Tartare de wakamé aux carottes et au galanga

tartare wakamé algues carottes galanga

Un hiver bien trop long, des journées toujours plus chargées… Allons à l’essentiel, simplifions, lâchons parfois prise. Ces dernières semaines, j’ai écouté mon instinct et trouvé l’apaisement dans le sport, dans la lecture et dans la musique.

Je me suis assise devant un piano pour la première fois depuis bientôt dix ans. Ce soir-là, dans mon lit, j’ai pleuré. J’ai ouvert mes vieux livres de botanique. J’ai ri comme une enfant et dansé avec insouciance, bu du bon vin et mangé des gâteaux. A trop prendre la vie au sérieux, on en oublie de la savourer.

Le wakamé, une algue made in France

Le wakamé est une algue brune de la famille des laminaires, souvent utilisée en cuisine japonaise, coréenne ou chinoise. En France, il est cultivé en Bretagne depuis peu, dans des parcs de culture en pleine mer.

Comme toutes les algues, le wakamé est très aqueux : il contient 80% d’eau, et est donc très peu calorique (environ 45 kcal pour 100 g de wakamé cru). Il contient peu de protéines (environ 3 g pour 100 g) et peu de glucides (environ 9 g pour 100 g) et des lipides en quantité négligeable.

La particularité des algues réside plutôt dans leur richesse en minéraux. Ces minéraux proviennent des eaux océaniques, fortement minéralisées, et sont absorbés par les algues tout au long de leur vie. Ainsi contiennent-elles dix à vingt fois plus de minéraux que les végétaux terrestres, en particulier du calcium, du fer, du magnésium et du phosphore.

Les algues sont naturellement riches en iode, un minéral dont la déficience dans l’alimentation, liée à la pauvreté des sols en iode, est combattue par l’enrichissement du sel de table en iode : oui, vous savez, le vilain sel blanc sur la table de la cantine, c’est lui ! Plutôt que ce sel raffiné, transformé et mêlé de produits étranges, préférez une petite poignée d’algues de temps en temps…

Enfin, les algues brunes, dont le wakamé, sont célèbres pour leur richesse en acide alginique. Il s’agit d’un sucre particulier, capable de se lier avec certains minéraux ou molécules pour former ce que l’on appelle des « sels » ou alginates. D’un point de vue nutritionnel, l’acide alginique permet de débarrasser l’organisme des métaux lourds et des polluants accumulés, en s’y liant et en favorisant leur élimination. Les algues, en définitive, c’est detox !

tartare wakamé algues carottes galanga

Tartare de wakamé aux carottes et au galanga

Pour 4 personnes

Le tartare

  • 150 g d’algues wakamé
  • 300 g de carottes nouvelles
  • 2 petites échalotes
  • 60 g de cornichons
  • 60 g de câpres
  • 2 cuillères à soupe bombées de graines de sésame

L’assaisonnement

  • 1 citron
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  • 2 cuillères à soupe d’huile de sésame grillé
  • 10 g de rhizome de galanga (facultatif)
  • 1 cuillère à soupe de tamari

Rincer les algues (si elles sont conservées dans du sel) et les laisser tremper dans un grand saladier d’eau glacée pendant quelques minutes, en changeant éventuellement l’eau une fois entre-temps. Si elles sont déshydratées, on pourra les laisser tremper plus longtemps.

Eplucher les carottes et les couper en grossiers tronçons. Peler et émincer les échalotes. Egoutter les algues, les presser vigoureusement pour éliminer le plus d’eau possible (attention, ça mousse !).

Préparer l’assaisonnement en mixant l’ensemble des ingrédients.

Mixer les algues, les carottes, les échalotes, les cornichons et les câpres par pulsations à l’aide d’un robot : il doit se former une sorte de semoule épaisse. Ajouter l’assaisonnement et continuer à mixer (en continu) jusqu’à atteindre la texture désirée.

