risotto orge panais potimarron noisette miso

Risotto d’orge aux légumes d’hiver, noisette et miso

risotto orge panais potimarron noisette miso

Tout a commencé dimanche avec ce risotto à l’orge.

Premier round. 13 heures. Mon amoureux travaille dans son bureau. De peur de le déconcentrer, j’ouvre moi-même une bouteille de vin blanc pour le risotto. Lorsque le bouchon part, la bouteille m’échappe, tombe sur la plaque de cuisson en vitrocéramique de ma cuisine et la brise. Elle avait à peine un an. Je songe avec nostalgie à la cuisinière au gaz de mes parents, qui dure depuis plus de 30 ans…

Deuxième round. 17 heures. J’écris un SMS à mon amie S. pour lui raconter les potins brûlants du moment.  Soudain, le téléphone me glisse des mains et chute dans le bol de tisane fumante posé devant moi. L’eau s’infiltre par  l’écran et la coque fêlés de mon vieil iPhone. Impuissante, j’assiste au naufrage de l’appareil, qui rendra l’âme vingt-quatre heures après.

Troisième round. 19 heures. Pour reprendre du poil de la bête, je décide de cirer pour la première fois le sol en carreaux de ciment de ma cuisine. J’ouvre la boîte de cire que m’a vendue le fabricant de carreaux : l’odeur est abominable. Comme il est écrit en gras Cire naturelle, je me rassure et astique mon carrelage. C’est alors que mon amoureux sort de son bureau en me demandant d’où provient cette odeur atroce…

Nous lisons plus attentivement ce qui est écrit sur la boîte, et finissons par trouver, écrit en minuscule : Produit inflammable, contient du White Spirit. L’atroce odeur s’explique ! Impossible de rester dans ces conditions. Je coupe le chauffage, ouvre les fenêtres en grand et nous fuyons dîner au restaurant, convaincus que l’odeur sera dissipée à notre retour.

Lorsque nous rentrons, l’odeur s’est amplifiée. Il est 23 heures, nous hésitons à quitter l’appartement pour la nuit. J’envoie mon asthmatique dormir chez ses parents et savonne vigoureusement le sol de ma cuisine afin d’éliminer cette maudite cire. Après quatre lavages successifs, l’odeur commence à s’atténuer. Le thermomètre affiche moins de 10°C dans l’appartement traversé de courants d’air. Il est minuit. Je m’avoue vaincue, me douche, enfile un pull épais, des chaussettes, et m’endors en écoutant le vent souffler au-dessus de ma tête.

risotto orge panais potimarron noisette miso

Risotto d’orge aux légumes d’hiver, noisette et miso

Pour 8 personnes

  • 500 g d’orge mondé
  • 1 belle poignée d’amandes entières
  • 3 oignons blancs
  • 2 gousses d’ail dégermées
  • 150 g de panais (ou carotte, céleri…)
  • 500 g de potimarron
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 150 mL de vin blanc sec
  • Environ 400 mL d’eau
  • 6 cuillères à soupe bombées de purée de noisette
  • 1 noix de miso noir

12 à 24 h à l’avance, faire tremper l’orge et les amandes, séparément, dans un grand volume d’eau.

Le jour même, laver les légumes. Émincer finement les oignons et l’ail. Râper le panais et le potimarron. Faire revenir l’oignon et l’ail dans l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils deviennent translucides.

Ajouter l’orge rincée et égouttée et arroser de vin blanc. Porter à frémissement. Ajouter les légumes râpés, les amandes et l’eau et laisser mijoter sur feu moyen jusqu’à ce que le liquide soit quasiment absorbé. Ajouter alors la purée de noisette et le miso émietté. Mélanger vivement pour incorporer le tout. Servir bien chaud !

46 réflexions sur le billet “Risotto d’orge aux légumes d’hiver, noisette et miso

  1. Camille

    Quelle journée ! Parfois on regrette de ne pas être restée sous sa couette. Après cela devient un moment mémorable ! Heureusement que le risotto, après toutes ces péripéties, est là pour le réconfort si on n’a pas renoncé !
    Courageusement ! bonne soirée

    Répondre
    1. Hélène

      Oui, ce jour-là j’ai regretté de m’être levée… Mais heureusement on en rit beaucoup maintenant, et puis le dîner au restaurant était très romantique :-) Bonne soirée, Camille !

