Mais Kale est cette salade ?

salade kale betterave pomme noix sarrasin raisins

salade kale betterave pomme noix sarrasin raisins

Mon amoureux l’appelle le chou-perruque. Le kale (prononcer kè-y-le), j’avais l’impression de le connaître par cœur sans l’avoir goûté. Ce it-légume est devenu la coqueluche des healthy people de tout poil. Ils le dévorent en salade, en plat ou en soupe et boulottent du chou dès le matin en smoothie et même en granola. Les heureux détenteurs d’un déshydrateur s’encanaillent avec des chips de kale, à grignoter en sirotant un verre de kombucha bien frappé. Just for fun.

Ce chou permanenté, pas de chance, on ne savait pas (on ne savait plus, disent certains) le planter à la mode de chez nous. Des américains expatriés à Paris sont allés jusqu’à créer un site web dédié permettant aux junkies en manque d’exprimer leur amour du kale (« Le kale me recentre », réplique culte s’il en est).

Le mouvement a pris de l’ampleur et la France rattrape à présent son retard en cultivant enfin quelques (encore rares) pieds de kale. La traque du kale est naturellement devenu le sport préféré des veggies parisiennes, sorte de course d’orientation à travers la capitale, nettement plus rigolote qu’une séance de hot yoga dans un sous-sol bondé. Et puis, avouons que les marchés de France manquent cruellement de légumes verts !

kale

Moi, entre nous, ça m’agaçait prodigieusement, cette frénésie du kale à Paris. Je feignais l’indifférence. What, faire 45 minutes de métro un dimanche pour aller dénicher l’ultime feuille de chou fashion ? Jamais de la vie. No way.

Cependant, quand mon amie Taïa m’a emmenée faire un saut à son marché et qu’elle m’a annoncé la présence du fameux végétal à bouclettes sur l’étal de son maraîcher, un jeune homme bio sous tous rapports, j’ai esquissé intérieurement une petite danse de joie. Fashion victim, moi ?

Et puis quinze jours plus tard, alors que je shoppais paisiblement des carottes et des poireaux au magasin bio du coin, quelle ne fut pas ma surprise de tomber nez à nez avec le chou à frou-frous, planqué incognito dans un carton.

J’ai regardé à droite, à gauche.

Rien.

Pas d’émeute en vue.

Pas de foule en délire.

Nada.

Les autres clients, imperturbables, ne jetaient même pas un regard au kale. THE kale, quand même ! Incredible ! Ils étaient sûrement prévenus et jouaient la comédie. J’étais tombée dans un sombre traquenard, une caméra devait être cachée pas loin. Il s’agissait de garder son calme, coûte que coûte.

J’ai rempli un sac en papier de kale, sans empressement, comme si je l’avais fait toute ma vie, puis me suis dirigée vers la caisse, craignant qu’un projecteur ne soit soudainement braqué sur moi et que l’on ne m’arrache des mains le précieux butin. J’ai prié très fort pour que la vendeuse me juge digne d’acheter du kale, et imaginais déjà l’interrogatoire que j’allais sans nul doute subir :

Vendeuse – Alors, mademoiselle, comment allez-vous accommoder cette exceptionnelle Crucifère ?

Hélène – Euh, je n’y ai pas réfléchi, peut-être une salade… ou une potée ?

Vendeuse – Ah, non, c’est impossible, malheureuse, je ne peux pas vous le vendre ! Une potée, vous déraisonnez ! La brigade du kale me mettrait en prison pour crime de lèse kale-jesté ! Le kale, vous comprenez, c’est sacré. Il purifie le sang, il assassine les toxines, il dégomme le cancer et ravive la libido. Alors, une potée, vous pensez bien…

Mais rien. Je suis partie, ni vue ni connue, le précieux kale calé dans mon sac de courses. Comme j’ai quand même un peu peur de la brigade du kale, j’en ai fait une salade, automnale et plutôt délicieuse si vous voulez mon avis, et j’ai attendu de me sentir recentrée. Promis, quand je le serai, vous serez les premiers prévenus !

salade kale betterave pomme noix sarrasin raisins

Blague à part, le kale, c’est bon ? Oui ! Certes, c’est un chou, indéniablement, il en a l’odeur et le goût et, comme nous l’avions vu dans ce billet, les choux sont à consommer avec modération. Mais dans le cadre d’une alimentation variée, c’est une agréable alternative à la salade verte.

