Lessive au savon de Marseille

Lessive savon Marseille

Lessive savon Marseille

Bonjour les amis ! Aujourd’hui, j’ai laissé s’exprimer la ménagère en moi… Depuis que j’ai quitté le nid familial, il y a presque 10 ans, j’ai découvert que le linge, étonnamment, n’était pas autonettoyant… Maman, merci encore pour ces 17 années de lessives, j’ai été une fille ingrate !

Ce furent d’abord les années d’internat, où mon linge, lavé sur place, m’était rendu informe, froissé et décoloré : je me suis ruinée en pressing. Ce fut ensuite ma première machine à laver et les onéreux produits du commerce qui entamaient sans pitié ma petite bourse d’étudiante. J’ai commencé à protester, j’ai voulu comprendre.

Et j’ai compris. J’ai tenté les lessives écologiques. Peu convaincue de leur bien-fondé, j’ai voulu me lancer dans la lessive faite maison. Echec. Me retrouvant, après plusieurs essais, avec un affreux magma de savon dur, j’ai capitulé et recommencé à utiliser des lessives écologiques. Et puis, un jour, lassée des produits du commerce et encouragée par mon amie Louison, j’ai voulu y arriver…

Dans ce billet, nous parlerons lessive faite maison, mais aussi assouplissant, repassage, et traque des mites : laver son linge, c’est bien, le protéger des mites, c’est mieux !

Que contiennent les lessives du commerce ?

La lessive du commerce doit… éliminer les taches, bien sûr. Mais elle doit aussi être efficace dans toutes les conditions, c’est-à-dire quelle que soit la dureté de l’eau et quelle que soit la température. Les lessives du commerce sont ainsi adaptées à des eaux plus ou moins calcaires et efficaces à 30°C comme à 60°C, afin de toucher un public le plus large possible.

♣ Pour ôter les taches, les lessives classiques contiennent des tensioactifs (ou détergents), qui sont capables de détacher les salissures du tissu et de les dissoudre dans l’eau de lavage. Il peut s’agit de savon, tout simplement, ou d’autres molécules à base de soufre (les sulfonates). Un exemple au nom poétique : le sodium dodécyl benzène sulfonate.

♣ Les détergents sont plus efficaces dans une eau alcaline, c’est pourquoi les lessives contiennent également des carbonates, molécules basiques.

♣ Les détergents sont moins efficaces en présence de calcium : si l’eau de lavage est calcaire, les détergents réagissent avec le calcium et forment des sels de calcium. Ces sels vont se déposer sur les parois de la machine à laver et sur le linge, ce qui encrasse l’un et l’autre. Ainsi, toute lessive du commerce qui se respecte contient-elle des chélatants. Les chélatants, dont le plus célèbre est l’EDTA (acide éthylène diamine tétra-acétique), vont piéger le calcium et l’empêcher de réagir avec les détergents.

♣ Pour un linge toujours plus blanc, les lessives du commerce contiennent des agents de blanchiment : percarbonates et peroxydes. Le linge blanc ayant tendance à jaunir avec le temps, le lessives contiennent également des azurants optiques, molécules à reflet bleu. L’oeil humain perçoit ainsi le linge comme plus blanc. Les agents azurants sont le plus souvent des stilbènes, comme par exemple le distyrylbiphényle

♣ Afin de mieux dégrader les molécules organiques (taches alimentaires : sucres, gras, protéines, ou résidus corporels : transpiration, peaux mortes), les lessives contiennent des enzymes, capables de découper les molécules organiques en plus petites molécules.

♣ Enfin, la touche finale de notre cocktail nettoyant est apportée par les colorants (les lessives bleues, mauves, roses ou orangées…), les parfums de synthèse ainsi que les conservateurs.

pink

Pourquoi les lessives du commerce sont-elles néfastes ?

♣ Parmi les molécules entrant dans la composition des lessives, un grand nombre sont de synthèse, c’est-à-dire qu’elles n’existent pas dans la nature et leur impact, imprévisible, peut se révéler dangereux pour l’environnement.

♣ Les eaux usées des lessives sont nettoyées dans les stations d’épuration puis rejetées dans l’environnement (principalement dans les cours d’eaux). Or, l’épuration ne permet pas d’éliminer de l’eau toutes les molécules rejetées par nos machines à laver. Quant on sait que le nombre de lavages est estimé à 1 tous les trois jours par français, on arrive rapidement à des volumes vertigineux de molécules indésirables rejetées dans l’environnement aquatique.

♣ Les tensioactifs et les conservateurs sont toxiques pour les organismes aquatiques (grenouilles, poissons…). Ils interfèrent avec leur métabolisme, avec leur système hormonal (perturbateurs endocriniens) et sont tenus comme responsable de la diminution des espèces aquatiques de nos régions. L’eau se retrouvant ensuite dans les sols, puis dans les nappes phréatiques, ce sont les végétaux et les animaux terrestres qui sont ensuite touchés : infertilité et perturbations hormonales pour les animaux comme pour les hommes sont au menu de cette sinistre propagation.

♣ Les chélatants sont de puissants poisons. En piégeant les minéraux des organismes, comme le fer contenu dans l’hémoglobine, ils sont responsables d’empoisonnements. Les alcalins et les agents de blanchiment sont également toxiques pour la faune et la flore.

danger

♣ L’ensemble de ces molécules est susceptible de provoquer des allergies, d’autant plus que les résidus de lessive se trouvant sur le linge sont au contact de la peau.

♣ Enfin, la majeure partie des molécules de synthèses est issue de la pétrochimie, industrie ultra-polluante s’il en est.

doing-laundry-and-big-bang-theory-gallery copie

Et le nettoyage à sec ?

Vous possédez peut-être un ou deux beaux vêtements en matière fragile dont l’étiquette recommande un nettoyage à sec. Qu’entend-on vraiment par « à sec » ?

♣ Un nettoyage à sec n’impliquepas un nettoyage au gaz ! Il s’agit simplement d’un nettoyage dans un liquide autre que l’eau, dans une machine similaire aux machines habituelles. Les liquides employés sont des hydrocarbures chlorés, comme le tristement célèbre perchloroéthylène (ou « perchlo »). Vous êtes-vous déjà demandé d’où provenait l’odeur étrange des pressings ? C’est celle du perchloroéthylène.

Perchloroethylene-CAS-No-127-18-4-

Il est prouvé que les solvants de lavage tels que le perchloroéthylène ou le trichloréthylène sont hautement cancérogènes. Leur utilisation en France et en Europe est à ce titre de plus en plus surveillée… Sa production est réalisée dans des pays peu respectueux de l’environnement et dans des conditions humaines et écologiques catastrophiques. Depuis mars dernier, il est interdit d’installer en France de nouvelles machines au perchlo, mais les existantes peuvent continuer à fonctionner.

Pourquoi recourir à ces méthodes ultra-polluantes et dangereuses, alors qu’en réalité, on peut presque tout laver soi-même ?

 … 

Quid des lessives « écologiques » du commerce ?

Les lessives dites « écologiques » contiennent malheureusement elles aussi des détergents, des chélatants et autres agents de blanchiments. Une étude datant déjà d’il y a 7 ans, mentionnée ici, a mené une comparaison de toxicité entre plusieurs marques conventionnelles et écologiques. Les résultats sont sans appel : les lessives écologiques sont aussi nocives pour l’environnement que les autres, et, pour certaines marques, le sont même plus.

Heureusement, il existe des solutions (vraiment) écologiques !

Après cette longue introduction, vous n’avez qu’une question : comment fait-on pour éviter tout ça ? Voici une petite grande revue de tout ce qui fonctionne chez moi pour remplacer les produits du commerce par des produits faits maison à partir d’ingrédients pas ou peu nocifs pour l’environnement.

IMG_8849
Photo prise en vacances en Suède. Prière de ne pas polluer !

Rappelez-vous que la toxicité de tel ou tel produit pour l’environnement dépend avant tout des quantités rejetées : le vinaigre blanc, c’est bien, mais si chacun se met à utiliser des litres de vinaigre blanc, de nouveaux problèmes écologiques risquent de surgir…

1. Laver son linge : ma technique de lessive green & clean

 

  • La lessive liquide au savon de Marseille

Il est possible de reproduire l’effet d’une lessive classique à partir d’ingrédients propres et traditionnels. Ces ingrédients un peu oubliés de nos jours sont le savon de Marseille, le bicarbonate de soude ainsi que les cristaux de soude, et le vinaigre blanc.

copeaux savon Marseille

♣ Le savon de Marseille est un détergent efficace, actif à froid comme à chaud. Bingo ! Issu de la réaction de la soude avec des huiles végétales, deux produits présents dans l’environnement de façon naturelle, c’est un produit écologique que nos grands-mères, malignes, maniaient à la perfection.

******

Lessive au savon de Marseille

Pour environ 1,5 L de lessive

  • 80 g de copeaux de savon de Marseille (non glycérinés)
  • 1,5 L d’eau
  • quelques gouttes d’huile essentielle de lavande (facultatif)

Dans une casserole, chauffer l’eau. Lorsqu’elle est chaude – mais pas bouillante -, ajouter les copeaux de savon de Marseille. Remuer vivement jusqu’à ce que le savon se dissolve.

Lessive savon de marseille écologique  Lessive savon de marseille écologique

Vous pouvez utiliser un mixeur plongeant pour homogénéiser le tout : ça n’est pas toxique, il suffit de rincer abondamment le mixeur et de veiller à ne pas produire trop de mousse.

Lorsque le savon est dissout, retirer du feu. Ajouter éventuellement les huiles essentielles lorsqu’il est tiédi.

Lessive savon de marseille écologique

Verser la préparation dans un bidon (je réutilise les bidons de lessive d’autrefois). Utiliser un bidon d’une plus grande contenance que la quantité de lessive préparée, par exemple chez moi, un bidon de 3 L pour 1,5 L de lessive.

Vous constaterez en effet qu’en refroidissant, le savon a tendance à coaguler, formant un amas plus dense au milieu d’une eau savonneuse. Pas de problème, il suffit d’agiter TRES fort le bidon pour que la lessive redevienne homogène, avant de s’en servir. D’où l’intérêt d’utiliser un bidon plus grand, afin de permettre de secouer le contenu !