      Répondre
  2. Rose Citron

    Ohlala, ma pauvre Hélène! Quelle journée de m*rde!!! Heureusement que le risotto était là pour rattraper le coup! Du coup, tu as pu cuisiner quand même sur ta plaque fêlée ?
    Je n’ai jamais mangé d’orge… Je ne sais même pas à quoi ça ressemble… (un petit tour par google image, hop, c’est bon ;) – on dirait des smacks un peu, tu te rappelles de ces céréales ?)
    Espérons que ton prochain we s’annonce mieux :)

    Répondre
    1. Hélène

      Oui, digne d’un VDM ! J’ai pu cuisiner quand même, le « cratère » est au niveau des commandes donc les ronds ne sont pas affectés. Le problème c’est que des fissures sont en train d’apparaître et de progresser vers les ronds… J’ai peur pour la suite !

      Le prochain WE sera forcément magique : London calling !!!

      Ah, oui, les Smacks, j’ai toujours détesté (c’était quoi, du riz ?) mais mon frère adorait… Ceci dit mes parents ont rapidement banni les kellogg’s de la maison !!!

      Répondre
  3. Antigone XXI

    Oh la la, Hélène, sans vouloir me moquer, qu’est-ce que j’ai ri !
    Saga d’un dimanche noir… mais tu ne perds pas ton humour pour le décrire ! Au début, j’ai fait : ‘Oh mon Dieu, la vitrocéramique !’ (ça se casse, ça ?!?). Après, j’ai pensé à ma fâcheuse tendance à renverser mes tasses de thé bouillant absolument partout et j’ai compati… (tout en admirant ta description du naufrage de ton paquebot). Et puis, j’ai adoré l’idée de ‘reprendre du poil de la bête’ en se mettant au ménage ! Je t’ai imaginée, astiquant encore et encore les carreaux de ta cuisine, par cette fraîche nuit d’hiver… et j’ai véritablement apprécié ton sens de l’auto-dérision.
    Cette recette vaut tout l’or du monde, merci Hélène !

    Répondre
    1. Hélène

      :-) Tant mieux, Ophélie, c’est le but : en rire !!! Merci de ce gentil mot :-)

      Oui, j’ai découvert à mes frais que la vitrocéramique, ça se casse. Ne jamais bricoler au-dessus ni placer d’objets lourds dans les étagères qui la surmontent… J’ai également découvert que ça ne se remplace pas, un verre de plaque vitro, à moins de trouver quelqu’un de très spécialisé qui le fasse sur mesure, et que ça coûte un bras. J’ai aussi découvert que les assurances habitation peuvent prendre en charge le dégât (mais pas la mienne ^^). Obsolescence programmée ?

      Répondre
  4. Jessica Eagle

    Ahhh la la…mais quelle journée de mer…!!! Pauvre toi. Décidément, ce n’était pas ta journée, hein ?! J’trouve toutefois bien chouette de voir que tu es capable de raconter tout ça avec un ton humoristique…chapeau !!! Heureusement, ce risotto tout réconfortant est venu à ta rescousse :) Miammm !!! Il semble délicieux :)

    Répondre
    1. Hélène

      Non, ça n’était pas ma journée ! Mais heureusement on a passé une bonne soirée au restaurant… et puis maintenant ça nous fait bien rire (quoique, l’odeur est toujours un peu là…). Ah oui, ce risotto, il nous a fait du bien (entre le premier et le deuxième round).

      Répondre
  5. Un kolibri sous la neige

    Tout un billet, je dois bien l’avouer! :) Et qui se termine sur des images des plus alléchantes! En plus, j’ai redécouvert l’orge depuis quelques semaines et j’ai absolument toujours envie d’en manger! Cette façon de le cuire me semble fabuleuse… En plus, j’ai 2 potimarons qui trônent fièrement sur mon frigo en attendant que j’ai le courage de les ouvrir! On dirait que c’est ce que ça me prenait pour le trouver ce courage… Ce récit un peu fou et une recette inspirante :)

    Répondre
    1. Hélène

      Pas mal, hein ? C’est LA journée de m***e millésime 2013. Il y en a toujours une ou deux comme ça qui traînent chaque année ! Moi aussi je suis dingue d’orge en ce moment, cette texture fondante / croquante, miam !