La préparation du kale en salade est un peu particulière : ce légume possède des nervures extrêmement rigides et un limbe (la partie plate de la feuille, entre les nervures) plutôt coriace. Pour le préparer, il convient de le débarrasser de ses nervures principales puis d’attendrir les feuilles en les massant vigoureusement avec la vinaigrette pendant quelques minutes, jusqu’à ce que le chou prenne une consistance légèrement « cuite ». C’est prêt !

Le kale, mais pourquoi, au fond ? Je vous laisse vous cultiver ici. Plus de calcium que le lait (de vache), plus de vitamine C que l’orange, dit-on… et quasiment zéro calories, voilà de quoi nous inciter à en brouter quelques feuilles à l’occasion !

kale

 

Salade de kale, betterave, pomme, raisins et noix

Pour 3 / 4 personnes

  • 1 poignée de cerneaux de noix
  • 1 poignée de raisins secs
  • 6 belles tiges de kale
  • 2 citrons
  • 3 cuillères à soupe d’huile de noix + 1
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe de purée d’amandes
  • 1 pomme
  • 2 petites betteraves, cuites (environ 200 g)
  • 2 cuillères à soupe rases de kasha (sarrasin grillé)

La veille ou quelques heures avant, placer les noix dans un bol d’eau tiède et les raisins secs dans un second bol d’eau tiède (ou de jus d’orange).

Laver le kale, ôter les tiges et leurs nervures centrales. Séparer les limbes en petits morceaux. Dans un récipient mélanger le jus d’un citron, trois cuillères à soupe d’huile de noix, le vinaigre de cidre et la purée d’amandes. Fouetter. Verser le mélange sur les feuilles de chou dans un grand saladier et masser vigoureusement les feuilles pour attendrir leurs fibres rigides. Masser jusqu’à ce que le chou soit un peu flétri, environ 5 minutes.

Presser le second citron et verser son jus sur le chou, ainsi que la dernière cuillère à soupe d’huile de noix. Mélanger. Détailler la pomme et les betteraves en dés. Ajouter pomme, betterave, noix et raisins secs à la salade. Parsemer de kasha. Mélanger. Servir.

72 Replies to “Mais Kale est cette salade ?”

  1. […] Salade de chou-kale Du chou-kale, de la betterave, des pommes, des raisins secs et des noix. Une recette du blog Green-me-up. […]

  2. Bonjour Hélène,
    Je découvre ton blog que je trouve très plaisant.
    Je ne connaissais pas le chou kale avant de m’installer en Afrique du Sud, où il est très présent sur les étals. Je l’ai testé en salade et c’est devenu un must à la maison :-) Heureuse d’apprendre qu’il est en plus excellent pour la santé !
    Bonne continuation

    1. Bonjour Méli ! Bienvenue ici !

  3. Je ne rêve donc pas, c’est bien cela que j’ai eu dans mon panier légumes cette semaine ! Appelé « chou fermier  » par mes maraîchers , apparemment ça vient du néerlandais (boerenkool – farmer’s cabbage, d’après Wikipédia). Comme quoi ! je me demandais franchement ce qu’était ce légume, je n’en avais jamais vu ^^’
    Ta salade me confirme donc qu’il se mange cru (j’hésitais un peu comme je voyais bien que c’était un crucifère): je vais donc m’en inspirer pour le préparer =) et les autres commentaires lèvent un peu le voile du mystère qui plane au-dessus de cet étrange légume.
    Belle journée Hélène !

    1. Hello Emilie, mais ils sont fashion, tes maraîchers, c’est chouette ! Tu verras, c’est très bon ! Belle journée à toi aussi !

  4. J’adore ton article, tellement drôle et tellement vrai! Depuis 1 an, je mange +/- paleo/primal, la majorité de mes recettes proviennent de sites américains, le Kale m’intrigue donc depuis longtemps. J’en ai trouvé hier et je rigolais toute seule en remplissant mon petit sachet. Je vais gouter ça dans les prochains jours.

