Salade et tartinade de patate douce crue à la bergamote

salade tartinade patate douce crue bergamote

Autrefois, le mois de janvier était celui des résolutions. Le premier janvier, commençait un combat sans merci contre mes défauts et mes faiblesses, contre mes excès et mes lacunes. Le premier janvier s’installait l’urgence : plus tard, c’était trop tard. Le premier jour de l’année, je ployais sous le fardeau de mes résolutions.

Les années ont passé. Certains défauts se sont estompés. Les autres ont sculpté mon caractère. Certains excès ont disparu. D’autres ne m’ont pas quittée et ont orienté ma vie et mes choix. Chaque jour, j’apprends à apprivoiser mes faiblesses. En réalité, les résolutions du nouvel an n’y sont pas pour beaucoup.

Avancer ou reculer. Essayer. Réussir ou échouer. Souffrir ou être heureuse. Faire souffrir ou rendre heureux. Décider ou hésiter. Oser ou renoncer. Se révolter ou accepter. Résister ou succomber. Avoir tort ou raison, peu importe, si l’on comprend pourquoi. La vie n’est pas une succession de bonds d’une résolution à l’autre. C’est un chemin continu. Sinueux, accidenté et parsemé d’ornières, oui, mais un chemin malgré tout.

salade tartinade patate douce crue bergamote
salade tartinade patate douce crue bergamote

L’alimentation, dans ma vie, a été un apprentissage permanent. Plus jeune, je décidais, au nouvel an, tour à tour de maigrir ou de prendre du poids, ne voyant dans l’alimentation qu’une variable d’ajustement et non le moyen de me réconcilier avec mon corps.

A présent, plus rien n’est décidé à l’avance. Seulement, je renouvelle chaque année un vœu celui de privilégier, toujours, l’alimentation qui me convient, qui me rend heureuse et respecte mon corps comme mes convictions. Celui d’apprendre à ne pas me priver, ou, au contraire, à ne pas commettre d’excès. Celui d’accepter mes choix, pour ne pas les subir.

J’ai compris que les dogmes n’étaient ni sains, ni supportables. Crudivore, végétalienne, végétarienne ? Flexitarienne ? Végane ? Locavore ? Tout à la fois ou rien de tout cela ? Me nourrir de graines germées, collectionner les super-aliments venus du bout du monde ? Calquer mon alimentation sur celle des autres, fussent-ils meilleurs et plus avisés que moi ? Je ne le crois pas.

salade tartinade patate douce crue bergamote

S’il est une qualité que ma courte vie m’a appris, m’apprend et ne cessera, je l’espère, de m’apprendre, c’est l’indulgence. Accepter d’être faite comme je le suis, extérieurement et intérieurement. Ne pas renoncer à tendre vers cette version idéale et idéalisée de moi-même que je désire être, non ; mais sans m’imposer l’impossible. Sans juger avec sévérité ce que je crois être un échec. Sans perdre espoir en ma capacité à mieux faire. Sans me soumettre aux règles et aux normes édictées par d’autres.

En 2013, je contemple mes tâtonnements passés, présents et futurs avec indulgence. Je fais le vœu de voir toujours plus clair en moi-même et en ceux que j’aime, avec tendresse et bienveillance. Sur ces bonnes paroles, je vous laisse avec une salade et une tartinade orangées. C’est la saison des bergamotes, je compte bien user et abuser de ce délicieux agrume, mi-orange, mi-citron, dans les semaines à venir.

salade tartinade patate douce crue bergamote
salade tartinade patate douce crue bergamote

Salade et tartinade de patate douce crue à la bergamote

Pour 2 – 3 personnes

La salade

  • 300 g de patate douce crue
  • 2 tiges de cébettes
  • 100 g de cranberries fraîches
  • 30 g de graines de chanvre
  • 1 poignée de persil effeuillé
  • 2 cuillères à soupe d’huile de sésame
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 bergamote
  • 1 demi-cuillère à café de miso noir
  • 1 demi-cuillère à café de sucre de canne
  • 75 g de pourpier

Râper la patate douce. Rincer les cébettes et les cranberries. Émincer les cébettes. Couper les baies en deux. Mélanger les fruits et légumes et ajouter les graines de chanvre (éventuellement trempées 12 heures dans un grand volume d’eau) et des feuilles de persil.