******

♣ Les cristaux de soude augmentent le pH de l’eau (effet alcalinisant). Egalement appelés carbonate de sodium, ils existent à l’état naturel ou sont fabriqués à partir de sel et de craie. On l’a vu, ils augmentent l’efficacité détergente du savon de Marseille. La quantité de cristaux de soude à utiliser dépend de la dureté de l’eau : plus l’eau est calcaire, plus il faut en ajouter.

♣ Leur action peut être renforcée par la présence de bicarbonate de sodiumCe dernier rend l’eau plus alcaline.

♣ Un blanchissant écologique est le percarbonate de sodium : le percarbonate de sodium réagit avec l’eau en libérant de l’eau oxygénée, légèrement décolorante, et du carbonate de sodium.  A utiliser avec modération, car l’eau oxygénée n’est pas tout à fait inoffensive… mais bien plus clean que les produits des lessives classiques. Ne l’utiliser que pour le linge clair / blanc, car il pourrait décolorer le linge foncé.

  • L’assouplissant simplissime au vinaigre blanc

La grande distribution nous le dit et nous le répète : pour un linge doux comme de la soie, il faut ab-so-lu-ment utiliser de l’assouplissant. Oui, l’assouplissant, ce produit hors de prix, qui sent bon, aux jolies couleurs pastel et irisées… On en boirait presque !

Assouplissant-textile_large

L’assouplissant (ou adoucissant) a pour rôle de rendre les vêtements plus doux, parfumés, et de limiter l’électricité statique créée par le frottement. Cette dernière n’est pas réellement problématique, mais concentrons-nous sur les deux premiers rôles de l’assouplissant :

♣ Le calcaire est responsable de la sensation de rugosité des tissus après lavage. L’assouplissant, ajouté à l’eau de rinçage, permet de neutraliser le calcaire et d’empêcher qu’il ne se dépose sur les vêtements.

Un produit écologique permettant de dissoudre le calcaire est le vinaigre blanc, tout simplement. Il remplace avantageusement l’assouplissant et s’utilise de la même façon : à verser dans le réservoir réservé à l’assouplissant de votre machine à laver ! L’odeur de vinaigre s’évapore rapidement lors du séchage, aucune effluve désagréable n’est à craindre.

♣ Pour parfumer son linge, pourquoi ne pas ajouter à l’eau de rinçage des huiles essentielles, comme celle de lavande ? J’ajoute quelques gouttes au vinaigre blanc qui me sert d’assouplissant : c’est rapide et efficace.

Récapitulons : pour une lessive, il me faut…

  • 1 petit  verre de lessive au savon de Marseille (environ 150 mL)
  • 1 belle poignée de cristaux de soude (remplacer par du percarbonate de sodium pour le linge blanc)
  • Facultatif : une belle poignée de bicarbonate de sodium
  • Un petit verre de vinaigre blanc (de quoi remplir le réservoir à assouplissant de votre machine à laver)
  • Quelques gouttes d’huile essentielle au parfum frais (lavande, citron…)

Lessive savon de marseille écologique

Remplir le tambour de l’appareil avec le linge. Verser la lessive liquide sur le linge (secouer la bouteille pour homogénéiser le produit). Jeter les cristaux de soude ou le percarbonate, ainsi que le bicarbonate sur le linge. Remplir le bac à assouplissant de vinaigre blanc, y verser quelques gouttes d’huile essentielle (elles vont se répartir dans le vinaigre).

Lancer le programme habituel. Je lance mes lessives la nuit pour bénéficier d’un tarif plus avantageux pour l’électricité. Cela laisse également le temps aux huiles essentielles d’imprégner le vinaigre de rinçage.

Si votre eau est très dure, augmenter la quantité de cristaux et de bicarbonate de soude.

calcaire

  • Comparaison des prix

Comparons le prix d’un lavage :

♣ Un lavage classique : une bouteille d’1,5 L de lessive classique (de « marque ») coûte environ 8€ et annonce 15 lavages, soit 0,53€ par lavage. Une bouteille d’1,5 L d’assouplissant classique (idem) coûte environ 6€ et annonce 60 lavages, soit 0,1€ par lavage. Le prix total est donc de 0,63€ par lavage – hors coût de l’eau et de l’électricité.

♣ Un lavage green & clean : un paquet de 750 g de copeaux de savon de Marseille coûte environ 7€ soit 0,74€ pour 80 g (1,5 L de lessive) et permettant 10 lavages, soit 0,07€ par lavage. Le vinaigre blanc coûte environ 0,7€ pour 1L soit 0,11€ pour un verre de 150 mL. 500 g de cristaux de soude coûtent environ 3,5€, soit 0,20€ pour une poignée de 30 g. Le coût de quelques gouttes d’huile essentielle est quasi-nul. Au total, un lavage coûte 0,38€ – hors coût de l’eau et de l’électricité.

Si vous utilisez du savon de Marseille en bloc, moins cher, vous pouvez le râper manuellement avec une râpe ou un épluche-légumes – c’est un poil fastidieux mais efficace.

En conclusion, la lessive fait-maison, c’est plus propre et c’est moins cher.

C’est aussi un peu plus de travail…

PPP9 copie

2. Les petits trucs en plus

Et les taches difficiles ? Et le linge délicat ? Et les balles de lavage ? Et le nettoyage de ma machine à laver ?

  • Les taches difficiles

Les utilisateurs de lessive faite maison s’avouent parfois vaincus lorsqu’ils ne parviennent pas à bout de certaines taches rebelles. Le premier réflexe à avoir est de nettoyer la tache lorsqu’elle survient : à table, par exemple, n’ayez plus peur de vous lever pour détacher votre chemise. Souvent, rincer la tache à l’eau vinaigrée suffit à en éliminer la plus grande partie : les taches séchées et incrustées sont les plus difficiles à enlever.

Pour les taches les plus courantes, on trouve des solutions efficaces sur internet. Par exemple, le vin rouge se détache avec un chiffon imbibé de vin blanc ou d’alcool pur. Les taches de stylo bille sur du cuir partent avec un peu de parfum vaporisé sur un chiffon. Les taches de sang se rincent aussitôt, à froid (le sang « cuit » est indélébile), avec de l’eau savonneuse ou salée. Les difficiles taches d’herbe peuvent être atténuées avec de l’alcool pur ou du jus de citron. Etc…

Le linge très taché peut gagner à être trempé quelques heures avant le passage en machine à laver : cela permet de mieux dissoudre les taches. Mettez à profit votre baignoire ou lavabo pendant la journée en y faisant tremper le linge taché.

Remarque : évitez au maximum de recourir à l’eau de Javel. Ce produit est toxique pour l’environnement et pour l’Homme. Si vous tenez absolument à l’utiliser, n’utilisez JAMAIS de vinaigre en même temps : la réaction de ces deux produits génère des substances toxiques.

627 copie

  • Laver les textiles délicats

Certains vêtements nécessitent une attention particulière. C’est le cas des sous-vêtements en matières synthétiques comme les collants, ou des articles en laine ou en soie.

♣ Synthétique fragile et lainages :

Lavage : un lavage à froid est nécessaire, en particulier pour éviter que les vêtements en laine ne rétrécissent ou ne perdent leur couleur. Ma recette de lessive fonctionne parfaitement ici, mais attention, n’ajoutez pas de cristaux de soude, ni de bicarbonate, ni de percarbonate ! Omettez le cycle d’essorage, qui abîme inutilement les vêtements.

Séchage : étendez les vêtements à plat afin qu’ils ne se déforment pas en séchant. Repasser avec le réglage adapté.

♣ Soie :

Lavage : non, vous n’êtes pas condamné(e) au lavage à sec recommandé par l’étiquette de votre chemisier en soie préféré ! La soie se lave très bien à la main. Pour un vêtement peu sale, un trempage dans une eau vinaigrée (un demi-verre de vinaigre blanc dans une cuvette d’eau froide) suffit. Pour un vêtement plus sale, par exemple en cas de tache de transpiration, augmentez la quantité de vinaigre (un verre) et laissez tremper 30 minutes.

Séchage : étendre le vêtement sur une serviette de bain, bien à plat, puis rouler la serviette afin que le vêtement soit essoré sans être froissé. Appuyer un peu sur le rouleau, puis dérouler. Laisser sécher le vêtement à l’air libre sur un cintre. Repasser avec le réglage adapté.

De manière générale, l’essorage du linge, s’il permet de le pré-sécher, peut abîmer les fibres des vêtements. Préférer les vitesses d’essorage les moins brutales afin que vos habits gardent leur forme habituelle !

  • Le petit plus qui change tout : les balles de lavage

Certaines personnes, étranges, ajoutent dans leur linge des balles… Quel vacarme, ça saute, ça cogne contre le tambour et ça vous réveille la nuit ! Ont-ils perdu la raison ? Que nenni !

Les balles de lavage, entraînées par la rotation du tambour, vont et viennent et s’entrechoquent dans le linge. Cela augmente le battage du linge au centre du tambour, là où habituellement le linge est un poil inerte. Cette action mécanique renforce l’effet de la lessive : le linge est mieux nettoyé et plus doux. Il est aussi mieux essoré.

Les balles de lavage reproduisent l’action de battage qu’utilisaient les lavandières d’autrefois : les femmes, à cette époque, n’hésitaient pas à malmener un peu le linge pour le rendre plus beau… et c’était efficace !

lavandiere_22

Il existe des balles de lavage dans le commerce. J’ai une préférence pour les balles de golf (en magasin de sport), plus économiques, même si elles font, effectivement, un peu plus de bruit…

Utilisez 6 à 8 balles par lessive (les balles sont indéfiniment réutilisables, bien sûr !).

Remarque : le lavage efficace du linge nécessite que ce dernier puisse bouger dans le tambour durant le cycle de lavage. Ainsi, il n’est pas efficace de « bourrer » sa machine pour laver plus de linge à la fois : c’est au contraire contre-productif !

  • Le séchage du linge

Un sèche-linge, c’est bien pratique. Mais ça n’est pas très écologique : le cycle de séchage peut être deux ou trois fois plus long que le cycle de lavage, entraînant une importante surconsommation d’énergie. Le séchage n’est pas excellent pour le linge, qu’il peut froisser irrémédiablement s’il est trop fort.

Rien de tel que le séchage à l’air libre, dans une pièce ventilée. Ça n’est pas toujours facile dans les petits appartements, j’en sais quelque chose !