    1. Tu vas sûrement aimer, c’est surprenant, au début on se dit « mouais, ça casse pas trois pattes à un canard » et puis peu à peu… on devient accro ! :-)

  5. Quelle chance d’avoir un amoureux qui…oups! c’est pas le sujet?!!
    Comme beaucoup j’ai bien ri et je crois bien que c’est la première fois que je lis TOUS les commentaires, digne d’un feuilleton! Merci à tous!
    Alors voici, une bonne nouvelle pour les Lyonnais(es), on en trouve chez Biocoop Bellecour, rue du Plat et Auchan Dardilly!!
    Personnellement, je le mange cuit en potée (pardonnez-moi!!!) mais avec du cumin! Ca fait toute la différence! Et surtout le matin dans mon smoothie du petit déjeuner.
    Merci pour votre blog, c’est un vrai bonheur!!

    1. Merci pour l’info Nathalie, et je suis contente que vous soyez passée par ici, j’ai eu beaucoup de plaisir à lire votre blog ! Une maman active et qui cuisine tout ce que ses ados avalent, je vous tire mon chapeau !!!

  6. Les Frenchies s’y mettent enfin!
    Merci pour ce billet tout particulièrement hilarant où je me reconnais bien aussi.
    Adoptée par la Bretagne depuis bientôt 10 ans -mon PACSon oblige- cette région m’a donné une nouvelle d’en raison être folle: ils y cultivent le Kale depuis longtemps (un peu comme en Provence) et l’utilisent pas mal dans leur cuisine locale veggie (salades, wraps et smoothies) mais aussi dans leurs soupes, potages et fameux Kig ha farz (pot au feux aux galettes de sarasin. Je le consomme sans viande étant végétarienne.
    Nous résidons dans la région Lyonnaise à l’année et je trouve depuis peu du Kale chez Grand Frais pour info et puis j’ai demandé à ma tante d’en planter d’autres variétés dans son potager. J’aime particulièrement le violet découvert lors de mes aventures américaines.
    Voilà, sinon comme je suis d’origine italienne et que cette cuisine fait partie de mon quotidien, j’aime utiler le kale pour faire des pestos ou des lasagnes. J’adore l’ajouter aux woks ou pad thai, le faire avec un curry de légumes ou braisé à l’anglaise dans mes pita de falafel etc…
    Recette sympa que j’ajoute à mon carnet :) Merci!

    1. Waouh, je suis impressionnée, Meg ! Tu es une véritable pro du kale :-) tout ce que tu me décris me donne l’eau à la bouche. Le kale violet, ça doit être trop beau !!! Moi aussi j’ai été adoptée par la Bretagne à cause de (ou grâce à) mon homme, mais je préfère quand même la côte Basque (petite rivalité entre lui et moi :-) )… Mais si les bretons cultivent du kale…

  7. Trop drôle mais génial ton blog j’adore
    A la campagne on attend que le kale (prononcé keeehl en Alsace Moselle )
    ai pris un petit coup de gel sur les feuilles il est plus tendre et parfois ma
    Maman pressée par les gourmands lui offre un séjour au congélateur pour
    attendrir les feuilles (court le séjour )
    En salade je n’ai pas testé mais ça ne saurait tarder par contre avec une palette fumée
    et des kochwurst (saucisses à cuire ) ………(désolé pour les veggies mais c’est culturel )

    1. Merci Cathy ! Mon papa est alsacien, j’ai hâte de lui demander s’il a mangé plein de keeeeeehl étant petit (j’adore l’accent alsacien !!!). Bonne idée le congélateur, je tenterai à l’occasion.

      Pas grave, les veggies ne sont pas choqués, je sais à quel point le cochon est culturel dans l’Est ;-)

  8. On a bien ri à la lecture de votre présentation du chou kale, on a bien apprécié les photos, et la recette est élégante. Bref, nous avons fait un lien vers votre article dans notre revue de blog consacré au chou kale (http://www.cuisinons-les-legumes.com/panorama-chou-kale/). À noter : Prince de Bretagne cultive du chou kale…

    1. Merci, Prince ;-) ! J’ai bien ri en l’écrivant !!! Merci pour le lien, je suis très flattée ! Bien vu pour la culture du kale, c’est un légume qui a le vent en poupe !