      Répondre
    1. Hélène

      Ben comme je le disais à Azilis, il y a un gros impact au niveau des boutons, qui a brisé le verre, et des fissures partout mais qui, pour l’instant, évitent les ronds de cuisson… Alors je l’utilise en l’état en attendant de trouver une solution : réparation ou renouvellement. Pas de chance, pas de gaz dans mon immeuble :-( Mais je dois dire qu’à chaque utilisation, les fissures progressent vers les ronds :-(

      Répondre
  6. Ping : A tester | Pearltrees

  7. Emmanuelle

    Oh ! ma pauvre …..ce n´était vraiment pas ta journée !! Heureusement que tu as le sens de l´humour …
    Je mets ta recette de côté et je ne manquerai pas de la tester car on adoooore le risotto et l´orge , alors un risotto d´orge …ca ne peut que nous combler !!
    Nous vivons en Allemagne où la cuisson au gaz est quasi inexistante et alors que nous sommes chauffés au gaz, il n´y a jamais d´arrivée de gaz dans les cuisines . Nous utilisons des petites bouteilles de gaz de 5 kg faciles à manipuler et qui ne prennent pas trop de place. C´est vraiment mieux pour cuisiner !!

    Répondre
    1. Hélène

      Oui, pas terrible, mais il faut en rire et puis, ça n’est que matériel tout ça, ce ne sont pas de « vrais » malheurs :-)
      Je regrette le gaz, en effet… Quelle idée de faire des appareils aussi fragiles !!!

      Répondre
  8. Rose

    Quelle galère ! Il y a des jours comme ça … (chez moi, ça marche par semaine …)
    Le lendemain matin, l’odeur était partie tout de même ? J’imagine commencer la semaine avec un dimanche pareil … :/
    Et ton sapin, il va bien dans tout ça ?
    Sinon, je vois que tu commence à apprécier le panais ? Les couleurs de ton risotto me plaisent, un peu d’automne encore ! :)
    Des bisous Hélène, passe une bonne nuit au chaud.

    Répondre
    1. Hélène

      Le matin, non, ça n’était pas parti ! Je suis partie bosser en laissant tout ouvert, et pareil la nuit suivante. J’ai fermé en pleine nuit lundi soir parce que je n’en pouvais plus, mais ça sent toujours un peu. J’aère un peu le matin et un peu le soir et j’espère qu’à la longue, ça partira !!!

      Oui, je commence à vraiment aimer le panais ! J’en ai fait un gâteau vendredi dernier avec mon amie Louison qui en raffole aussi… on s’est régalées !!!

      Bises, Rose !

      Répondre
  9. Lisa

    Quelle journée, mes aïeux ! Et, malgré tout ça, tu ne perds pas ton sens de l’humour… chapeau !
    Ton chouette risotto me donnera-t-il envie de cuisiner enfin les deux potimarrons qui patientent depuis plus d’un mois dans le salon ? Affaire à suivre ;-)

    Répondre
    1. Hélène

      Hum :-) l’histoire nous le dira… En même temps, c’est joli un potimarron, j’ai toujours du mal à en attaquer un, j’aime bien qu’ils décorent mon appartement :-)

      Répondre
  10. Charlotte

    Olala ma pauvre ! Et cette cire « naturelle », quelle cochonnerie ! Je me souviens parfaitement de cette odeur de white spirit chez mes voisins qui avaient astique leur carrelage… l’horreur.
    Je me demande si encore une fois une bonne huile de coco ou autre vegetale ne marcherait pas mieux… ;)
    L’avantage avec ce genre de journee, c’est que tu peux te dire qu’il n’y en aura probablement pas de pire avant longtemps ! :)

    Répondre
    1. Hélène

      On m’avait dit « surtout pas d’huile de lin », qui aurait été mon premier réflexe comme je l’utilise pour le bois de mon plan de travail… Oui, pas avant longtemps, mais avec moi tout peut aller très, très vite ;-)

      Répondre
  11. Milounette

    Il y a des jours comme ça…sur le coup c’est plus que pénible, mais avec un peu de recul, on fini par en rire (une fois bien au chaud dans son appartement sentant bon la vraie cire)… Mais si cela t’a inspiré cette petite recette, on n’est pas complètement perdant dans l’affaire…
    J’espère que tu as réussi à résoudre le problème du sol et de la vitrocéramique (ce qui me confirme d’autant plus qu’il faut se méfier de ces machins-là comme la peste).
    A bientôt

    Répondre
    1. Hélène

      Merci Milounette ! C’est en train d’être résolu… Je vais changer ma plaque si je ne trouve pas le moyen de la faire réparer, mais ça m’ennuie de jeter tout l’appareil alors que ce n’est que le verre de surface qui est cassé. Que c’est rageant !
      A bientôt !