  • L’entretien de la machine à laver

Il peut être utile de nettoyer sa machine à laver de temps en temps. Pour cela, un produit naturel est vendu, bien moins cher que les sticks de poudre spécifiques vendus à prix d’or dans le commerce : il s’agit de l’acide citrique (le même que l’acide des agrumes). Il est vendu en cristaux.

Son utilisation est simple : trois ou quatre cuillères à soupe dans le tambour, vide, de la machine à laver, puis un cycle de lavage très chaud (pour augmenter son efficacité), à vide. A renouveler tous les mois ou tous les 2 mois.

3. Repasser son linge : stop au calcaire

  • La bouteille déminéralisante

Vous en avez assez de vous user le dos à transporter des bidons d’eau déminéralisée, mais vous ne voulez pas flanquer en l’air votre fer à repasser ou votre coûteuse centrale vapeur à coup de calcaire ? La bouteille déminéralisante à ions est fait pour vous. Cette bouteille contient un aimant qui va créer une agitation au sein de l’eau : les cristaux de calcaire vont s’entrechoquer et se briser en toutes petites particules : le calcaire, au lieu d’encrasser votre appareil, s’échappe dans la vapeur d’eau.

Le fonctionnement de cette bouteille est simple : on la remplit d’eau, on attend 15 minutes et c’est prêt à l’emploi !

slindi.com-EUROFLEX-10000000608-10

  • Le décrassage des fers à repasser

Mais si d’aventure vous aviez déjà des problèmes de calcification, pas de panique : le vinaigre blanc vous sauvera la mise. Remplissez le réservoir du fer avec du vinaigre blanc et laissez-le chauffer afin que le vinaigre s’évapore, entraînant avec lui le calcaire dissout. Renouvelez l’opération avec de l’eau déminéralisée pour éliminer toute trace de vinaigre.

Pour nettoyer la semelle du fer, à froid, un chiffon imbibé de vinaigre blanc et de sel fin fait merveille.

……

4. Ranger son linge : gare aux mites !

Depuis que je vis à Paris, j’ai découvert les ravages des mites. Non contentes d’attaquer les lainages, elles attaquent également le coton. Comment les chasser sans empoisonner l’air ambiant de sa maison ? En effet, les produits anti-mites du commerce sont toxiques pour l’homme et pour l’environnement (rappelez-vous l’odeur des boules de naphtaline… hélas elles aussi cancérigènes).

mite_des_textiles

……

  • Nettoyer son armoire au vinaigre blanc

La première étape est de purger son placard des mites. Une seule solution pour en débarrasser votre linge : le laver ! Les mites, en effet, prolifère en particulier dans les vêtements déjà portés (pulls…), car elles aiment les résidus corporels. Elles peuvent également attaquer les tissus propres.

Il convient également de désinfecter ses placards avant d’y ranger le linge propre : trois ou quatre fois par an, videz vos placards et nettoyez-les avec du vinaigre blanc pur, qui est un puissant antiseptique. Vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de tea-tree au vinaigre pour une action désinfectante renforcée.

mites penny

……

  • Repousser les intrus : les produits écologiques et inoffensifs

Les diffuseurs antimites et les divers vaporisateurs vendus dans le commerce sont toxiques et polluants. Il existe cependant des solutions plus écologiques permettant d’éviter de décimer les mites tout en les repoussant – hé oui, quand on aime les bêtes…

Attention, ces techniques écologiques peuvent s’avérer moins efficaces que les produits classiques : il faut donc veiller à ne stocker que du linge bien propre. Par exemple, à la fin de l’hiver, laver tous les pulls, écharpes et autres dessous chauds avant de les ranger. Vous pouvez également les glisser dans des sacs en tissu afin de les isoler.

Les mites sont chassées par les odeurs fortes : c’est bien pratique, la nature regorge de molécules particulièrement parfumées que nous pouvons mettre à profit habilement pour repousser les intrus. Chacun de ces dispositifs est à renouveler lorsqu’il a perdu son parfum.

anti mites naturel écologique

♣ La lavande : fleur fétiche de nos grands-mères, la lavande fait fuir les mites. Des sachets de fleur de lavande, en tissu, disposés entre les piles de vêtements parfument le linge et repoussent les insectes.

♣ Le poivre : il fait éternuer, et il chasse les mites. Achetez du poivre gris en quantité, remplissez-en des sachets en tissu que vous disposerez dans vos penderies.

♣ Le clou de girofle: de la même façon, la forte odeur du clou de girofle éloigne les mites. Comme pour le poivre ou la lavande, dans des sachets en tissu.

♣ Le citron : les écorces de citron ont une odeur qui repousse les mites.

♣ Le laurier : quelques branches de laurier séchées dans les placards jouent le même rôle. Certains utilisent aussi du savon d’Alep, à base de laurier, réduit en copeaux et placé dans des sachets en tissu.

♣ Le vétiver : cette graminée tropicale possède des racines odorantes, qui font le bonheur des parfumeurs – c’est le parfum de mon petit frère ! Si vous voyagez à la Réunion, pensez à vous en procurer quelques bottes ou à en demander à ce collègue globe-trotter qui y part à Noël !

♣ Les bois parfumés : le bois de cèdre possède une forte odeur réputée anti-mites. On en achète des cubes dans les magasins spécialisés, à placer dans les placards, entre les piles de linge.

♣ Le tabac : si vous aimez son odeur… sachez qu’il est lui aussi anti-mites.

♣ Le camphre : ce produit naturel est l’un des plus efficaces contre les mites. Il entre dans la composition de la naphtaline, dans laquelle l’on trouve également d’atroces hydrocarbures. Le camphre pur est quasiment introuvable, celui commercialisé est fabriqué le plus souvent en Chine et malheureusement coupé avec des goudrons. Ainsi, je ne vous recommande pas ce produit…

♣ Les huiles essentielles : les plus efficaces contre les mites sont celles de lavande, de cyprès, de romarin, de menthe, de citron et de citronnelle. Ajoutez-en quelques gouttes au vinaigre blanc pour nettoyer vos placards, puis déposez quelques gouttes sur un petit morceau de bois, que vous placerez à côté des vêtements.

Nom d’une pipe, c’était long ! Bravo aux courageux qui seront parvenus au bout de ce billet long comme un jour sans pain ! Vous avez reconnu les invités-surprise de ce billet wink ?

Et vous, vous faites comment pour avoir un beau linge tout en respectant la planète ?

penny copie

230 Commentaires

  1. Merci pour tous ses conseils
    Pour la bonne odeur dans les armoires j’achete des savons naturels artisanaux à la lavande, vetiver… et quand l’odeur s’atténue je les utilise pour se laver les mains.

  2. mais suuuuuuuuuuuupeeeeeeeeeeeeeeeer!!!
    enfin un blog bourré de conseils écolos sans tomber dans la moralisation à outrance!!!! je kiffe!!
    merci pour tous ces conseils
    atrès vite!!

    1. Génial, Marjorie ! Bienvenue !

  3. Hélène, bonjour
    Je viens de lire votre article. Il y a belle lurette que je n’utilise plus les diverses lessives du commerce.
    Je rince mon linge avec du vinaigre blanc parfumé aux H.E. c’est parfait. J’ai acheté ma machine en
    mars 2003. Trois ou quatre lavages par semaine depuis que mes enfants volent de leurs propres
    ailes. Pour détacher les tâches de gras, j’imbibe la tâche de savon noir et j’attends le prochain lavage.
    Quand au savon de Marseille (ma ville natale) j’utilise celui à l’huile d’olive.
    Que le NATUREL revienne au galop.
    Écureuil desbois

    1. Bravo ! Moi aussi, je préfère le savon à l’huile d’olive. Quelle odeur inimitable !

  4. Bonjour,
    merci de toutes ces recettes. Concernant la lessive au savon de marseille, je l’ai faite hier, mais aujourd’hui, le mélange est tout dur dans le bidon et même en secouant très fort ça reste tout dur. A quoi cela est dû ? A posteriori je me suis rendu compte que les copeaux de savon que j’ai utilisé sont enrichis en glycérine et que tu le déconseilles. Est-ce que ça pourrait venir de ça ? Dois-je jeter toute ma préparation et en refaire une du coup ?
    MERCI !

    1. Bonjour Vanessa, peut-être est-ce une question de température ? Ca m’est déjà arrivé lorsque je laissais la lessive refroidir dehors après l’avoir « cuisinée ». Je te suggère de placer ton bidon près d’un radiateur et d’attendre que ça ramollisse pour la secouer. Au pire, tu peux re-faire fondre et ajouter plus d’eau mais normalement les proportions sont justes ! Tiens-moi au courant !

      1. Bonjour Hélène,
        merci de ta réponse si rapide. En effet, j’ai fait refroidir la préparation dehors mais je l’ai mise légèrement tiède dans le bidon. J’ai rajouté un peu d’eau et j’ai pu mélangé mais ça reste bien compact. Je vais essayer le chauffage ! Par contre, je suis ravie de cette préparation, le linge est super propre ! Merci

  5. Bonjour! Très excitée à l’idée de préparer enfin ma lessive moi-même j’avoue que c’est une catastrophe! j’utilise des couches lavables mais j’ai du arrêter le temps de me racheter de nouveau de la lessive: l’urine ne part pas ni le liniment présent sur mes lingettes en tissu lavable. je précise que le liniment est à base d’huile d’olive et quand je les range dans mon placard, lorsqu’elles sont censées être propres, je retrouve une fourmilière dessus! (les fourmis en sont fans et je précise que j’habite à la Réunion). De plus, les Tshirts de sport de mon mari sentent encore la transpiration après!!!!! Autant laver avec de l’eau que ce serait pareil! J’ai doublé la dose dans mon tambour mais rien n’y fait le parfum est plus fort mais ça ne lave pas…. Comment faites-vous?

  6. Bonjour,
    Tout d’abord un grand merci pour cet article très instructif. Créatrice de couches lavables (marque Floriza), je cherchais pour mes clientes une alternative aux lessives du commerce, vu que les lessives à la glycerine encrassent les inserts et que toutes les lessives hypoallergéniques en contiennent. Acceptez-vous que je diffuse votre recette auprès de mes clientes ? (Je préciserai bien entendu ma source et l’adresse de votre blog).

    Pour le savon de marseille sans glycérine, j’en ai trouvé cette après-midi dans une jardinerie (type Truffaut) de la marque Marius Fabre. J’ai payé 11€ le kg, je regarderai sur le net si le prix est raisonnable ou pas.