  9. Re-hello Hélène,

    Oui, oui, c’est bien un plat national (mais que en hiver, hein! Mais vu que notre hiver est long on le mange presque toute l’année). Voici un lien avec des recettes (en anglais, je n’ai pas trouvé en français!).
    http://www.thedutchtable.com/2010/10/boerenkool-met-worst-kale-potatoes-with.html

    Bonne journée

    1. Génial, merci beaucoup !! J’ai appris quelque chose ! J’aime beaucoup la Hollande, d’ailleurs :-)

  10. Ha, quel plaisir de retrouver notre « Boerenkool » sur une site de cuisine français. J’étais justement déçue de ne jamais pouvoir cuisiner notre plat national ici à Paris. Maintenant je peux; je pars à la recherche du Kale!
    Pour que tout soit parfait j’ai que attendre que quelqu’un à la bonne idée aussi d’importer notre délicieuse « rookworst » et je peux ouvrir un rest hollandais dans le quartier ;-))
    Merci!

    1. Ah ah ah, tu m’as bien fait rire, Anne-Marie !!! Tu veux dire que le kale est votre plat national ??? Mais pourtant je n’en ai jamais vu au cours de mes séjours en Hollande. Quel dommage !

  11. J’ai beaucoup aimé ton récit et le nom de chou perruque me plait beaucoup-beaucoup!! :-) J’ai la chance de trouver du kale chez mon maraîcher, sur le marché d’un petit village de l’ouest parisien. J’ai testé sauté et en salade avec de l’orange. Ta p’tite salade me tente bien, je la garde pour la prochaine fois où j’en aurai dans mon panier.

    1. Merci Céline ! Moi, je le tenterai sauté très vite, mais tout à coup je n’en trouve plus… Ah, je sais pourquoi : j’ai vu une dame en acheter 6 sacs la dernière fois ! La bataille du kale a commencé !

  12. ça fait des années que cette plante décore les plates bandes de la ville de Niort…..j’en ai vu à Nantes aussi….sauf qu’au ras des pots d’échappement et des pipis de chiens, bof bof…..en magasin toujours pas…
    Ici on a le « choux-vache » on utilise la sommité terminale du choux fourrager , c’est super bon et très  » local »

    1. Ah tu as raison, j’ai déjà vu des choux de ce genre dans la ville de mes parents ! Ce serait trop drôle que ça soit du kale !!!

  13. Ha ha ha ha ha ! J’adore tout !

    1. Et le kale aussi, alors ;-) ?

  14. merci pour cet article très drôle et instructif ! Je vais maintenant être très attentive au supermarché pour voir si la mode est arrivée jusqu ici !

  15. hi hi merci pour cet article très drôle et instructif :-) je vais être attentive au supermarché pour voir si la mode est arrivée jusqu ici !

    1. Au supermarché, pourquoi pas !!! A mon avis tu auras plus de chances d’en trouver dans un « vrai » marché ;-) Merci pour ce gentil mot, Mo !

  16. C’est vraiment une recette originale!
    Je ne connaissais pas du tout cette plante, mais je suis curieuse d’y goûter.
    Il ne faut pas toujours écouter les vendeurs, hein!

    1. Tu surveilleras ça de près, peut-être que le kale va débarquer sur ton marché aussi :-)

  17. Ton billet est juste trop chouette à lire :) Ici, j’ai la chance d’avoir du kale en abondance dans mon potager. On adore ce légume et bien sûr, on l’apprête de 1001 façons. Et ta salade est fort appétissante. Miamm !!!

    1. Ton QUOI, j’ai bien lu ??? Ah, chanceuse !!! Merci Jessica !

      1. Hi hi !!! ouais…!!! Tu devras donc venir faire un petit tour dans mon potager ici, au Canada, plus précisément dans la province du Nouveau-Brunswick, pour faire provision avait que la saison cesse :)

        1. Alors, si ça te va, je prends un avion ce soir, j’arrive pour déjeuner, je ramasse un peu de kale et puis, ben, je te fais une salade et je m’en retourne chez moi ? A tout à l’heure, Jessica !