      Répondre
  12. Coralie

    Il y a des jours comme ça où rien ne va (et en bonne Pierre Richard que je suis je compatis) ! Et là rien de tel qu’un plat « doudou » pour se réconforter :)

    Répondre
  13. La Belle au Blé Dormant

    Oh là là ! Quelle journée !!! Avec le recul, on prend souvent ce genre de mésaventures avec le sourire, mais sur le moment, on a juste envie de pleurer…
    Ton risotto est très appétissant en tout cas ! J’adore l’orge que j’ai découvert l’année dernière et je l’utilise régulièrement à la place du riz. Dans le même genre, j’ai découvert il y a quelques semaines l’épeautre vert (de l’épeautre récolté vert – apparemment, en Allemagne, c’est très courant, cela s’appelle « Grünkern », je crois). Il faudrait que je compare avec l’ « épeautre mûr »…

    Répondre
    1. Hélène

      Hihihi, j’ai un amoureux très gentil donc il m’a réconfortée et puis ça m’a plutôt énervée, en réalité ! Oh mon Dieu, l’épeautre vert, mais je veux y goûter !!! C’est merveilleux !

      Répondre
  14. Cél

    Ooooh, ma pauvre Hélène! Mais derrière mon ordinateur, j’avoue que je souris et que j’éprouve toute l’affection de la lectrice rassurée, parce que je connais aussi de telles journées, et que j’ai alors le syndrome du « ça n’arrive qu’à moi! » :-)
    Comme il y a un mois, lorsqu’un jour de pluie diluvienne, j’ai appris une mauvaise nouvelle au téléphone. J’ai alors décidé d’aller à la piscine, ce qui me détend d’habitude. Seulement, j’ai un accrochage en sortant ma voiture (merci la pluie), qui bousille tout son arrière alors que j’avais une grosse route à faire pour le travail le lendemain, (et pas de constat dans ma boîte à gants). Adieu la piscine, je retourne donc chez moi avec un petit nuage noir de schtroumpf grognon au dessus de la tête, et je mets plein de gadoue sur mon sol propre, et je remarque que mon courrier (important) a pris l’eau. Pour me consoler, je décide de cuisiner (autre option qui me détend d’habitude). En sortant un beau couteau en céramique de son emballage, je l’enfonce non dans la courge prévue mais dans mon doigt, j’éclabousse de sang frais mon haut en soie rose, je tourne de l’oeil, et termine la soirée aux urgences, quatre points de suture, la majeur droit, on prend ta voiture mon chéri parce que la mienne ne roule plus, et après jouons au loto c’est ma journée.
    Ton orzzoto a l’air divin! En ce moment, le soir, j’adore me faire un gros bol de confort food bien chaud à déguster dans le canapé…Je pense que ce modèle-là va très vite être dans mon bol de la semaine à venir! Surtout que, depuis que je peux à la fois retourner nager et plier le doigt suffisamment pour cuisiner, je me rattrape…
    Passe une (plus) belle semaine! :-)

    Répondre
    1. Hélène

      Oh la la, c’est terrible ce que tu le racontes ! Je suis soulagée de ne pas être la seule à vivre ce genre de journées ! Ça m’est arrivé l’an dernier de m’entailler un doigt, mon ongle sectionné en deux, ça a mis 6 mois à repousser… Allons, espérons que tu es immunisée pour un moment !

      Répondre
      1. Delphine L.

        Hey mais çà va pas de raconter des trucs pareils sans prévénir !!!!! Je pense être sur un blog végétarien et je me retrouve à lire des trucs gore !!!! J’ai failli rendre mon déjeuner là ! ;)

        Répondre
        1. Hélène

          Ah ah ! Pardon, j’aurais dû modérer les commentaires ;-) je pense que ça a dû m’arriver plus d’une fois de manger un peu de moi-même, je suis très maladroite et me coupe très souvent. Désolée, j’arrête, promis ;-)

          Répondre
  15. Bulle

    Hello :)
    Ma pauvre, quelle journée :(
    J’ai bien envie de tenter ton risotto, mais je ne connais pas du tout l’orge , Ca a quel goût ? Est-ce que ça ressemble au blé (je n’aime pas) ?
    A bientôt :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>