-3tajine-soja-coing-4

Tajine de soja aux coings et carotte

Pour 2 ogres voraces ou 3 goinfres standards

  • 100 g de protéines de soja texturées + 1 cuillère à soupe de tamari (sauce soja)
  • 2 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 4 carottes
  • 4 petites pommes de terre
  • 1 beau coing
  • 4 figues séchées
  • 1 petit tronçon de gingembre frais (ou 1 cuillère à café de gingembre en poudre)
  • 1/2 cuillère à café de cannelle moulue
  • 1/2 cuillère à café de graines de coriandre
  • 6 grains de poivre
  • 1 piment oiseau séché
  • 1/2 cuillère à café de graines de moutarde
  • 1/2 cuillère à café de graines de carvi
  • 1/2 cuillère à café de curcuma moulu
  • 2 clous de girofle
  • 3 cuillères à soupe de sauce soja (tamari)
  • quelques brins de coriandre

Placer les protéines de soja dans un saladier. Recouvrir d’eau à température ambiante, arroser de tamari. Laisser gonfler dix minutes, le temps de préparer les légumes.

Emincer les oignons et l’ail. Laver les légumes et le coing, les détailler en rondelles / cubes / … de taille homogène. Couper les figues séchées en 4.

Verser un fond d’eau dans un faitout ou une grande casserole. Ajouter les oignons, l’ail, le gingembre frais préalablement râpé. Lorsque les oignons commencent à fondre, égoutter les protéines de soja. Les presser à la main pour en exprimer l’eau (le but est qu’elles absorbent ensuite le jus de cuisson). Les ajouter aux oignons.

Ajouter alors les légumes et le coing. Verser de l’eau à mi-hauteur. Ajouter les épices. Faire cuire 15 minutes sur feu vif puis laisser mijoter une heure sur feu doux.

Avant de servir, ajouter un peu de tamari et de coriandre fraîche.

Servir impérativement avec une salade verte assaisonnée de moutarde à l’ancienne et de vinaigre de cidre.

20 Commentaires

  1. camille dit :

    Tentant et à voir la photo bien appétissant !
    Bonne journée à toi Hélène, heureusement que l’été indien nous a donné quelques jours de sursis avant …..maintenant, quoique les températures par chez moi du moins, sont encore relativement douces.
    Toujours du plaisir à te lire

  2. Taia dit :

    Quel bonheur que de suivre les saisons avec toi…. Ça me rappelle tellement mon enfance! Bienvenue dans la meteo suisse, belle et sauvage, rude aussi parfois! Quand j’habitais encore là bas, l’hiver j’allais souvent à l’école en pantalon… De ski!!! Rien de mieux pour courir et sauter dans la neige et revenir en classe l’air de rien, tout sec! Tu sais ce qu’il te reste à faire… Pour ce qui est du plat, j’ai pour la part abandonné les Pst: à chaque fois que j’en acheté elles finissent au fond du placard à me regarder d’un air triste. Rien à faire: ça ne me donne pas envie. Par contre, les saveurs sucrées salées, ça oui, et dans la période froide encore plus qu’à l’habitude! J’ai mis dans mes derniers rouleaux de printemps des morceaux de pruneaux et dans ma dernière salade d’épinards de la confiture de tomate verte…. Mmmmhhh! Des bises ma chère chère Hélène! (Et un petit skype en fin de semaine?)

    1. Hélène dit :

      Merci, Taïa ! Je sens que cet hiver, je vais finir en après-skis au bureau :-) PS : Skype la semaine prochaine ? Je sors d’examens (déjà…) et mes parents sont en visite ce WE :-) :-) :-) Plein de bises !

  3. Rose dit :

    Olala, la pluie sans cesse, je connais ces temps-ci … je n’ai jamais vu ça à Malmö ! On a le droit à une méga averse chaque jour depuis 15 jours, et forcément je suis dehors à ce moment là les 3/4 du temps … alors ton plat me réchauffe bien rien qu’à le regarder :)
    Dis moi, les protéines de soja, je vois partout les gens les réhydrater avant de les cuisiner. Moi je les mets désormais direct dans ma poêle et elles absorbent ainsi ensuite tout le liquide de cuisson quand ça mijote. T’en penses quoi ?