          1. Hi hi !!! Certainement que ça me va…alors à bientôt :)

            1. (quelques jours plus tard) Merci, Jessica, c’était sympa ;-) ! A la prochaine fois ! Très bon, ton kale !

  18. C est amusant pour moi ce choux n a rien de rarissime. Il est très cultivé en Alsace comme une vieille variété. Je ne savais même pas qu il était sujet à autant de convoitise! Il est en effet absolument délicieux et est définitivement mon chouchou.

    1. Ah, c’est fou ! Je suis sûre que mon papa, qui est alsacien, en a boulotté des tas quand il était petit, alors ! S’il savait !

  19. Je me suis tellement reconnue dans ton récit, tu m’as bien faite rire :D
    « Mais pourquoi personne n’est en train de se jeter sur ce petit trésor ? Il y a que moi qui le vois ?? »
    Je ne connais pas le goût du Kale. Il y en a au supermarché du coin (pas bio …), je n’ai pas osé en acheter ne sachant pas trop quoi en faire mais ta recette m’inspire !
    Merci, Hélène !

    1. ;-) ah la la, c’est vraiment drôle… Les uns me disent qu’ils en mangent depuis toujours et à Paris il faut montrer patte blanche pour en dégoter une branche ou deux à prix d’or…

  20. tout comme cathy je l’ai toujours vu dans le jardin de ma grand-mère. c’était même un chou courant car nous avions plusieurs espèces que je trouvais bien meilleur comme le chou de milan ou le chou pointu. En revanche nous le mangions toujours cuit. Jamais cru.

    1. C’est peut-être là la différence, alors ! Les américains l’ont érigé en icône nutritionnelle et le mangent surtout cru…

  21. Bonsoir
    Alors là MDR le kale je mange ça depuis que je suis toute petite ( et je n’ai plus 20 ans) …..
    A la campagne ce chou est dans tous les jardins comme quoi parfois il y a des redécouvertes

    1. :-D C’est vraiment drôle cette soudaine frénésie, je suis sûre qu’il y a encore bien d’autres *trésors* dans nos campagnes. Les parisiens sont un peu déconnectés, non ? Alors, vous le mangez comment ?

  22. Ouais vive le kale ! Et très drôle ton article :-) C’est dommage que ce soit si difficile à trouver ou si cher ! (25 euros le kg au marché des batignoles !!).

    1. Ah zut, je n’ai pas pensé à regarder le prix ! Je ferai attention la prochaine fois. Merci, Coralie, je me suis bien marrée aussi en l’écrivant, cet article ;-)

  23. ton article m’a bien fait rire! je ne connaissais pas le chou kalé, moi qui adore découvrir de nouveaux goût, va falloir que je me mette en quête de ce graal!

    1. Ah la la, quelle ringardise ;-) Peut-être que le kale apparaîtra par chez toi, il me semble bien parti pour envahir les champs de la France entière !!!

  24. Tu m’as bien fait rire !! Sûrement parce que je me retrouve complètement dans ce que tu dis !!
    Faire 1h de train pour aller à Paris trouver du kale, peu pour moi… Pourtant ce nouveau légume ultra à la mode me titillait un peu, j’aurais bien aimé y goûter…
    Jusqu’à ce week-end, où je suis définitivement devenue hystérique devant un… chou… j’ai un peu honte quand j’y pense ahaha j’en ai enfin trouvé dans un magasin pas loin de chez moi, par hasard (le kale venait de Bretagne). Comme toi, je regardais les gens tout autour en me demandant pourquoi il n’y avait que moi qui courait partout après mon chéri avec les branches de kale à la main en hurlant « aaaaaaaaaaahhh Maaaathieuu y a du kaaaaaale !!! tu te rends pas compte !!!! du KAAAALEEE !!!! »
    :D
    Alors résultat dans ma cuisine : kale en salade (c’est comme ça que je le préfère, goût + texture) avec de l’huile de noisette, bien massé par mes petites mimines (il est chanceux celui là…) ; kale en soupe rajouté à la fin pour le garder « presque » cru (avec de la butternut) ; et pour finir kale rôti avec du potimarron (c’était bon, mais cuit on a trouvé que le kale avait un goût de chou de Bruxelles…)