Mixer l’huile de sésame, le vinaigre de cidre, le jus de la bergamote, le miso et le sucre de canne. Arroser la salade, mélanger. Servir sur un lit de salade verte (ici, du pourpier).

La tartinade :

  • 400 g de patate douce crue
  • 2 bergamotes
  • Un peu d’eau (pour mixer)
  • Le zeste d’une demi-bergamote
  • 1 cuillère à soupe bombée de purée d’amandes complète

Détailler la patate douce en petits dés. Prélever le zeste d’une demi-bergamote et presser les deux agrumes. Dans un blender, mixer la patate douce et le jus de deux bergamotes. Ajouter une petite quantité d’eau si nécessaire. Ajouter le zeste de bergamote (augmenter les quantités de zeste au besoin) et la purée d’amandes. Mixer jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Servir avec du pain complet ou, comme moi, du pain essène.

59 Replies to “Salade et tartinade de patate douce crue à la bergamote”

  1. Bonsoir Hélène….Je suis une très grande….nouvelle « fan » de votre excellent blog…Je suis américaine et je me sens « chez moi » avec votre philosophie de la cuisine ….et la vie en général. Vos images…vos sages paroles…et tes merveilleuses recettes inventives ….la totalité.

    Cette salade est un vrai bijou…et j’aime tellement la fait que vous avez utilisé la patate douce crue…car moins glycèmique que quand c’est cuite. J’ai encore « peur » des hydrates de carbone …mais je sais que mon corps en a besoin (je souffre d’une anorexie de longue date (plus de dix ans), et cette recette me stimule d’essayer de pas seulement la préparer pour « les autres »…mais de partager leur plaisir (qui va être certainement se produire!)

    Touts mes excuses pour mes fautes d’orthographe…mais je suis en train d’apprends votre belle langue…et j’arrive mieux oralement qu’a l’écrit! Je vous souhaite une excellent semaine et merci pour votre partage (sur la cuisine…sur la vie) si généreuse.

    1. Bonjour Donna, votre français est impeccable, félicitations ! Merci pour ce très, très gentil message, je suis touchée et ravie que mon blog vous plaise. Je vous souhaite beaucoup de courage dans votre lutte contre votre E.D., manger sainement est un moyen de surmonter l’anorexie ! A bientôt !!!

  2. Coucou Hélène !
    Je souhaitais de te dire que j’avais testé salade et tartinade et que je m’étais régalée, un grand merci ! Je me suis donc permis de mettre cette recette à l’honneur dans nos Menus VG aujourd’hui ! :) Un vrai régal !! Je t’embrasse, Lili

    1. Oh, c’est trop gentil ! Merci, Lili, je suis contente que ça t’ait plu !

  3. Oh oui alors, un message très parlant, très incarné, réaliste et optimiste.
    Les variables d’ajustement au quotidien sont plus palpables que les ‘grandes résolutions’, bravo pour ton blog que je découvre et pour ce message bien ancré. Belle année 2013 !

    1. Merci, Elise ! J’espère que ça n’est pas non plus un message trop pessimiste ! Bonne année à toi aussi et à bientôt !

  4. Coucou Hélène,
    Je te passe le couplet sur la patate douce crue… Je découvre aussi! et j’adopte cette jolie recette pour mes menus de la semaine prochaine, que je prépare activement!…
    Tes photos sont superbes et ton article touchant! Sage à souhait!
    Faire de son mieux, quoi que l’on fasse!
    & Le mieux est l’ennemi du bien …
    2 petites phrases qui m’accompagnent très régulièrement!
    En tous cas, merci pour ce partage qui a beaucoup ému manifestement!
    Belle semaine à toi!