Servir très frais, parsemé de graines de sésame légèrement torréfiées à la poêle. Ce tartare est sympa tout seul, mais aussi agréable sur des toasts pour un apéro iodé et rafraîchissant.

32 Replies to “Tartare de wakamé aux carottes et au galanga”

  1. Tu as bien raison, il est essentiel parfois de savoir lâcher prise. Voilà un petit tartare facile et gourmand qui permet de libérer du temps pour d’autres choses :) Merci pour ce partage gourmand :)

    1. Exactement, c’est on ne peut plus rapide ! A bientôt !

  2. J’ai acheté un paquet de galanga frais le w-e dernier du coup il m’en reste. Voilà une bonne idée de recette pour le terminer ! Merci !

    1. J’espère que cela te plaira !

  3. Oh oui, une excellente source ce calcium nichée dans une tartinade gourmande ! J’en fais de temps en temps à la maison, plutôt avec des légumes tirant sur le vert… D’ailleurs, ça fait un moment que je n’en ai pas mangé… Merci ! :-)

    1. Je t’en prie ! Bonne soirée, Géraldine !

  4. J’ai besoin d’algues pour leur iode, et j’utilisais le wakame dans des soupes miso, voila une parfaite recette qui changera un peu !
    J’ai de la chance, l’Australie en produit (ainsi que du quinoa et du chia).
    Bon courage Helene pour tes semaines chargees !

    1. Mais quel pays de rêve, l’Australie ! Existe-t-il quelque chose qu’on n’y trouve pas ? ;-)
      Merci, Charlotte :-) quand ce sera le printemps, ça sera plus facile !

    2. En Australie on ne trouve pas de câpres ni de cornichons… à part en bocaux importés (ou alors je n’ai pas trouvé). Malgré tout j’ai fait la salade, juste pour voir… j’en suis à ma troisième salade en une semaine :) Recette validée, j’ai juste arrété le citron, je trouvais que ça donnait trop d’acidité avec les câpres et le cornichon justement.
      Bonne semaine à toi !

    3. Cool, tu valides ! C’est vrai que je suis devenue résistante au jus de citron, à force d’en mettre partout ^^ Bonne semaine, Charlotte !

  5. Ca a une bien belle tête, j’ai jamais trop exploré les algues, mais ça donne envie, en tous cas.
    Et puis je crois que c’est bien d’écouter son instinct, voilà!

    1. Merci Camille ! Je faisais toujours la même recette de salade d’algues, j’ai eu envie de changer…

  6. Une bien jolie recette et un bien joli message, tu sais me séduire sans le vouloir :-p

    1. Sans le vouloir, certes, mais ça me fait plaisir quand même ! :-)

  7. J’adore les algues ! Je les connais grâce à la cuisine japonaise et je n’aurai JAMAIS imaginé que le wakamé était produit en France ! Le trouves-tu en supermarché celui-ci ?

    Tout ce que tu nous proposes, j’aime ! *cornichons <3*
    Merci Hélène,

    Je t’embrasse :)

    1. Coucou, Rose ! Le wakamé est bien une algue asiatique, mais produite en France maintenant, oui ! Chouette, non ? Il faut quand même bien contrôler les cultures car je crois que c’est une espèce potentiellement très invasive…

      Je le trouve en magasin bio, pas en supermarché conventionnel. Bisous !!!

  8. Encore une recette génialissime !

    1. Rien que ça, hi hi hi ;-) Merci !!!

  9. ah ba ça alors, tu ne peux pas savoir comme tu me sauves la mise car j’ai acheté une boite de wakamé il y a quelques semaines et je ne savais vraiment pas comment les utiliser autrement que dans un bouillon… je redoute aussi le goût trop fort d’algue, mais je vais tester tout de même car ta recette est très tentante !