    En tout cas, je n’ai pas trouvé compliqué de le laver et de le préparer, c’est déjà bien, et pi’ ils sont jolis les froufrous du kale… ^^

    1. Ah ah, c’est génial, au fond on pense tous la même chose ! :-p Et au fond, c’est la vendeuse qui a raison : elle m’a dit « Ah, c’est un nouveau légume, attendez, ça s’appelle… euh… kale, vous connaissez ? ». J’ai dit « Non, je vais goûter ! ».
      Mais comme tu dis, c’est joli, facile, bon. Bref, j’aime bien, au fond.

  25. Ton histoire m’a éclaté ! Je partage ton avis sur ce chou qui se la pète terrible ( tu noteras le jeu de mots de haut vol et de très bon goût de si bon matin ! ) pour finalement un résultat très bon dans l’assiette mais pas si exceptionnel pour moi. Je l’avais gouté en Californie et t’avoue que j’ignorais à l’époque que je mangeais du kAle ! ;-) Je fonctionne davantage à l’instinct et à l’envie et surfe ben moins sur la vague fashion food également. Tout cet engouement autour du kaaaaale est hilarant je trouve mais peu importe !
    Ta salade est très chouette néanmoins d’autant que j’adore les betteraves, tu le sais ;-) Et si en plus tu ajoutes de la kasha alors là … prête pour débarquer en Russie ?!
    Des bises gourmandes Hélène **

    1. Ah ah ah, c’est fin :-D mais c’est vrai, ce chou a la grosse tête. Ah, la mode… Ca ne fait pas longtemps que je suis arrivée à m’en défaire du point de vue vestimentaire et je m’aperçois depuis quelques années que c’est presque aussi marqué dans la sphère culinaire… Kale, irish moss, maca, lucuma, cacao cru, spiruline, acai, huile, farine et sucre de coco, agave, caroube, tout ça… Et même à grande échelle, le végéta*isme est plus une mode qu’un mode de vie pour beaucoup… Le crudivorisme devient lui aussi trendy à la limite du passage obligé. Tu vois, plus le temps passe et plus je me dis que celle qui a toujours tout compris c’est Clea. Certes, elle est un peu trop restée sur le schéma traditionnel du « on pâtisse avec du beurre et des oeufs », mais elle cuisine de saison, plutôt très local, sans céder aux sirènes des superaliments ou autres, tout en se renouvelant en permanence. Bref…
      YES, j’arrive en Russie, merci, depuis le temps que j’ai envie de visiter ce pays !!! ;-)

      1. J’avoue avoir cédé aux superaliments : il y en a certains que j’aime vraiment beaucoup dont la caroube et la lucuma. Pour le reste j’avoue aimer tester pour connaitre de nouvelles saveurs, de nouvelles textures aussi ( le cacao cru est vraiment chouette en bouche ) mais certains trucs, je n’aime décidément pas et je ne me cache pas de le dire sur les blogs mais si l’on me traite de rabageoise parce que c’est en effet trendy ;-) Je suis curieuse en alimentation ( moins dans la vie privée ! ) ;-)
        En ce qui concerne le végétalisme, je partage à 100% ton avis. Certaines personnes m’écrivent en effet à ce sujet et je perçois instamment qu’elles veulent s’y convertir parce que  » ça fait bien en ce moment d’afficher son vegamisme « . J’ai envie de te dire : c’est une démarche comme une autre. Pour autant, elle ne durera certainement pas dans le temps et c’est bien dommage. Pour ma part, je ne pourrais faire de retour en arrière. Ma façon de vivre aujourd’hui est totalement tournée vers un mode de vie plus sain et je ne parle pas que de mon alimentation … je viens d’acheter mon premier shampooing sec ! C’est énorme pour moi qui passe un temps fou aux soins de mes cheveux et qui ne concevais pas encore hier de ne pas me les laver sous l’eau avec plein de mousse ! Bref. Ca ( parce qu’Ophélie m’a ouvert les yeux ) parmi tant d’autres choses. A bientôt … en Russie ou à Paris !