    1. Hi hi hi, alors il ne te reste plus qu’à essayer, Patricia =) Merci pour ton gentil mot, je suis très touchée ! Bonne semaine à toi aussi.

  5. ici, je suis sure de ne pas trouver de bergamote ni cannegerge ni de pourpier…la patate douce par contre (et s’en est étonnant) il y en a dans les supermarchés du fond du Poitou!

    1. Eh bien, c’est incroyable ! Enfin, tant mieux, je veux dire !

  6. Hello! Magnifiques photos, si colorées!
    Pleines de vitalité! La « mise en scènes », la luminosité…
    La purée de patate douce crue oui oui oui!!
    Je l’ai testé un peu par hasard il y a une ou deux semaines.
    Une pure réussite gustative. Que ceux qui sont satisfaits de leur purée de patate douce cuite et archicuite, fumante et lourde se tiennent bien.
    Au plaisirs de revenir passer un peu de temps sur ton blog

    1. Un Monsieur, ici ? L’évènement est suffisamment rare pour être signalé :-)
      Merci pour tous ces compliments et bien d’accord avec vous, la purée de patate douce cuite, c’est bon, mais crue, c’est simplement délicieux… ça tient juste moins chaud ! A bientôt, alors !

  7. Quelle belle écriture ! Merci pour ce beau texte, cette recette et ces très très belles photos !
    Bonne année gourmande Hélène !
    BiZ

    1. Merci Natalie, bonne année à toi aussi, je sais déjà qu’elle sera très gourmande chez toi ;-) ! Et merci pour la citation de mes recettes dans les menus VG du vendredi, je suis à chaque fois très honorée ! A bientôt !

  8. Et bien pour moi aussi, c’est une découverte d’apprendre que la patate douce se consomme crue, je vais m’empresser de tester ;)

    Ton article est très bien écrit, mais je suis déçu, tu n’as pas fait le vœu pour l’année 2013 de … porter des talons hauts :D (à moins que ce soit déjà fait ! :D)

    Bisous Hélène

    1. Dis-moi si cela te plait, alors ! Oh, j’ai encore besoin d’entraînement pour les talons, un quart de siècle à plat, ça ne se rattrape pas en quelques mois ;-) ! Bises, Val !

  9. Très jolie recette, je n’aurai jamais eu l’idée de manger la patate douce crue!
    (PS : j’aime beaucoup tes petits bols ;))

    1. Merci Marie ! J’ai craqué sur ces jolis bols… et maintenant, je cherche partout le reste de la collection !

  10. Comme d’autres ci-dessus, je découvre qu’il est possible de manger de la patate douce crue… on en apprend tous les jours décidément !
    Ce qui tombe bien, c’est que j’ai de la patate douce au placard qui attendait sagement d’être cuite, mais peut-être devrais-je m’armer d’audace et tenter autre chose ?
    En tout cas bravo pour ces belles recettes, belles photos, et beau billet. Bonne année !

    1. Eh bien, essaie, ça change ! Je trouve la patate douce râpée meilleure que les carottes râpées, pour ma part… Merci, Daryouchka, bonne année à toi aussi !

  11. Alors ça je n’aurais jamais imaginé que la patate douce pouvait se manger cru, ça a quel goût? Parce que la pomme de terre crue, bof! J’adore cette inventivité. Moi aussi je fuis les résolutions du 1 janvier, disons que ça ne m’a jamais réussit. Ton texte est beau, tu écris vraiment bien. Bisous,
    Juliette

    1. Hello Juliette ! Et si, c’est possible ! La patate douce n’est pas une cousine de la pomme de terre (elles n’appartiennent pas à la même famille botanique) et crue, son goût ressemble à celui de la carotte, en plus doux et plus sucré, tirant vers la châtaigne. Merci pour ton gentil mot ! A bientôt !