    1. Precision: le savon etait sous forme de copeaux

    2. Pas de souci, Nath !

  7. Pour les mites j’ai une technique infaillible qui reprend tes conseils: prendre une orange ou un citron et planter des clou de girofle directement dans l’écorce.
    Laissez sécher, les clous absorbent toute l’humidité du fruit qui rappetit et sèche, vous voilà avec un repousse mite 100% naturel et efficace et qui sent très bon! :)

    1. Génial ! Je fais ça comme déco de Noël, maintenant je vais même pouvoir les recycler !!!

  8. Bonsoir Hélène et un grand merci pour cette super recette!
    Récemment devenue maman j’ai voulu prendre des bonnes habitudes et utiliser des produits plus sains…
    Donc me voilà ce samedi à me lancer dans la confection de lessive maison avec ta recette…
    J’ai une petite question cependant: comme tu le dit au finish ma lessive a un aspect coagulé qui s’améliore mais qui persiste même après avoir secoué fortement. Du coup avec Chéri on se posait la question de savoir si ça allait bien se diluer dans la machine vu que c’est assez compact (et que j’ai pas pour le moment de balles de lavage).
    Qu’en penses-tu? L’aspect coagulé qui persiste est normal? Et pour le dosage j’ai du mal à doser 150 ml du coup vu que c’est solide… ça équivaut à 1/2 verre de moutarde ou plus?
    Désolé de t’embêter avec toutes ces questions mais vu que tu a l’air d’être une As je profite de ton expérience!
    merci d’avance!

    1. Bonjour Agael ! Féclicitations pour le bébé :-)
      Non, il me semble que ce ne doit pas être trop compact… Ma lessive est moins liquide que celles du commerce, mais à peine. Après, j’ai remarqué que plus il fait froid et plus elle coagule (normale, la graisse du savon fige) : peut-être est-ce qu’il fait froid chez toi ? Genre si la machine à laver est au garage ou dans une pièce non-chauffée… Mais si tu as mis la bonne dose de savon, ça devrait fondre à la lessive sans problème, même à 30°C. 1/2 verre, je dirais, c’est bien.

      Si vraiment c’est trop solide, mets plus d’eau pour fluidifier la recette, mais utilise plus de produit pour faire une lessive. Je pense que les variations peuvent venir du type de savon utilisé…

      N’hésite pas à me re-demander conseil si besoin !

  9. Bonjour! Très intéressant.
    2 petites questions: 80g de savon pour 1,5L d’eau ça me parait peu, pour la quantité de savon. Vous confirmez les doses? Et avec cette quantité on fait plusieurs lessives?
    Pour les huiles essentielles, vous pensez qu’il est mieux de les mettre directement dans la lessive, ou bien dans l’eau de rinçage?
    En fait ça fait 3 questions… ;-)
    Merci! Cécile

    1. Oui, c’est bien ça ! Et ça fait beaucoup de lessives ! Les huiles, je les mettrais dans l’eau de rinçage, sinon elles seront éliminées au rinçage !

  10. Je re-poste ici ma question : « salut à toutes et à tous (surtout toutes visiblement ;)) ! Cet article est top, je l’ai partagé autour de moi ;) j’utilise la lessive savon de marseille depuis un bon moment maintenant. C’est top, mais il y a un problème : ma machine a tendance, assez rapidement, à se couvrir d’un voile un peu crasseux, que je pense être dû à la glycérine en effet… L’inox du tambour semble propre, mais en frottant un peu avec le doigt, l’extérieur du tambour semble « crasseux ». J’ai fait deux lessives à vide à 90°C, une avec 1L de vinaigre, l’autre avec de l’acide citrique : j’en suis à peu près venue à bout, mais pas totalement… Avez-vous déjà rencontré ce problème ? Je précise que je respecte à la lettre la recette décrite dans cet article, mes copeaux sont bien dissous et tout… Et où trouvez-vous du savon de marseille SANS glycérine ? Toutes mes recherches sur le net, pour en trouver en France (j’ai bien trouvé ce site canadien, mais ils n’expédient pas en France :( http://www.savon-de-marseille.ca/classiques2.html#.U2kf44F_tIE), s’avèrent infructueuses jusque-là… J’ai bien trouvé de l’Alep sans glycérine (http://www.alepia.com/fr/maison-nature/326-lessive-de-savon-d-alep-pour-la-lessive-800g.html), si je trouve pas mieux je me rabattrai là-dessus je pense…Merci d’avance ;)

  11. MERCI par cet article extrêmement complet ! J’arrive de chez Antigone qui a fait des émules avec son No Poo du coup, on suit le mouvement ☺.
    Ne reste plus qu’à trouver Le savon de Marseille, le percarbonate et cristaux de soude… Euuuuh c’est ds quel rayon les 2 derniers ?

    1. s’il vs plait petite question….faut il utiliser les mêmes ingrédients que se soit pour une lessive de blanc ou bien de couleur? je pense notamment au percabonate qui blanchit… merci merci!

      1. Pour une lessive de blanc, je remplace les cristaux de soude par le percarbonate (que je n’utilise pas avec les lessives de couleur et parfois pour les lessives claires).

    2. Je les trouve au rayon des produits ménagers de mon magasin bio…

  12. Bonjour Hélène,
    Déjà merci pour cet article si complet et précis.
    Ayant enfin terminé ma lessive habituelle, j’ai fait… la tienne ! Avec du savon d’Alep car je n’ai pas trouvé du savon de Marseille non glycériné…
    Je ne pensais pas que ma lessive resterait verte comme le savon mais ce n’est pas grave. Malgré un « secouage » intense, elle reste peu liquide et un peu difficile à verser du coup.

    Aurais tu une astuce ? Ah oui et aussi – question bête – la couleur de la lessive ne va pas d’éteindre sur les vêtements ? (je ne l’ai testé que 2 fois et ça à l’air d’aller mais bon…) ?
    Merci!!

    1. Bonjour Kiwii ! Pardon pour le retard, j’ai eu beaucoup de travail… C’est normal que la lessive garde la couleur du savon (j’utilise un Marseille très riche en huile d’olive, il est presque tout vert !). Mais tu sais, certaines lessives du commerce sont bleues, roses… ;-)

      Pour le côté liquide, c’est peut-être dû au savon d’Alep : je n’ai jamais eu ça avec du savon de Marseille. Après le premier refroidissement, c’est toujours un peu compact mais il suffit de secouer et ça reste ensuite liquide jusqu’à la fin ! Alors augmente un peu la quantité d’eau la prochaine fois !

      J’espère que les tests d’après ont été concluants :-)

  13. Eh hop, je me coucherai moins bête ce soir ! ;)
    Merci pour ces explications, il me tarde d’avoir du beau linge avec une petite odeur de citronnelle… :)
    Bonne soirée à toi aussi!
    Lou

    1. Mmmh, génial, tu me diras si ça marche bien pour toi ! Parfois, en fonction de la dureté de l’eau, il faut ajuster les quantités de cristaux de soude. Bonne soirée, Lou !

  14. Bonjour!
    Je suis ton blog depuis un bout de temps déjà, mais vas savoir pourquoi, j’avais raté cet article révolutionnaire..! :)
    Je suis totalement conquise, pour toutes les raisons que tu donnes, et je vais me lancer très très vite. J’ai déjà acheté le savon de Marseille (pas en copeaux, dommage), et j’ai eu un mal fou à le trouver non glycériné. Pourquoi est-ce qu’il ne faut pas qu’il le soit? Je vais passer pour une ignarde, mais je ne sais même pas si la glycérine est un produit chimique à proprement parler ^^
    Ca m’a donné envie de faire aussi le liquide vaisselle, dont j’ai trouvé la recette chez Antigone XXI :)
    Merci beaucoup pour ce DIY parfait!
    Lou

    1. Etrange, vraiment :-) c’est l’un de mes articles préférés !!! Alors, le savon en bloc se râpe très facilement, tu n’auras aucun souci. Une lectrice m’a même dit le faire au robot !

      Le savon est le produit de la réaction de triglycérides (molécule comportant 3 acides gras liés à une molécule de glycérol et constituant exclusif des huiles végétales) avec la soude. Cette réaction, appelée saponification, produit du savon d’une part et du glycérol d’autre part (les acides gras sont détachés du glycérol par la soude). Au final, on laisse le glycérol (ou glycérine, c’est pareil) dans certains savons, et dans d’autres, on l’élimine. Elle rend le savon moins desséchant.

      En revanche, dans le cas de la lessive, il vaut mieux prendre du savon sans glycérine, car elle a tendance à encrasser la machine à laver ! Ce n’est pas un produit dangereux, c’est au contraire une molécule qui est naturellement présente chez les animaux et les plantes :-)

      Bonne soirée, Lou !

  15. Ma bouteille de lessive étant presque vide, l’idée de tester la lessive fait maison m’a effleuré l’esprit. Et comme par hasard, je tombe sur cet article! C’est décidé, ce w-e, je fonce dans mon magasin bio pour acheter du savon de marseille. En plus, j’ai toute une boite de balles de golf que j’avais achetées pour me masser la plante des pieds.
    Alors, merci pour cet article très interessant et très complet.

    1. Merci ! J’espère que cela marchera chez vous aussi bien que chez moi. Pas mal les balles de golf pour se masser les pieds :-)

  16. Mais il est trop génial cet article !!!!
    Je n’utilise plus de lessive depuis bien longtemps au profit des noix de lavage + HE + 1 cuillère à soupe de bicarbonate. (Pour la petite histoire à l’époque où j’étais en coloc l’un de mes coloc m’a demandé pourquoi il y avait des châtaignes dans la salle de bain, il parlait des noix de lavage….cette histoire me fera toujours bien rire !)
    Jusque là je suis contente de ce mélange même si certaines taches coriaces résistent parfois.
    J’arrive à la fin de mon paquet de noix de lavage donc je me laisserait bien tenter par ta lessive à mixer !
    Merci pour ce super article ! (j’avoue je n’avais pas été aussi enjouée depuis bien longtemps à la lecture d’un article qu’en lisant celui-ci)

    1. Merci Béné, c’est très gentil, et ton anecdote de coloc est trop rigolote !

  17. Olalala… mais tu as révélé tous mes secrets !
    Sauf les balles de lavage, je n’en ai pas encore, je pense aux balles de golf comme tu le conseilles (et aussi, je ne repasse jamais, donc les infos sur le repassage, je passe à mon homme).
    Pour ce qui est de la lessive, je la fait en version « minute » en mixant de l’eau bouillante avec du savon juste avant de le mettre dans la machine, c’est vite fait.
    En tout cas, bravo pour ce super article, vraiment !