        1. Bah on a toutes cédé : moi, j’ai encore 1 sachet de farine de pépin de raisin et un autre de millet brun que j’avais acheté après l’article de Mély sur les petits déjeuners à base de farines… Comme je n’ai pas aimé la préparation, je ne m’en suis jamais servie et ils vont bientôt être périmés :-( Idem pour ma chlorelle !!! Bref, plus jamais ! Le cacao cru en poudre, c’est top et je m’en sers, mais vu les petites quantités utilisées à chaque fois, je ne pense pas que le bénéfice soit à la hauteur du coût de l’importation du cacao cru (je l’avais commandé sur iHerb… à prix d’or). Bref, je me recentre sur ce qui est local et c’est bien plus simple.
          Génial pour le shampooing sec ! L’argile simple ça marche aussi (et la maïzena comme le recommande Ophélie, top !) :-) avant j’utilisais une bombe de shampooing sec Klorane et c’était bien, mais cher et fini en 2 ou 3 utilisations. Alors que mon sachet d’argile…
          See you soon :-)

  26. Hilarant ! Je dois avouer adorer le chou-perruque moi aussi :)
    C’est meme ma salade express lorsque je rentre crevee et tard du boulot : kale + huile de sesame + sauce tamari + graines de sesame.
    Les chips de kale sont aussi a tomber, tu devrais essayer (je les fais au four, je dis probablement adieu a beaucoup de vitamines mais tant pis).
    Bon sinon entre ton post sur le kale rare en France et la video d’une emission qui presente les vegetaliens comme des gens betes et anemiques sur Canal +, je doute a nouveau de la possibilite de rentrer un jour !

    Bises

    1. Comment ça, mais non, il y a plein de bonnes choses à part le kale en France. Et puis à l’allure à laquelle les choses évoluent, dans quelques années la moitié des terres cultivables de France seront en monoculture intensive de kale, t’inquiètes ;-)
      Comment ça, je ne suis pas bête et anémique ? T’as fini, oui ? Mon QI est au ras des pâquerettes, j’ai le teint tout blanc, les côtes saillantes et je suis incapable de monter les escaliers à pieds, compris ?!?

  27. Drôôôle ! Ça me rassure de ne pas être la seule fashion victim ! Je n’ai pas encore réussi à mettre la main sur la précieuse feuille, et du coup je tanne monsieur sainbiosis pour qu’il en plante dans le potager ;-) Ta salade est un argument supplémentaire de taille !

    1. Ca, c’est la solution idéale : faire pousser son propre kale ! On est toutes des fashion victimes, même en ne trouvant pas le kale exceptionnel d’un point de vue gustatif, j’ai envie d’en manger à nouveau. Juste parce que c’est lui.

  28. Hihihi! J’ai exactement le même rapport au Kale que toi! A la fois je me gausse de son côté fashion, et en même temps, j’en ai ramené de … Manchester!! Oui, il a voyagé mon kale!! Parce que si c’est compliqué d’en trouver à Paris, imagine en province! J’ai suggéré à mon papa d’en planter pour la prochaine saison!
    Pour l’instant, je ne l’ai mangé que cuit, sauté, j’ai beaucoup aimé. Et demain, il ira dans mon smoothie :)
    Ta salade est très belle, j’en tenterais une dans ce goût là avec les feuilles qu’il me reste! Le « massage » est obligatoire ou un « remuage » dans la sauce ça ira ? (c’est qu’il faut le chouchouter en plus ce kale!!)

    1. Le massage est quasi-obligatoire, parce que sinon c’est vraiment très, très fibreux ! Enfin, essaie, tu me diras ce que tu en penses ;-)
      Sinon, tu peux préparer ta salade la veille et la laisser mariner une nuit au frais, ça devrait avoir le même effet : mon kale massé était carrément tout mou après une nuit au frigo !

      1. Certains kale sont plus tendres que d’autres. J’avoue que, chez moi, le massage dure une petite minute seulement, histoire que les feuilles soient bien imprégnées de sauce… Flemmarde, moi ? ;-)

        1. Possible, ça, j’ai vu (en photo) des « kale » très différents de l’habituelle perruque que mon amoureux me propose de me mettre sur la tête pour sortir ;-) Celui que j’ai dégoté est vraiment coriace, le bougre !