  12. Quelles belles recettes!! je ne savais pas que la patate douce pouvait se manger crue, tu m’apprends quelque chose!
    Quant aux bonnes résolutions, je suis de celles qui n’en prennent pas, je trouve cela trop radical, et avec une perspective d’échec annoncé qui ne me réjouit guère… Je préfère évoluer doucement que par palier, ça me correspond plus…

    1. Eh oui, toute crue, et c’est succulent, plus doux et plus sucré que de la carotte, par exemple. J’aime bien ton expression, échec annoncé, oui, c’est malheureusement souvent ce qui m’est arrivé !

    2. Moi aussi malheureusement! mais petit à petit, j’ai appris à essayer de ne plus me mettre dans ces situations d’échec annoncé, c’est agréable de prendre soin de soi…

    3. C’est juste ! C’est être sévère avec soi-même que de vouloir corriger de force ce qui ne nous convient pas. Au risque même de se tromper de bataille ! Je suis bien plus sereine à présent.

  13. Un post bien philosophique, j’ai pris beaucoup de plaisir à te lire.
    Et de bien jolies recettes, je n’avais jamais pensé à la patate douce crue !
    Des bisous.
    Emilie

    1. Tente, alors, c’est délicieux ! Merci pour ton gentil mot !

  14. Que c’est joli toutes ces couleurs ! J’en ai pris plein les yeux et j’ai appris plein de trucs grâce à ton article ! Merci beaucoup

  15. C’est fou je n’aurais jamais pensé que l’on pouvait manger la patate douce crue ! Merci pour l’info :)
    Et ça me donne bien envie d’essayer, merci !

    1. Eh si ! Et c’est très bon, essaie donc !

  16. Ce petit plat est magnifique ! Merci beaucoup pour ce superbe partage joliment mis en photo !

    Les mots qui précèdent me parlent : « Accepter d’être faite comme je le suis, extérieurement et intérieurement. Ne pas renoncer à tendre vers cette version idéale et idéalisée de moi-même que je désire être, non ; mais sans m’imposer l’impossible. Sans juger avec sévérité ce que je crois être un échec. Sans perdre espoir en ma capacité à mieux faire. Sans me soumettre aux règles et aux normes édictées par d’autres. »
    Les résolutions de début d’année (ou de fin d’ailleurs), ça n’est simplement jamais entré dans ma réalité. Mais me rapprocher de ce que je suis vraiment, m’accepter telle que je suis aujourd’hui, tout en ne renonçant pas à m’approcher de celle que j’ai envie d’être, le tout évoluant sans cesse, ça ressemble à ma réalité. Trouver l’équilibre, son équilibre au jour le jour, je crois qu’on peut se le souhaiter pour 2013 et tous les ans ! Bises ;-)

    1. Merci Nath’ Pigut :-) C’est vrai, on se construit au jour le jour et le plus bel aboutissement, c’est d’arriver à se connaître !

  17. Belle philosophie, saine et réaliste ! Bravo pour ton ouverture d’esprit que j’apprécie particulièrement.
    Comme dirait mon amoureux : ma résolution c’est de ne pas prendre de résolution que je ne tiendrai jamais ! Pour la nouvelle année, j’aime bien faire un bilan des mois passés, voir ce qui m’a réussi et simplement continuer dans cette voie. Longue vie à toi et ton joli blog ! :-)

    1. Merci, Géraldine ! Ton amoureux est bien clairvoyant ! Moi aussi, je profite de ce moment pour dresser le bilan, avec indulgence, bien sûr !

  18. De jolies recettes, toutes colorées, pour bien commencer l’année sous le signe de la vitalité, et un bien beau texte, non pas sombre, mais juste et qui témoigne de ce dont nous avons tous besoin : la clémence envers nous-même.
    C’est amusant, je n’ai moi-même jamais pris de résolutions de nouvelle année, sûrement parce que je n’ai jamais marqué beaucoup d’importance pour le changement de calendrier, et peut-être aussi, inconsciemment, parce que je voulais m’épargner des déconvenues au moment de dresser le bilan… de toute ma petite vie, j’ai appris une chose : l’idéal doit y figurer, mais il ne doit pas me viser. Toujours avoir en tête une idée vers laquelle tendre, mais pour ce qui m’environne et non pour moi-même. Je préfère tenter de marcher vers ma propre essence, telle qu’elle est et non telle qu’elle devrait être… mieux vaut Atlas que Damoclès ;-)
    Allez, disons que 2013, ce sera encore une année qui nous rapproche de nous-même ;-) Et en tout cas, qui nous rapproche encore et toujours plus de la gourmandise rêvée… tes recettes sont sublimes !