    1. Tous ? Allons, tu as bien une astuce spéciale Pigut à nous donner ? Merci, Nathalie !!

  18. Hola Me ha gustado bastante tu entrada asi que pense en dejarte un saludo. He tomado tu rss para no perderme tus noticias. Saludos desde Mexico

    1. Hola Wilday, I’m a great BBT fan but I don’t publish Kaley Cuoco pictures that often ;-) Thanks for the shoutout !

  19. Bon, alors, ces deux dernières semaines, n’ayant plus de lessive maison (à refaire !), j’ai suivi ta méthode (sans HE) avec donc chaque ingrédient séparément (minus percarbonate) et en remplaçant juste le savon de Marseille par du savon noir. Malheureusement, chez moi, le lavage laisse des traces blanches sur tous mes vêtements, comme de la craie mal diluée… il ne me reste ensuite plus qu’à les relaver ! :-(
    Je soupçonne la soude en cristaux (que je dissous d’ordinaire dans le savon liquide), car j’avais déjà fait des lessives savon noir + bicarbonate + vinaigre et je n’avais pas eu ce problème.
    Une petite idée de ton côté ?..

    1. Oh, ça m’embête pour toi, je n’ai jamais eu ce problème avec ma lessive maison et je n’arrive pas à trouver de réponse à ton problème sur internet ! J’ai d’ailleurs étendu ce matin une lessive de foncé qui était nickel !
      J’entrevois plusieurs causes possibles :
      – tu as mis trop de cristaux de soude (ton eau est peut-être, ou sans doute, moins calcaire que celle de Paris).
      – tu as trop rempli ta machine à laver, des cristaux sont restés coincés dans le linge et l’ont marqué (d’où l’utilité de ne pas surcharger la machine et d’utiliser des balles de lavage pour optimiser le brassage).
      – tu as lavé à une température trop basse pour que les cristaux se dissolvent… Chez moi, à 30°, pas de souci.
      – le rinçage n’est pas efficace…
      – ta machine est un peu encrassée.

      J’avais eu ce problème, en réalité, il y a longtemps avec des lessives du commerce. Je mettait trop de lessive en fait, c’est parti quand j’ai réduit les quantités. Mais c’était une lessive Beurk…

      1. Alors, oui, mon eau est moins calcaire que Paris, donc c’est peut être une piste (j’avais dû mettre 1 CàS de soude pour toute la lessive, j’essaierai de baisser). Peut-être ai-je trop rempli la machine cette fois-ci, mais le résultat a été le même sur trois lessives et certaines étaient moins remplies que d’autres. Toutefois, je n’ai pas utilisé de balles de lavage, il faudra que je réessaie avec ! Pour la température, non, j’ai fait entre 40 et 60°C, donc je pense que la soude s’est dissoute ( a priori ?). Peut-être bien que ma machine est encrassée, tu n’as pas tort là-dessus, vu que je ne l’ai pas nettoyée depuis un petit moment… En revanche, je pense que son système de rinçage est bon, puisque je n’avais jamais eu ce problème avant (que ce soit avec les noix de lavage ou ma lessive maison), et puis j’ai relancé ensuite des phases de lavage (sans rien) + rinçage (uniquement) pour essayer de ‘sauver’ mon linge.
        Bon, j’essaierai une nouvelle fois en baissant la quantité de soude, utilisant des balles et nettoyant au préalable ma machine, et je te dis !
        Merci beaucoup en tout cas, Hélène, et désolé pour les tracas !

        1. Non, c’est rien, il faut toujours des ajustements. J’ai récemment essayé une technique de lavage pour mon lave-vaisselle, trouvée sur internet et apparemment infaillible, et il m’a fallu plusieurs semaines pour arriver à éliminer les traces blanches qui apparaissaient sur mes verres alors que la blogueuse garantissait un résultat nickel. C’est d’ailleurs là que l’on voit à quel point les lessives du commerce sont moches : elles marchent chez tout le monde, quelle que soit la qualité de l’eau, l’âge de la machine, etc… c’est bien parce qu’elles sont gavées de trucs chimiques pour marcher à tous les coups, chaud, froid, calcaire ou pas calcaire…

          Et je me dis que ça peut aussi dépendre de tes cristaux : les miens sont tout fins, quasiment de la poudre, donc plus facile à dissoudre, j’imagine.

  20. Bonjour Hélène,

    je ne trouve pas de copeaux de savon de Marseille en paillettes, est ce que des copeaux de savon d’Alep feraient l’affaire ?
    http://www.aroma-zone.com/aroma/fichesoins_alep20paillettes.asp

    Merci d’avance !

    Aline

    1. Aline, tu peux parfaitement utiliser du savon d’Alep !
      Sinon, tu peux aussi acheter du savon de Marseille ou d’Alep en bloc (pour le Marseille, vérifier qu’il n’est pas glycériné et si possible à base d’huile autre que de palme : ça se voit à la couleur, s’il est tout blanc, c’est de l’huile de palme) et le râper toi-même : c’est encore moins cher (plus de 50% moins cher). Je râpe le mien avec une mandoline (celle-là : http://www.kitchenaudition.com/wp-content/uploads/2010/01/superbenrinerintro1.jpg). C’est super rapide, le savon semble dur mais il est en réalité très facile à râper.

  21. Pétronille de l'ouest dit : Réponse

    Bravo pour ce site que je découvre aujourd’hui, via un de mes blogs culinaire préféré (Cléa), et bravo pour ce très bel article qui complète mes connaissances de traitement du linge.
    Deux témoignages de mes expériences en la matière:
    . Les taches de gras ne résistent pas à la terre de Sommière, ou à la poudre Texienne, qui sont je pense tout simplement de l’argile en poudre. Mais je ne sais pas où on peut les trouver maintenant, ma boite poudreuse de poudre Texienne datant de nombreuses années (il ne faut en effet vraiment pas beaucoup de produit pour que ce soit efficace, il suffit de laisse la tache en contact suffisamment longtemps, moi je saupoudre le veille du lavage, et ça reste en contact le nuit, je brosse, et hop, c’est bon).
    2. Pour les taches de fruit, genre myrtille, je trempe la partie tachée (pareil, la nuit) dans du lait (de vache) recette pour les gens qui comme moi sont des petits veaux qui boivent encore du lait, et pas que végétal!.
    Les savon de Marseille et le soleil, c’est aussi un truc efficace, mais pas toujours de saison!
    Finalement, moi aussi je sais être longue!

    1. Merci Pétronille ! On m’a souvent vanté l’efficacité de la terre de Sommière (Texienne, je ne connais pas, c’est différent ?) et je crois avoir trouvé où m’en procurer à Paris : au BHV ! J’irai voir.
      Bon, je n’aurais pas dit les choses comme ça à propos des buveurs de lait ^^ mais je me demande à quoi c’est dû, cette efficacité du lait !!!

      1. Pétronille de l'ouest dit : Réponse

        aucune idée, des « enzymes gloutons »?

        autre remarque, j’avais utilisé il y a très très longtemps un produit à base de bile, fiel? de bœuf pour nettoyer le moquette, c’était très efficace

        1. Oui, c’est ça, fiel ! Il paraît que ça marche vraiment bien, mais comme j’essaie de ne pas consommer de produits issus d’animaux… je passe mon tour, mais je suis sûre que cela en intéressera certaines par ici ! Merci, Pétronille !

  22. Wow !! Super intéressant cet article. Oui, oui…j’ai tout lu, jusqu’à la fin…hi hi !!! J’t’avoue que j’ai beaucoup appris. Je garde précieusement ton billet pour m’y référer afin de faire des changements dans ma lessive :) Merci, hein ?!

    1. Je t’en prie Jessica ! Contente que ça t’ait plu, tu me diras si tu essaies, alors !

  23. J’ajoute aussi, que j’utilise aussi « le savon au fiel », comme détachant……………. Génial

    1. Ah oui, il paraît que c’est en effet très efficace ! Je vous avoue que je ne pourrais pas l’utiliser car c’est fabriqué à partir de bile de boeuf et cela me perturbe un peu… Mais c’est nettement moins polluant que les détachants chimiques du commerce, c’est certain !

  24. Bonsoir,
    Je viens de prendre connaissance de l’article fort intéressant à propos des lessives. Je suis moi-même une adepte de produits naturels, j’en suis très satisfaite.
    J’ajoute que pour les tâches de gras sur les vêtements, je recouvre la tâche avec de l’argile (en pâte), je laisse sécher, et le tour est joué. Sinon il existe de la terre de Sommière, mais je n’ai pas essayé. J’ai toujours de l’argile à portée de main.
    Cependant, j’ai une question. J’utilise des noix de lavage, en alternance avec le percarbonate de soude, je voudrais savoir si ce n’est pas gênant que les noix de lavage diffusent leur savon pendant la phase de rinçage.
    Je continuerai à lire avec intérêt tous vos articles , dans le domaine de la cuisine, de la cosméto, de l’entretien du linge et toutes vos astuces et articles fort interressant. Bravo

    1. Merci beaucoup Muriel ! En effet, l’argile est très efficace pour absorber le gras, c’est pour cela qu’on l’utilise aussi dans les cosmétiques ! Pour les noix, je ne sais pas quoi vous dire : savez-vous à quelle température s’effectue le rinçage ? Si c’est à une température inférieure à 30°, il me semble que les noix ne libèrent pas de savon. Si c’est à plus de 30°, effectivement il y aura de la saponine dans l’eau de rinçage.
      Merci pour ce gentil mot, en tout cas !

  25. Bonjour, est-ce que le savon de Marseille ne risque pas de boucher les tuyaux de la machine à laver? Du coup, ne faut-il pas augmenter la température de lavage pour être sûr que le savon reste liquide? Merci!