  29. Ah, j’avais voulu laisser un commentaire plus tôt, mais je ne trouvais pas le petit onglet : ouf, c’est réparé !
    Tu m’as fait tellement rire avec ton texte, Hélène, c’est archi drôle !
    Chez nous non plus, le kale n’est pas une denrée rare ; en revanche, on n’en trouve pas toute l’année, mais seulement à la saison froide. Normalement, ça devrait arriver cette semaine ! J’avoue beaucoup aimer cela, mais tout autant que les salades d’épinards ou de chou chinois : c’est que j’aime les salades qui se sentent sous la dent !
    Je ne manquerai pas d’essayer ta recette avec mon premier kale de l’année, sois-en sûre !
    PS : tu savais que certains prononcent ‘kAle’ (comme une cale de navire…) ? Etrange, non ?

    1. Oui, c’est étrange mais à chaque fois que je publie un post, les commentaires sont fermés. Je suis obligée d’aller dans la base de données, rectifier le « closed » en « open », c’est un poil RELOU – if I may say so…

      Oui, j’ai déjà entendu « Cale », mais es-tu snob, Ophélie ;-) tout le monde n’a pas un accent british – ou US – impeccable comme le tien (comme ça, tiens, je me dis bien que tu as un super accent ^^). Kale que soit la prononciation, j’aime bien cette texture chewy et la phase de massage est assez défoulante. J’imagine que c’est la touffe de cheveux d’un de mes clients particulièrement pénible ;-) et ça fait un bien fou. Et cette huile rend les mains toutes douces…

  30. Ah magnifique cette salade, et un grand merci pour la dédicace! Je suis ravie d’avoir, à ma petite mesure, contribué à la Kale-culture de ma chère Hélène!! La prochaine fois que je vais au marché, j’en achèterai juste pour faire ta salade. Ceci dit, quitte à me faire arrêter par la brigade du chou, la chips de kale est pas mal non plus…

    1. Je t’en prie, Taïa, ton rôle a été déterminant ^^ D’ailleurs j’ai relâché la petite chenille dans le jardin de Notre Dame des Blancs Manteaux, elle s’y plaît sûrement beaucoup ;-)

  31. Kale est drôle ton introduction !

    Moi aussi ça fait pas mal de temps que je suis curieuse de goûter le kale, mais je ne crois pas pouvoir en trouver à Lyon.

    Appétissante salade en tout cas, plus qu’à l’adapter avec une autre feuille verte ! :)

    1. Pas de chance, Anne ;-) il faudra attendre que des Américains secouent un peu les petits producteurs locaux… Sinon, c’est simplement une adaptation de ma salade de mâche préférée… !

      1. J’ai cru comprendre en faisant des recherches hier, que malgré ce que dit l’américaine qui a créé le mouvement en France, on y trouvait déjà du kale. Son seul problème était en fait un problème de traduction, le kale n’étant autre qu’une variété de chou frisé non pommé.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Chou_fris%C3%A9
        Apparemment, en Belgique, Pays-Bas & autres pays d’Europe du Nord, c’est un légume on ne peut plus banal et répandu, et pas le moins du monde à la mode, mais c’est vrai qu’en France sa culture semble s’être un peu perdue.
        Il faudra quand même que je regarde un peu plus attentivement au marché, il y est peut-être sous un autre nom !

        1. C’est intéressant, Anne ! Je suis assez certaine de ne l’avoir jamais croisé avant, mais il existe tant de variétés de chou… Et comme tu le soulignes, l’appellation « kale » est un peu floue… Pas évident de s’y retrouver !

          1. re Bonsoir
            Le kale est très consommé dans l’ est de la France ,il pousse dans tous les potagers familiaux et fait parti des aliments courants en hiver (pas besoin des Américains pour connaître ce qui est bon )

            1. Et il s’appelle aussi « kale » chez vous ? Merci Cathy ! Je demanderai à mon papa alsacien, si ça se trouve il connait lui aussi…

Laisser un commentaire