    1. Merci, Ophélie ! En fait, je suis comme toi, à présent le changement d’année n’a plus vraiment d’importance. C’est l’heure des bilans, certes, mais plus celle des résolutions. Allez, retrouvons-nous encore un peu plus en 2013 !

  19. Je te souhaite une année douce où tu continues à t’épanouir, et grandir :-)

    Je ne te l’ai jamais dit, mais j’aime beaucoup tes bols :-)

    1. Merci, Mély ! En compagnie de ton chaudron, j’apprends tous les jours ! Bonne année à toi aussi. Ces bols, je les ai trouvés dans la boutique les Touristes dans ma rue à Paris, mais je crois qu’on les trouve un peu partout en fait (sur le site d’Anthropologie US, je les ai aperçus aussi).

  20. Mais? Mais? Ca se mange cru la canneberge? La plupart des Ricains me disent que ca ne se consomme que cuit (les autres disent que ca ne se consomme qu’en jelly: infame!). Que d’occasions ratees…

    C’est un post bien serieux aujourd’hui, presque sombre mais tourne vers la lumiere; faire des erreurs, les accepter et apprendre d’elles, c’est une demarche scientifique aussi bien qu’un chemin de vie. Je vous envoie un chaud soleil pour eclairer le gris de la capitale que nous venons (deja…) de quitter. Et tous mes voeux pour une annee sereine.

    1. Bonjour Nanette ! Voui, voui, ça se mange cru, mais je comprends que nos amis ricains n’aiment pas : c’est très acide et amer à la fois, pas du tout sucré. Bref, on est loin des standards gustatifs de votre grand pays d’accueil ;-). J’imagine la jelly, pouah ! Je ne les connaissais qu’en version séchée, plutôt sucrée (mais j’en viens à me demander si l’on ne rajoute pas du sucre). Bref, je trouve ça sympa dans une salade.

      Oui, c’est vrai, c’est un peu scientifique, la vie ! Mathématique, même, parfois : problème, théorème, solution, équation à multiples inconnues…

      J’espère que vous quittez la France reposés tous les deux ! Tous mes voeux, Nanette, et à bientôt !

    2. Hé oui, les canneberges sont bien souvent sucrées (souvent un jus de pomme) :)
      Bonne année, et il faut que je goûte les bergamotes, j’en ai jamais mangé encore !

    3. Ho ben les miennes sont acides ! Goûte donc, tu vas mourir de bonheur !

  21. Hélène,

    Encore un article comme tu sais les faire. Ca me chamboule de te lire, de comme « lire en toi », en moi.

    Et puis, la bergamote. Tu sais que moi, gaga de citron (et de clémentine, moins des oranges, trop galères à éplucher), je pensais que c’était une herbe … quelle honte. Voilà, je commence 2013 en apprenant encore une nouvelle chose en cuisine. En plus, quelque chose qui devrait ravir mon palais. Mais comment se fait-ce que je ne connaisse pas ? Est ce dur à trouver ? En ai-je déjà consommé ? Confondue avec un autre fruit ? Ralala, ça ne va pas du tout.

    Merci Hélène, pour tout :)

    1. Merci, Rose :-) ça ne devait pas être le post le plus rigolo mais en ce moment je suis en panne d’humour ;-) alors je nous inonde de métaphysique amateur !

      Tu aimerais tant les bergamotes, j’en suis sûre ! Ca n’est pas fréquent, la saison est courte et la zone de production limitée (sud de l’Italie, principalement). MAIS si tu croises des citrons un peu ronds et d’un beau jaune d’or avec les extrémités un peu aplaties et un parfum rappelant le thé Earl Grey, tu as trouvé ! A mon avis tu n’as pas goûté, tu t’en souviendrais ;-)

      Bisous !