    1. Bonjour Cécile, c’est vrai que j’ai déjà lu cet argument en défaveur du savon de Marseille… C’est pour cela que je n’utilise pas les copeaux directement dans le tambour, ce qui nécessite une température élevée pour les faire fondre, avec le risque que des petits morceaux encore durs aillent encrasser la machine. Dans ma recette, liquide, le savon est déjà fondu ce qui permet d’éviter ces accidents. Je lave mes habits à 30 ou 40° et la laine à froid et je n’ai pas de souci ! Il faut aussi régulièrement faire un cycle de nettoyage de la machine (avec de l’acide citrique par exemple comme cité dans mon article), à très haute température (90° si possible, c’est plus efficace). Pas de panique !!!
      Une chose quand même à propos du savon de Marseille, c’est que la plupart des copeaux vendus dans le commerce contiennent de la glycérine, ce qui abîme les machines à laver. Il faut donc veiller à acheter des copeaux non glycérinés. C’est la seule chose à surveiller !

      1. Salut à tous et toutes (surtout toutes je crois :)) ! Cet article est top, je l’ai partagé autour de moi ;) j’utilise la lessisve savon de marseille depuis un bon moment maintenant. C’est top, mais il y a un petit problème : ma machine a tendance, assez rapidement, à se couvrir d’un voile un peu crasseux, que je pense être dû à la glycérine en effet… L’inox du tambour semble propre, mais en frottant un peu avec le doigt, l’extérieur du tambour semble « crasseux ». J’ai fait deux lesssives à vide à 90, une avec 1L de vinaigre, l’autre avec de l’acide citrique: j’en suis à peu près venue à bout, mais pas totalement… Avez-vous déjà rencontré ce problème ? Et où trouvez vous du savon de marseille SANS glycérine ? Toutes mes recherches sur le net, pour en trouver en France, s’avèrent infructueuses jusque-là… Merci d’avance ;)

        1. Ah, pas facile, en effet. Je trouve du savon de Marseille sans glycérine dans mon magasin bio, au rayon des produits d’entretien. Il s’agit d’un gros cube vert olive…

          1. Bonjour,
            Bravo,très complet votre article. Je fais depuis peu tous mes produits ménagers, dont la lessive au savon de Marseille, le cube vert de chez Marius F. sur internet, que je râpe aussi à la mandoline. J’en ai racheté cette semaine de la même marque mais revendue sur un autre site spécialisé dans le bicarbonate, et là j’ai un petit souci: mon savon doit être trop « frais » , je n’ai pas pu râper le tout, il est trop gras et mou au milieu, et sent très fort. Croyez-vous que ma lessive sera aussi efficace? Comme j’en ai acheté 2 gros cubes de 600g, pour les prochaines préparations, je les ai coupés en tranches et mis à sécher! Qu’en pensez vous ? J’espère que çà ira ! … moi, je mets 1 verre à moutarde comme quantité pour 1 lessive.

            1. Ah… Non, ne vous en faites pas, cela marchera aussi !

  26. On est basique pour la lessive, copeaux de savon de marseille et vinaigre blanc. Les jours de fête on met de l’HE de lavande dans le vinaigre ;)
    Je note pour une prochaine fois l’astuce du savon de marseille à sec sur une tâche avant machine, car j’ai des tee-shirts de mon fils qui ont gardé de jolies traces oranges de purée de carotte…

    1. Aïe, si tu les as déjà lavées à chaud, ces taches, ça risque d’être un peu plus difficile. Je crois que l’alcool ou le vinaigre blanc les font bien partir mais plutôt quand elles sont fraîches. Tu devrais essayer le percarbonate (j’essaierais bien de faire tremper les vêtements tachés dans de l’eau avec du percarbonate puis de les laver) s’il s’agit de vêtements blancs/clairs. Sinon, on m’a toujours assuré que la meilleure façon de faire partir les taches, c’est de sécher le linge en plein soleil (ok, valable l’été et si on a un jardin…).

  27. Bonjour Hélène ! Merci pour cet excellent article. Je suis une adepte du savon de marseille et du vinaigre blanc depuis très longtemps. En fait, je n’utilise plus les lessives et assouplissant de supermarché depuis une réaction allergique d’une de mes filles il y a plus de 15 ans et je confirme que les anciennes méthodes sont les meilleures. Ma grand-mère (qui aura 100 ans en 2014 et qui a une super pêche !) que j’accompagnais au lavoir pour laver son linge quand j’étais enfant, m’a appris beaucoup de choses sur l’entretien du linge de façon naturelle. Entre autres pour détacher une tâche de graisse, appliquer du savon sec de marseille sur la tâche, laisser agir et frotter ensuite à l’eau tiède voire chaude. Cela marche à tous les coups! Bonne journée et bonne semaine. Bises Agnès

    1. Merci pour l’astuce, Agnès ! Moi, ce qui me fait fanstasmer, c’est l’odeur du linge qui a séché au grand air… C’était ça chez mes grands-parents et, franchement, ça change tout.
      C’est génial pour ta grand-mère ! Elle a donc le même âge que celle de mon amoureux, qui a fêté ses 99 ans le mois dernier (sa grand-mère, pas mon amoureux) !!! Elle a aussi une pêche d’enfer !
      Bonne semaine à toi aussi !

  28. Et Vive The Big Bang Theory !!!!!!!
    blague à part, merci pour tous ces articles ^^

    1. Bien joué, Delphine !!! Je t’en prie !

  29. Merci, Hélène ! Encore un tas d’info intéressantes. Le vinaigre blanc et le bicarbonate sont décidément indispensables (entre le linge, l’armoire, les cheveux et j’en passe … !).
    Je n’avais jamais pensé à laver mon armoire … je la dépoussière déjà trop rarement … mais faut dire que je n’ai jamais eu de problème de mites. Quelle galère dis !
    Joli travail, tu assures Mme la ménagère de moins de 30 ans :)

    1. Hihihi, ça fait du bien, ça te force à vider tes placards et là tu te dis : mais qu’est-ce que ça fiche là, ça ? Et hop, c’est propre et tu as fait le tri ! ;-) Ménagère de moins de 30 ans, c’est tout moi, ça. J’aurais dû vivre un siècle plus tôt !!!

      1. Hier j’ai pris un thé à 14h.
        Du coup, impossible de dormir avant 1h du mat … alors j’ai vidé mon armoire ^^. Bon j’ai juste fait la poussière mais ça m’a au moins permis de retrouver un pull que je pensais avoir oublié en France :D
        Bref, je voulais surtout de poser une question sur les odeurs. J’ai de vieux vêtements que j’aimerai pouvoir mettre mais voilà des odeurs sont bien incrustées (genre tu as fait un marathon tous les jours pendant 15 jours avec). J’avais essayé il y a un petit moment de chasser ces odeurs en faisant tremper dans du vinaigre blanc, en versant de l’eau bouillante +/- lessive. J’en avais fait voir un peu de toutes les couleurs à mon linge. Une fois j’ai cru que ça avait marché. Puis j’ai trouvé que l’odeur revenait assez vite en fait. Tu aurais une astuce ?

        1. Le bicarbonate est un bon chasseur d’odeurs ! Mets-en beaucoup dans une bassine, avec de l’eau, et fais tremper 1 nuit. Je trouve ça efficace. Sinon, un truc que faisait ma grand-mère : une grande marmite d’eau bouillante et on suspend le linge au-dessus pour que la vapeur qui s’échappe entraîne les odeurs (elle ajoutait des fleurs de lavande dans l’eau, on peut mettre de l’huile essentielle…).

          1. Merci beaucoup ! J’essaierai le bicarbonate d’abord :)
            Je vois des HE partout … mais je n’ai jamais utilisé. Est ce qu’on utilise les mêmes pour des utilisations différentes (nourriture, produits de beauté, produits ménagers), ou sont-elles spécifiques ?

            1. Au fait, le bicarbonate sur des vêtements foncés, pas de problème ?

              1. Nickel, ça n’est pas décolorant !

            2. Non, ce sont les mêmes en général (enfin, il faut vérifier qu’elles soient de qualité alimentaire, mais c’est le plus souvent le cas). Après, certaines ne sont pas comestibles ! Celles qui le sont peuvent donc être utilisées pour plein de choses différentes. Par exemple, j’utilise l’HE de citron pour parfumer le savon liquide que j’utilise pour me laver les mains quand je cuisine, mais je l’utilise aussi pour parfumer des cakes au citron. Lance-toi, l’HE de citron est la première que j’ai achetée de ma vie ^^ elle sent divinement bon !

          2. Bonjour, pour les odeurs de sueur sous les aisselles qui restent sur vêtement propre, j’utilise du vinaigre blanc et de l’huile essentielle de tea-tree.

            Je vaporise le vinaigre blanc pur sur l’aisselle de l’habit (vinaigre pur mis dans un spray, car j’ai trouvé ça plus pratique que la bouteille de vinaigre à faire couler dessus).
            Puis je mets du tea-tree sur la même zone du centre de l’aisselle vers l’extérieur (nombre de gouttes mis au pif).
            Je mets ce linge à laver après un temps de pause totalement aléatoire (en fonction de ce que j’ai à faire avant de faire tourner la machine à laver) mais je pense qu’en le mettant de suite à laver, le résultat devrait être ok.

            Depuis peu, j’ai mis le tea-tree pur dans un flacon aluminium récupéré d’un ancien produit + une pompe aluminium spray (tout cela vient de chez aromazone) et je met un coup de spray, parfois deux ou trois si j’ai mal visé (pas plus, ça fait beaucoup d’huile essentielle utilisée je pense). A noter qu’après être vaporisée, j’ai remarqué que l’huile essentielle perle/coule un peu le long du bouton poussoir puis le long du flacon, donc attention à l’endroit où le flacon est posé. Autre solution à envisager pt ?

            J’ai essayé une mélange vinaigre+tea-tree dans un spray mais la pompe ne fonctionnait plus (c’était comme si je pompais dans le vide mais rien ne sortait). J’ai cassé deux spray venant d’anciens produits de supermarché avec (je ne sais pas quel phénomène peut causer ça ?).

            J’use pt trop d’huile essentielle que ce soit par la méthode en goutte à goutte ou par la méthode en spray. Les odeurs sont parties jusqu’à présent et ne sont pas revenues. Si ma transpiration sent mauvais, je mets le haut qui a subi les dommages de côté pour son traitement.
            Auparavant je saupoudrais du bicarbonate en premier, mais je m’en passe à présent et ça marche aussi.