    Réchauffe toi bien ! Et bises à vous deux,

    1. Hélène dit :

      Si ça marche pour toi, Rose, c’est parfait ! Pour ma part, je trouve ça un peu trop coriace – élastique si je ne les réhydrate pas… Mais y’a pas de « bonne » façon de faire ! Bisous !

  4. Je suis au bureau, et j’ai froid. ben oui, le chauffage, ça sera après les vacances de Toussaint, c’est comme ça, il peut geler avant, c’est pas grave, le chauffage c’est après la toussaint. bref, on se gèle donc copieusement… Et quand je vois ton plat, comme Rose, je suis déjà réchauffée :)
    Bon courage pour le climat rude, j’espère que tu trouveras chaussure (imperméable) à ton pied!

  5. Louison dit :

    Tajine de rêve. Quelle chance il a ce grand gaillard ! Le froid est tombé aussi sur Paris et le soir les cocottes mijotent. Les dernières coquettes déjeunent en collants dans les parcs publics plantés de chrysanthèmes. Je vous embrasse, chers beaux ogres zurichois.

    1. Hélène dit :

      <3

  6. Autant je cuisine régulièrement le tofu sous toutes ses formes, autant je ne me suis encore jamais lancée dans la cuisine des protéines de soja texturées… Ta recette me donne envie de sauter le pas et tenter par la même occasion le coing en version salée. Merci pour cette recette et à bientôt

  7. Johanna dit :

    Merci pour tes belles recettes, celle-ci me fait particulièrement envie! Je viens de faire ta soupe au cèleri/cacahuette et j’adore!!
    Bon week-end à toi, en autriche l’hiver est aussi arrivé!

    1. Hélène dit :

      Génial !

  8. Kasha dit :

    Encore une bonne idée recette pour cuisiner le coing que j’adore. Merci beaucoup Hélène et très bon dimanche:-) Agnès

  9. Clémentine dit :

    Légèrement revisité avec de la courge butternut et pas de pommes de terre… Un délice ! Merci Hélène de m’avoir inspiré pour cuisiner le coing, que j’ai plutôt tendance à bouder injustement.
    Un joli dimanche à toi en terres helvètes !

    1. Hélène dit :

      :-)

  10. Esther dit :

    Les tajines traditionnels peuvent se faire sans viande ! Dans un plat nommé tajine certes mais passons sur ce détail :)

  11. Kolibri dit :

    À la première lecture, le coing m’a intrigué… Un fruit que je n’ai jamais croisé?
    Puis, à mon tour suivant à la fruiterie, je me suis bien rendue compte que je l’avais eu plusieurs fois sous les yeux. Seulement, son air peu flatteur l’avait probablement emporté sur son parfum. Alors tu m’as ouvert les yeux et permis de devenir l’heureuse propriétaire de deux petits coing.
    Puis j’ai essayé cette recette, sous les yeux plus que sceptique de mon amoureux (il faut dire que c’était notre première fois pour le coing ET pour les protéines de soya texturées, alors!)… Et nous avons adoré, adoré! De bien belles découvertes et je tenais à t’en remercier! :)
    Il me reste toujours un coing et j’ai bien l’intention de tenter autre chose, la purée de coing et carotte? Qui sait! ;)
    Merci encore!
    K.

    1. Hélène dit :

      Génial !

  12. Héloïse dit :

    Testée…. Et approuvée !! Y compris par l’homme omni ^^ La semaine dernière je ne savais pas que tu avais repris du service, j’ai juste consulté ton blog pour savoir quoi faire d’un demi kilo d’argile blanche qu’une amie m’a donnée…. Bref, quelle bonne surprise de te revoir sur les internets!! Je suis toujours autant épatée par tes recettes et tes connaissances, mais où vas-tu chercher tout ça ?

    1. Hélène dit :

      Hello alors ! Ben je sais pas, je contrôle pas, c’est plus fort que moi ;-)

  13. Emilie dit :

    Le premier coing de ma vie a été cuisiné dans une tajine à ta sauce, un peu modifiée avec ce que j’avais dans les placards: c’était délicieux ! Le petit côté acidulé/fruité du coing donne du peps à la douceur un peu sucrée du plat. Je la referai certainement, même avec des pommes un peu acidulées.
    Merci pour toute la fraîcheur qui tu partages, ta cuisine créative est toujours un petit bonheur à tester et déguster :-)
    Douce journée Hélène !

Les commentaires sont clos.