  22. Un très joli article et une recette qui m’a l’air aussi belle que délicieuse!
    Si j’arrive à trouver tous les ingrédients (je crois ne pas savoir à quoi ressemble une bergamote ^^) je la réaliserais avec plaisir!
    Bonne soirée!

    1. Alors comme ça tu es une pirate du Bassin ? C’est mon paradis sur terre, je t’envie. Les bergamotes ressemblent à des citrons, d’un jaune un peu plus orangé (comme sur la 3è photo). C’est la saison, tu devrais en trouver dans les magasins bio, je pense ! Bonne soirée !

  23. Quel dommage ….bergamote et pourpier ….impossible à trouver ici !!
    Ton post est touchant et très juste … Je me retrouve dans chaque ligne et chaque mot .
    Comme toi , pas de résolutions ,mais des petits changements en douceur , des réajustements , des tâtonnements , de la nouveauté et puis parfois des erreurs ou des petites boulettes . Le tout étant de garder le cap ….et c´est justement le cap de la quarantaine qui m´a réconcilié avec moi même et avec mon corps !!
    Je ne me rappelle plus où j´ai lu ca :  » prends soin de ton corps , si tu veux que ton âme l´habite « 
    Sur ces bonnes paroles , bonne soirée !!
    Emmanuelle

    1. Pour le pourpier, toute salade peut le remplacer ! J’ai craqué sur ses longues tiges (difficiles à manger sans avoir l’air d’un ruminant, d’ailleurs). Pour la bergamote, je pense qu’un mix citron/orange ferait l’affaire. Cela ne restituerait pas le parfum particulier de la bergamote mais permet de retrouver son côté sucré.

      Merci pour tes gentils mots ! Je comprends parfaitement ta citation. Pour moi, tout a commencé lorsque je me suis mise au yoga. L’alimentation et le reste ont suivi… Bonsoir, Emmanuelle !

    2. Décidement ,nous avons le même parcours …yoga , que je pratique chaque jour et changement alimentaire , qui en découle …
      Merci pour les variantes , je vais voir ce que je peux dégoter dans mon Naturata demain !! Je n´ai jamais mangé de pourpier et tu m´intrigues !!
      Bonne soirée
      Emmanuelle

    3. C’est incroyable ! Le yoga, c’est mon échappatoire, tous les jours aussi. J’ai commencé en voulant simplement me détendre et la cascade de bienfaits que cela m’a apporté ne cessera jamais de m’impressionner !

    4. Comme j’ ai ete mauvaise langue …j’ ai trouve du pourpier ce matin , mais pour la bergamote ….chou blanc !! De toute facon , j’ ai oublie d’ acheter les patates douces !!
      Desolee ,mais j’ ecris avec un clavier sans accent .
      Je vais donc pouvoir faire le ruminant demain …
      Bonne soiree , Emmanuelle.

    5. Bon courage, alors, avec ta salade de tiges ;-)

  24. Whaou !!! Je reste bouche bée devant ce magnifique post philosophique ;) C’est superbement bien écrit ! Que de talents cette Hélène alors :) Youpi youpi, youpi, j’adore la patate douce et les citrons bergamote, le miso, le pain essène, le chanvre…tout quoi ;) Tes petits bâtonnets de patate douces sont magnifiques. Et ta jolie tartinade, trop top ! C’est dingue qu’elle est cette texture tout en étant crue ! Un petit plat super gourmand…

    1. Bon, bon, Ellen, il faut bien occuper son esprit lorsque l’on cuisine, pas vrai ? (gros mensonge : en général, je cuisine pour ne penser à rien !!!). La photo ne rend pas hommage à la tartinade, on la dirait un peu grumeleuse alors qu’elle est en réalité toute lisse. C’est un tendre, la patate douce, en vrai !

  25. C’est sublime ! J’ADORE !!!

    1. Coucou Elisa, c’est vrai, je sais que tu aimes le cru !

Laisser un commentaire