    1. Contente de pouvoir t’aider :-p c’est dommage de ne pas utiliser ces algues ! C’est certain que le goût marin des algues est un peu déroutant… mais si tu en as acheté, c’est que tu as envie d’essayer, pas vrai ?

    2. et voilà, c’est la 2e fois que nous testons les wakame grâce à ta recette de tartare et pour cette seconde fois, nous allons le faire goûter à des amis… alors merci beaucoup pour cette belle recette, pleine de bonnes choses !

    3. Mais c’est génial ! J’espère que tes amis auront aimé !

  10. On se demandait si tu allais revenir ^^ Je ne sais pas ce qu’est le galanga, c’est la sorte de racine blanche sur ta photo? On trouve ça facilement?
    Ca a l’air hyper frais en tout cas, j’adore les algues!
    Juliette

    1. C’est bien lui, le galanga est un rhizome, comme le gingembre, tout blanc !

  11. Et voilà j’ai l’eau à la bouche…
    Mais à l’exception du rhizome de galanga (heureusement facultatif)j’ai TOUT, donc je vais pouvoir tester tout ça ce wk….et wuoi ;-)
    Merci pour ce partage !
    BiZ

    1. Hum ! J’espère que tu seras conquise ! Le galanga ne plaît pas à tout le monde, c’est peut-être plus prudent de commencer sans ;-)
      Biz !

  12. Très contente de ton retour Hélène! Et le printemps arrive, j’en suis sure!!
    Je ne m’y connais pas du tout en algues, à part le nori que je mets autour de mes makis. Ah si, j’ai gouté la laitue de mer une fois. En fait, je redoute le goût trop salé, le goût de la marée… Est-ce que c’est le cas avec le wakame ?
    Ta recette est magnifique, on dirait presque un taboulé libanais^^ (ce qui me rappelle encore plus l’été que le printemps^^)
    Bon week-end Hélène!

    1. J’en suis sûre aussi, le soleil brille avec beaucoup de bonne volonté, aujourd’hui à Paris…
      Le wakamé, ça sent la mer, impossible d’y échapper ! Mais c’est ça que j’aime, justement, ça sent les vacances…
      Bon week-end aussi, Rose citron !

  13. Que j’aime ta recette… et peut-être plus encore tes mots d’introduction !
    Pas de galanga frais ici, mais du curcuma et du gingembre en rhizomes… allez, dis-moi que ça fera l’affaire ?
    Pas d’algues fraîches non plus et là, je me dis que la France a bien de la chance d’avoir toutes ses côtes : si en Allemagne, on trouve tout un tas de choses chouettes à dévorer, et bien, les algues sont nettement moins monnaie courante ! Je ramène mes algues séchées de France, ou bien je me jette sur les feuilles de nori que je trouve ici. Et maintenant, je crois que niveau iode, il faut même que je fasse attention : je risque l’excès ! ;-)
    Merci à ta jolie recette toute colorée et merci de ton retour par ici, Hélène !

    1. :-) Curcuma, je ne suis pas sûre, gingembre, oui, mais en petite quantité : les cornichons, câpres et algues apportent déjà des saveurs très puissantes !
      A bientôt, Ophélie !!!

  14. Je confirme … tu es aussi dans ta période  » algues  » ^^
    Ton petit tartare me plait bien. J’utilisais régulièrement du galanga lorsque j’etais en Californie mais la Russie, de par son manque d’exotisme a mon simple avis ( ?! ), ne m’en propose pas. Je reste donc avec le classique mais ô non moins délicieux gingembre dans le réfrigérateur ! Je pense qu’il conviendrait très bien aussi dans ton tartare. Je me régale d’avance ^^
    Bon WE Hélène et continue de savourer la vie surtout ^^

    1. Oh, c’est vrai que cette racine n’est pas facile à trouver… Je crois aussi que le gingembre irait, mais il est plus fort que le galanga : j’en mettrais très peu, ou je n’en mettrais pas !
      Bon WE aussi, Laurence !

Laisser un commentaire