            Je n’ai pas encore testé le trempage toute une nuit des vêtements dans de l’eau et beaucoup de bicarbonate. En y trempant la partie exposée à l’aisselle, c’est sans doute moins onéreux que ma solution. Il faudrait que je tente un jour.

            J’espère que cela fonctionnera pour d’autres :)

            1. Bonjour Charlène, merci pour tes explications détaillées ! J’ai aussi remarqué que les vaporisateurs en plastique que j’utilise avec un mélange vinaigre / HE tea tree ont tendance à « mourir » les uns après les autres. Mais je me demande si ça n’est pas aussi parce que je fais macérer du citron dans mon vinaigre de nettoyage pour augmenter son efficacité : peut-être que de petits morceaux de citron se bloquent dans la pompe…

              Je vais essayer tes astuces, notamment pour mes vêtements de running, pour lesquels la lessive au savon est parfois insuffisante. J’essaierai bien avec de l’HE de citron aussi, mais je ne sais pas si c’est aussi désodorisant que le tea-tree.

              Pour les vêtements très fragiles (genre t-shirt blanc), si j’ai transpiré, je le fais tremper 1 nuit dans un mélange d’eau savonneuse + percarbonate de soude. Ca enlève les taches et je trouve que ça désodorise aussi.

              Merci encore !

  30. Merci j’ai beaucoup appris de ma lecture. Je suis justement à la fin de ma lessive industrielle « écologique » et j’ai encore des copeaux de Marseille à la cave. Je vais proposer à ma Jeannette (ma fille de 11 ans) de le faire ensemble (écologie et éducation ne doivent pas se séparer) et on décorera notre bouteille et on l’appellera la « Belle Hélène », notre façon de te remercier (je dis « tu » si tu le permets) !
    Gaia

    1. Jeannette a beaucoup de chance d’avoir une maman aussi responsable ! Je suis très honorée, Gaia !!! Tu peux bien évidemment me tutoyer :-)

  31. Bravo pour ce super article, méga intéressant et pas long du tout.
    Il tombe à pic car je commençais à en avoir ras-le-bol de ces lessives chimiques. Je suppose que tous les ingrédients proposés se trouvent facilement en biocoop…
    Petite question : peut-on vraiment se passer de pressing ? Je pense aux vestes de tailleurs, manteaux…
    Moi aussi j’ai des culottes Petit-Bateau (et des t-shirts, pyjamas) depuis de nombreuses années (certains t-shirts ont plus vingt ans, à l’époque où la marque était plus abordable qu’aujourd’hui ;-)).

    1. Pas long, tu te moques, là, Martine !! ;-)
      En biocoop je ne trouve pas de savon de Marseille pré-râpé, pour cela je suis allée dans un magasin « classique » et j’ai juste vérifié que ça soit bien 100% huiles végétale, sans conservateurs etc. Mais le reste, oui, je trouve tous les produits carbonatés et l’acide citrique en biocoop.
      Petit Bateau c’est la vie ^^ Pour que ça soit plus abordable, je prends les gammes « fillette » en 16 ou 18 ans. Sinon, Monop fait des culottes dans le même genre (et pareil, avec des tailles « fillette » assez grandes pour moi). Bon, je n’imaginais pas que le sujet de la petite culotte en coton était aussi fédérateur ^^

      1. Non, non, sincèrement je ne l’ai pas trouvé long. Je l’ai lu avec beaucoup de plaisir, il est bien écrit, il y a pleins d’informations, donc que demander de plus ? On ne va tout de même pas se plaindre de sa longueur ! :-)
        Et puis me moquer de toi ? Je ne me le permettrais pas ;-)
        Petit Bateau… A ma connaissance, la gamme fillette n’existe plus. C’est soit fille jusqu’au 12 ans, soit femme jusqu’au XL. Je râle sur les prix pratiqués de la marque parce qu’ils sont devenus, depuis plusieurs années, « à la mode » et je trouve qu’ils en profitent un peu trop. Mais j’avoue que leurs vêtements sont de très bonne qualité et qui durent longtemps malgré de nombreux lavages.

        1. Merci, je comprends donc pourquoi je ne trouvais plus mon 16 ans alors ! Et c’est vrai que PB s’est beaucoup fashionisé… En tout cas, ça vieillit bien et quand c’est trop vieux ça fait des pyjamas super.
          C’est gentil pour l’article, ça me fait plaisir !!!

  32. Voilà de quoi honorer notre beau linge et voilà aussi ce qui s’appelle un bel exposé !
    Merci, chère Hélène,
    Je t’embrasse

    1. Merci, Louison ! Je t’embrasse

  33. Bon, je n’ai pas tout, tout lu (je garde en réserve pour plus tard ^^), mais bravo pour ton article, Hélène ! Du coup, je crois que je vais attendre un petit peu pour sortir le mien… trop honte, là !
    Tu te ruinais en pressing ? J’avoue, je n’ai jamais mis les pieds dans un pressing de ma vie… En internat, c’était lavage à la main dans le micro-lavabo de ma chambre de 3 m2 et, une fois tous les 6 mois, grande lessive à la laverie !
    Je me rends compte qu’il y a plein de manière de faire sa lessive écologique ! J’avoue, j’essaie d’éviter le savon de Marseille à cause de l’huile de palme, et je n’ai pas encore testé le percarbonate de sodium. Et puis, je suis un peu barbare : tous les ingrédients sont mixés ensemble, je n’aime pas qu’il y ait mille bocaux à ouvrir ! (enfin, surtout mon chéri…) ;-)
    J’ai pu faire le test cet été en vacances d’une lessive ‘minimaliste’ (savon noir, bicarbonate et vinaigre) et ça n’a pas toujours marché : parfois, aucun souci, parfois, il restait des taches et des traces grises. Je préfère ma lessive maison habituelle !
    En revanche, j’ai honte… je n’ai jamais lavé ma machine à laver ! Merci Hélène pour le rappel !
    Et j’ai ri en lisant tes remarques sur les produits anti-mites… Ma mère et ses boules de naphtaline, toute une histoire ! Elle a fait des stocks quand elle a entendu qu’elles seraient interdites… :-(
    PS : tu lances tes lessives la nuit ?!? Je croyais que c’était même interdit dans les règlements de co-propriété… Sacrée rebelle, Hélène ! :-)

    1. Ah, tu étais déjà écolo ^^ J’avais essayé aussi dans mon lavabo mais 1. Que de l’eau froide et 2. Je partageais ma chambre… donc pas idéal pour faire sécher mes petites culottes ! Le pressing était juste en face…
      C’est plus pratique quand tout est mélangé, c’est sûr, mais j’ai toujours l’impression que si je mélange les ingrédients à l’avance, ils vont réagir et se transformer et devenir moins efficace. Psychologique ? Ca ne m’ennuie pas trop, ça prend trois seconde de plonger la main dans le sachet de cristaux de soude (et de l’essuyer ensuite !!). Si mon amoureux pouvait m’inventer une machine à laver avec des grands réservoirs de lessive, vinaigre et cristaux de soude qui versent à chaque cycle la juste dose de produits, la vie serait si belle ;-)
      Bien vu pour l’huile de palme, mais je ne suis pas totalement anti-huile de palme : glissée sournoisement à grande échelle dans l’alimentation industrielle, je dis non, mais s’en servir comme matière première pour du savon ne me dérange pas trop. Je trouve ça un peu dommage d’utiliser de l’huile d’olive ou autre pour faire du savon et de manger de l’huile de palme. Ceci dit, je n’abandonnerai pour rien au monde mon savon d’Alep pour la douche. Paradoxes, quand vous nous tenez… Ce qu’il faut éviter surtout sont les savons dits de Marseille faits avec de la graisse animale, enrichis de colorants et autres joyeusetés.
      Je compatis pour la naphtaline, ma maman a fait pareil… et dire que j’aimais cette odeur quand j’étais enfant, j’adorais me cacher dans la penderie des parents, entre les manteaux, pour respirer à fond le parfum du goudron :-(
      Moi, rebelle ? ;-) En plus, avec mes balles, ça fait un vacarme… Mais je suis tout en haut de l’immeuble et ma voisine du dessous a sa propre buanderie en-dessous de la mienne, elle m’assure qu’elle n’entend rien !

  34. Merci Hélène pour ce billet plein d’astuces. Pour une tache tenace, de graisse par exemple, je l’enduis de savon mou naturel (D’Or) et je l’enferme dans un récipient pendant 2-3 jours. J’ai des récipients sous vide, mais je ne crois pas que ce soit indispensable. Ensuite je frotte la tache avec une brosse et termine la lessive en machine. Le résultat n’est pas chaque fois à la hauteur de mes attentes, mais cela m’a souvent dépanné. Pour des taches de fruits rouges verser de l’eau très chaude sur la tache. Le tissu doit être tendu au-dessus d’un récipient et l’on verse l’eau de haut, ça marche à tous les coups.

    1. Oui, pour les taches très grasses je n’ai pas trouvé de solution efficace à tous les coups (enfin, mon seul échec a été de la graisse de volaille chez mes parents… moi qui n’en mange jamais c’est un comble !!!), mais en général avec un peu de ténacité on en vient à bout. J’ai déjà lu cette astuce pour les fruits rouges, je n’ai jamais eu à m’en servir mais je le note précieusement pour le jour où j’aurai des enfants par exemple, ça doit sauver la vie !

      1. Bonjour !

        Pour les tâches de graisse ou d’huile, j’ai trouvé le produit miracle : la terre de sommière. On saupoudre un peu de terre sur la tâche et le lendemain tadaa : plus rien. Tout juste si c’est inutile de passer le vêtement à la machine. C’est magique. J’ai sauvé ma robe préférée d’une tâche d’huile d’olive comme çà.
        Sinon pour mélanger les ingrédient pas de souci, je mets les cristaux de soude avec le savon et aucun problème, voir ma recette : http://labalec.fr/delphine/?p=190

        1. Et puis j’ai oublié de dire : pour râper le savon, en robot çà marche super bien ! Et le robot est tout propre après (bien rincer hein, on est d’accord !) ;)

          1. Super info, merci Delphine ! Je le râpe à la main avec une mandoline, c’est encore moins de nettoyage mais c’est plus lent ! J’essaierai au robot.

        2. Oui, j’en ai aussi, c’est magique ! Je n’ai eu à m’en servir qu’une fois et j’ai apprécié ! Je me demande si ça marche sur la cire, en revanche… Merci pour tes conseils précieux, Delphine !

  35. Merci pour cet article ! Je confirme, le percarbonate de sodium c’est juste magique ;)

    1. Oui !!! Team percarbonate !

  36. Coucou Hélène!

    Bravo pour ce très bel article, j’ai beaucoup appris et je le garde précieusement dans mes favoris! Penses tu que je puisse remplacer le savon de Marseille par du savon noir? Je viens d’en acheter un litre en version liquide, et le savon de Marseille que j’ai est solide, ça me semble fastidieux de le râper…

    1. le savon de Marseille se vend en copeaux.

      1. Oui ! Pratique, non ? Mais un peu plus cher, forcément…

    2. Hello Taïa, merci :-) et contente de voir que tu arrives à commenter sur mon nouveau blog ^^ Oui, le savon noir c’est top paraît-il, d’ailleurs j’ai assez envie de tenter ça quand j’aurai fini mes 2 kg de savon de Marseille (autant dire, pas tout de suite !!!). C’est encore plus simple d’emploi je crois, 1 ou 2 cuillères à soupe dans le tambour et hop. Avec les cristaux de soude ou le percarbonate et le vinaigre, tout pareil. C’est en effet assez pénible de râper le savon de Marseille, c’est pour ça que je me suis résolue à l’acheter en copeaux, même si c’est plus cher.

      1. Bonjour Hélène,
        Merci pour le partage de tes recherches!
        Dis, le savon de Marseille en copeaux, tu l’achètes où?

        1. Bonjour Dorothée, ma maman les trouve dans sa droguerie de quartier. Maintenant, j’achète des pains de savon de Marseille à l’huile d’olive (en magasin bio au rayon ménage) et je les râpe à la main : c’est vraiment facile, le savon est moins dur qu’on ne le croit !

      2. Bonjour,
        Cela fait environ 5 ans que je n’achète plus de lessive industrielle. J’ai commencé par la même recette que tu donnes ici. Mais au bout d’un moment j’étais agacée de devoir râper du savon de Marseille, et le pire pour moi était la phase de mélange (ca moussait tellement qu’après je faisais le nettoyage intégral de ma cuisine, en gros je consacrais un jour de repos entier à la préparation de la lessive…). Du coup je me suis penchée sur la question et je n’utilise plus que deux cuillères à soupe de savon noir liquide et des cristaux de soude et HOP dans la machine. Tellement simple que même mon compagnon s’y met! (Alors qu’avant il y avait l’excuse : « Bah oui mais il n’y a plus de lessive de faite… ») Et si il y a des tâches tenaces, ce mélange fonctionne avant le lavage en frottant sur la tâche!
        PS: Oui je réagis trois ans après… Mais je viens juste de découvrir ce blog qui aujourd’hui me parle énormément. Je m’attaque en ce moment à mes produits cosmétiques qui nous envahissent!!!

        1. Super!,, Je vais essayer moi aussi! Ca fait un bout de temps que je cherche une alternative pas trop contraignante. J’avais essayé le mélange au savon de Marseille mais je me suis retrouvée avec un gros amalgame. .. et j’ai perdu patience. Je tente le savon noir 😉

          1. Hello Nenie. Lorsque la lessive au savon M refroidit, elle durcit beaucoup. C’est normal. Il faut l’avoir versée dans un bidon assez large pour avoir encore de l’espace dedans, et le secouer très fort : la lessive se liquéfie à nouveau, et pour de bon (si tu as respecté les proportions que je donne dans l’article). Ca peut aider de poser le bidon sur un radiateur quelques temps avant, si c’est vraiment trop compact.

            1. Merci Hélène, Je reessayerai à la lumière de tes nouveaux conseils. .. Merci pour cet article très instructif! ,

  37. Merci pour cet article, Hélène, j’ai appris plein de trucs moi aussi ! (Notamment que tu portes des culottes en coton Petit Bateau ^^)
    Comme Rose Citron, j’utilise des noix de lavage. Elles viennent de loin, certes, mais le gros sac acheté il y a des mois semble à peine entamé tant nous en utilisons peu malgré notre dizaine de lessives hebdomadaire. Rien à voir avec ma consommation de chocolat qui vient lui aussi du bout du monde ^^
    J’utilise moi aussi du percarbonate de sodium pour le linge blanc et des huiles essentielles, mais pas encore de vinaigre. Je vais m’y mettre dès le retour de vacances !
    Bon week-end !

    1. Génial, Lisa, tu verras le vinaigre c’est parfait ! Forcément pas aussi doux/soyeux/fluide qu’avec un assouplissant moche, mais c’est largement assez doux à mon goût (en plus, si on repasse bien, les vêtements sont toujours doux, non ?). D’aucuns disent que le vinaigre blanc abîme les machines à laver mais la mienne n’est plus si jeune et elle tient la route nickel !
      Je ne te lance pas la pierre pour les noix de lavage, hein, je suis assez convaincue que les produits chimiques contenus dans les lessives tradi ne sont pas non plus made in France mais nous viennent tout droit d’usines asiatiques…

      1. Avec le vinaigre, ce sera toujours plus doux que maintenant, puisque nous n’utilisons plus d’assouplissant depuis plusieurs années. Et je suis sûre que ma machine à laver survivra au vinaigre comme au reste, c’est une warrior ! D’ailleurs, le vinaigre n’aura-t-il pas une action anticalcaire sur la machine aussi ?

        1. Tout à fait juste, mais le vinaigre est cependant trop dilué pour être suffisant comme anti-calcaire. Certains disent que ça abîme les joints ou autres composants mais ça me semble injustifié…

  38. Super article Helene ! J’utilise perso les noix de lavage mais je dois avouer que leur efficacite laisse a desirer… Le percarbonate de sodium, c’est donc simplement ce qu’on appelle de l’eau oxygenee ? Sinon certaines images ne s’affichent pas chez moi…. Et pour les invites surprise…. Aucune idee ! Des bises

    1. Ah zut, moi je les vois toutes… Grrr ! Le percarbonate de sodium, c’est en fait de l’eau oxygénée et du carbonate de sodium. Dans l’eau, il se décompose en l’un et l’autre. L’eau oxygénée existe également « en solo », mais là c’est plus pratique car le percarbonate est solide !
      C’est normal je pense que les lavages au savon comme les noix soient moins efficace que les armes de guerre chimique des supermarchés, hélas, c’est pour cela qu’autrefois on avait des techniques de pré-lavage des taches adaptées à chaque type, et non pas une lessive à tout faire… Bref, à nous de nous adapter, non ?

      1. Bon alors sur mon autre ordi je vois les photos… donc ne fais pas attention a ma premiere remarque, ca doit venir de chez moi et tu as tout a fait raison pour l’efficacite de nos lessives naturelles, promis je ne rale plus ! :)

        1. Ah mais tu peux râler, l’industrie nous a habitués à un résultat top (enfin, pas toujours à vrai dire…) sans se fatiguer, donc c’est dur de se déshabituer et de retrousser ses manches ! Mais qu’est-ce que c’est satisfaisant de se dire qu’on est hors-système ^^

  39. Merci pour cet excellent billet: j’ai beaucoup appris.
    Adepte depuis longtemps du vinaigre blanc comme désinfectant de toute la maison et idéal lorsqu’on a une fosse septique, …je l’utilise aussi comme après shampooing mais je n’aurais pas pensé à l’employer pour le linge.
    Je vais me pencher sur ta recette à base de savon de Marseille car je suis déjà convaincue de ses vertus notamment comme détachant (on frotte la tache quasi à sec, on met au soleil, on recommence à frotter lorsque le savon sèche si nécessaire… et miracle ça part: dernier essai en date une grosse tache de sauce au curcuma sur un pantalon blanc: résultat nickel!)
    Pour les mites je connaissais déjà l’emploi de la lavande qui a tellement de vertu: quant les enfants étaient petits, elle nous a sauvé des poux bien des fois, quelques goutte de HE sur les vêtements et les chouchou dans les cheveux et le tour est joué.
    Mais surtout je note l’emploi du laurier comme anti mite: c’est mon « herbe » préférée en cuisine alors je me réjouie que mes placards en soient parfumés ;-)
    Merci pour ce partage. Bonne soirée.

    1. Merci, Sophie ! Comme après shampooing, ça n’est pas un peu fort ? J’utilise du vinaigre de cidre pour cela, il est réputé ré-équilibrer le pH de la peau.
      Bien joué pour la tache de curcuma, d’après mon expérience, c’est LA plus difficile à faire partir !
      Bonne soirée et bon week-end !

      1. Vinaigre blanc pour les cheveux = même résultat que vinaigre de cidre

  40. J’utilise des noix de lavage, et j’en suis ravie. On les critique en raison de leur provenance lointaine, mais vu le temps qu’elles durent, je me dis qu’il y a pire comme achat non-local… Je mets du vinaigre et de l’HE de lavande pour les draps et serviettes, mais je n’ose pas sur le linge de tous les jours car j’ai lu que ça pouvait abimer certains textiles, et notamment tout ce qui est élastique… Tu as un avis là dessus ?
    Merci pour cet article très instructif, il faudra que je le relise à tête reposée :)

    1. Oui, les noix… j’aime bien l’idée mais comme tu dis, ça vient de loin… Il n’y a jamais de solution idéale :-) Le vinaigre peut en effet attaquer les élastiques, mais normalement pas s’ils sont de bonne qualité ! J’ai des culottes en coton Petit Bateau, certaines depuis 10 ans, et leurs élastiques sont intacts (ouh la la je déballe tout, là ^^)

    2. Quel blog extraordinaire! J’ai mis de côté tous les articles qui me plaisent pour m’y réfèrer plus tard.
      Je vis en Inde alors une grande majorité des produits sont introuvables (le savon de Marseille…). Mais du coup je vais essayer les noix de lavage car en l’occurrence elles sont produites dans l’Hymachal Pradesh juste à côté de chez moi!

      1. Merci ! Tu vis en Inde ! Incroyable, j’aurais tellement envie de savoir comment c’est au quotidien, la vie, la nourriture, la société… ! J’imagine en effet que tu ne trouves pas tous les produits que tu veux mais il y a sûrement des alternatives / équivalents locaux ! En tout cas, contente de savoir que tu me lis depuis l’autre bout du monde :-)

Laisser un commentaire